REFLEXION

CRISE DE LOGEMENT ENTRE CHIFFRES ET REALITE : Et si on ouvrait le dossier du logement !

Quand on s'aperçoit que Mostaganem a bénéficié de 54 mille logements durant ces quinze dernières années, alors que le nombre de demandeurs de logements est toujours en hausse. Il est utile de signaler que plus de 1000 logements attribués à des acquéreurs depuis une décennie, sont toujours vacants, c’est pourquoi, il est légitime de se poser la question. Qui a vraiment bénéficié de logements à Mostaganem ?



Le nombre de logements réalisés depuis1999  est estimé à 54 mille tous types confondus, repartis comme suit : 46 mille logements réalisés dans le cadre des programmes de développement quinquennaux (11 mille logements dans le cadre du quinquennat 2005-2010 et  35 mille logements dans le cadre du quinquennat 2010-2014), 3 mille logements LSP (logements sociaux participatifs) et 5 mille logements ruraux dans le cadre du programme additif. Malgré les 54 mille logements construits par l’Etat pour absorber la crise de logement, on se trouve aujourd’hui avec 13 mille demandeurs dans la daïra de Mostaganem seulement, sans parler des autres daïras. Donc, on peut considérer le problème autrement, car si on faisait un petit calcul, en comparant le nombre de logements attribués par l’Etat aux nombres de familles résidentes dans la wilaya de Mostaganem, on pourrait peut être connaitre  la réalité. Connaissant le nombre de la population de Mostaganem qui est estimé selon les statistiques officielles au nombre de 780 mille habitants, et sachant que le nombre de personnes qui compose une famille algérienne selon la moyenne générale existant en Algérie, et qui est de l’ordre de cinq (05) personnes, on pourrait conclure, alors, qu’il y aurait près de 156 mille familles qui vivent à Mostaganem. Or si on compare le nombre de logements distribués et ceux qui sont en cours de distribution et qui est de l’ordre de 54 mille logements, on s’aperçoit, que prés de 35% de la population a bénéficié de logements dans le cadre de l’aide de l’Etat. Par ailleurs, si on ajoutait à ce nombre cité, le nombre de  familles propriétaires de résidences privées (maisons, lotissements de terrains, et autres), et qui  peuvent totaliser une cinquantaine de milliers de familles, théoriquement, on peut  conclure qu’il n’y a pas de crise de logements ! Sauf, si les logements de l’Etat ont été distribués à des familles qui ne résident pas à Mostaganem, où il y a plusieurs logements qui sont occupés par une même personne, et bien sûr c’est le cas de Mostaganem. La preuve, l’ex wali en collaboration avec l’ex APW a relevé le nombre de 1000 logements attribués à des personnes qui demeurent toujours inoccupés, ce qui veut dire que leurs bénéficiaires ne sont pas dans le besoin .C’est pourquoi l’ex wali « Zoukh » a instruit l’ex APW de désigner une commission d’enquête dans le but de restituer ces logements, mais jusqu'à ce jour aucune suite n’a été donnée.

1000 logements vacants : qui sont ces bénéficières chanceux !?
Les acquéreurs de ces 1000 logements fermés, où sont-ils et qui sont-ils ? et ce, pour répondre aux sinistrés des quartiers Derb, Tabana , Tigditt , Kaddous El Meddah , et les autres !? C’est à cet  effet  que la dernière APW du temps de M. Soltani Belghali, avait cassé le tabou du monopole et freiné les opportunistes durant la dernière plénière débattant le dossier des logements où, les membres de L’APW de l’époque présents  se sont interrogés  sur  le scandale des 1000 logements fermés. La même institution élue a même demandé, la désignation d’une commission d’enquête composée de membres issus de l’APW, pour assainir d’une façon officielle et définitive toute la gestion de l’immobilier en impliquant les services de l’OPGI, de la DLEP, de l’AFMOS… etc, mais en vain.
Selon des sources concordantes ,ces 1000 logements vacants, comme d’autres d’ailleurs, ont été exploités, durant des années, à des fins personnelles. Ce état de fait a été dénoncé lors de cette plénière par les membres de l’APW, annonçant ce chiffre effrayant de 1000 logements inoccupés, particulièrement ceux qui se  trouvent dans les cités de la Salamandre et Chemouma ,et qui sont, actuellement, loués à des sommes importantes dont le montant varie entre 40 millions et 50 millions de centimes durant la saison estivale. Ladite commission avait  été gelée, pour des raisons encore inconnues à ce jour. Avec les chiffres démontrés ci-dessus sur le nombre de logements réalisés à Mostaganem et le nombre de logements inoccupés, c’est là toute la question, il serait souhaitable que le chef de l’exécutif de la wilaya prenne une décision politique pour assainir tous les logements inoccupés, afin de régler définitivement le problème du logement à 100% à Mostaganem. Les institutions de l’Etat jouissent de toute l’autorité pour recourir par voie de justice afin de récupérer les logements  inoccupés, et les attribuer, aux habitants qui sont dans des situations précaires et dans le besoin. Si bien sûr, les responsables de la wilaya veulent décrypter le virus de logement. !  

Riad
Mardi 28 Janvier 2014 - 18:27
Lu 491 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+