REFLEXION

CRISE DU TRANSPORT A MOSTAGANEM : Qui contrôle qui ?

Malgré le grand nombre de taxis qui se chiffre en plusieurs centaines et avec la nouvelle création de sociétés de taxis et la fameuse entreprise de transport urbain créée par la direction des transports de Mostaganem, la crise du transport persiste toujours durant les heures de pointe et met des milliers de travailleurs et d’étudiants dans l’embarras.



En effet, devant l’absence de tout contrôle, les  chauffeurs de taxis exercent leurs activités comme des patrons de  leurs propres biens sans  se référer au cahier de charge. Ces derniers, habitués à des courses luxueuses pour des sommes allant jusqu'à 150DA la  course, s’abstiennent à faire leur circuit dans  les axes des quartiers (600 logts, 348 logts, Tigditt, Chemmouma, HLM et autres) durant les heures de pointe. Durant ces heures, à savoir entre midi et 13 h et entre 16 h et 17 h, les responsables des services des transports pourront quitter leurs bureaux s’ils sont toujours bien sûr dans leurs bureaux pour voir la chaine humaine interminable  de pauvres travailleurs et étudiants en quête de  prendre un taxi pour se rendre à leur travail ou à leurs domiciles. Ces pauvres citoyens mesquins (hommes et femmes) payent cher de leurs temps et de leur santé pour subvenir à leurs besoins au moment où des centaines  de taxis vides  sillonnent la ville, cherchant des victimes qui pourront payer la course à 150 DA voir même 200DA. Et dire que la direction des transports est là pour servir les citoyens ! 

Allouti Nesrine
Samedi 2 Novembre 2013 - 22:00
Lu 424 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+