REFLEXION

CRIMES COLONIAUX : Les algériens veulent une reconnaissance franche

Le ministre des Moudjahidine, Mohamed Cherif Abbas, a affirmé, hier mardi à Alger, que les
Algériens voulaient «une reconnaissance franche des crimes perpétrés à leur encontre par le colonialisme français»



CRIMES COLONIAUX  : Les algériens veulent une reconnaissance franche
A deux jours de la célébration du 1er novembre, le débat sur la reconnaissance des crimes coloniaux revient en Algérie. Au « regard des crimes perpétrés par ce colonisateur contre un peuple sans défense et compte tenu de leur impact dans l’esprit même des générations qui n’ont pas vécu cette période, sachant que tout un chacun connait les affres subies par notre peuple du fait de la torture, des mutilations et de la destruction. Les Algériens veulent une reconnaissance franche des crimes perpétrés à leur encontre », a expliqué Mohamed Cherif Abbas, ministre des Moudjahidine, dans un entretien accordé, ce mardi 30 octobre à l’agence APS. Depuis la déclaration du président français François Hollande sur les massacres du 17 octobre 1961, c’est la première fois qu’un responsable des Moudjahidine réagit. Saïd Abadou, secrétaire général de la puissante Organisation nationale des moudjahidine (ONM) n’a toujours pas réagi aux déclarations du président français. Dans l’entretien accordé à l’APS, Mohamed Cherif Abbas a estimé que la « reconnaissance des massacres du 17 octobre 1961 par le président français François Hollande est d’abord politique, vu la manière dont elle a été conçue ».

Riad
Mardi 30 Octobre 2012 - 16:51
Lu 352 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+