REFLEXION

CREANCES IMPAYEES ET BRANCHEMENTS ILLICITES : Un lourd fardeau pour la Sonelgaz

Les campagnes de recouvrement des créances lancées par la Sonelgaz cette année n’ont pas donné les résultats escomptés. Les créances impayées de la société nationale de l’électricité et du gaz d’Es- Senia qui couvre 24 communes de la wilaya ont atteint cette année les 144 milliards de centimes.



CREANCES IMPAYEES ET BRANCHEMENTS ILLICITES : Un lourd  fardeau pour la Sonelgaz
Il s’agit de factures impayées pour l’exercice 2010 par des abonnés particuliers, des industriels et des collectivités locales (communes, daïras, annexes des services de la wilaya. Selon le bilan de ce centre de distribution qui gère 125.000 abonnés en électricité et 44.000 abonnés en gaz, la majorité des créances concernent des abonnés ordinaires ou basse tension de la daïra d’Es Senia et notamment au niveau de la commune de Sidi Chami. Les créances des abonnés de cette daïra avoisinent les 40% du total des créances. Dans ce sens des sorties ont été effectuées sur le terrain afin de couper le courant électrique et le gaz aux mauvais payeurs qui représentent près de 60% des abonnés de la Sonelgz Es-Sénia. Les branchements illicites causent aussi à Sonelgaz d’énormes pertes financières. Selon un bilan de l’exercice 2009 arrêté au mois de mars dernier par la direction de distribution de gaz et de l’électricité d’Oran qui couvre les communes d’Oran et de Bir El Djir., les branchements illicites étaient à l’origine d’une perte de quelques 2.870.720 kilowatt d’énergie soit un taux de 23,19%. Le préjudice causé ainsi à la Sonelgaz est estimé ainsi à plus de 65,5 milliards de centimes. Selon le même bilan pas moins de 4.433 cas de piratage d’électricité à partir du réseau ont été détectés à travers 20 zones réparties sur les localités Coca, El Kochet à Bouamama, Sidi El Bachir, Kouchet El Djir , Douar Bel gaid , Sidi El Bachir , Canastel, les Amandiers , El Barki. Concernant le piratage à partir des compteurs les équipes de la Sonelgaz ont recensé 791 cas. 146 plaintes contre les fraudeurs ont été déposées. Cette pratique qui peut être à l’origine de cas d’incendie et des coupures fréquentes d’électricité, consiste à déporter les câbles d’alimentation devant transiter par le compteur en optant pour des branchements directs sans payer une grosse facture. Outre le préjudice financier, les branchements illicites provoquent de graves dommages au réseau électrique de la Sonelgaz. Un phénomène, répandu particulièrement dans les habitations précaires implantées dans les quartiers de "Ain El Beida" et "Kara 2" et dans les localités de "Sidi Chami", "Hassi Ben Okba", "Gdyel" et "Nedjma" Les responsables de la commune d'Oran semblent à présent décidés à mettre un terme à la pagaille qui caractérise l’exploitation des parkings. Une commission ad hoc a été mise en place pour la récupération de ces parkings. Selon des sources proches de la commune, il s'agit de parkings Indûment gérés par des jeunes qui perçoivent les droits de stationnement au détriment du citoyen. Une série de mesures portant sur l'assainissement des parkings a été mise en place. La Commune d'Oran a recensé 172 aires de stationnement qui pourraient être récupérées et gérées par des "coopératives de jeunes" conformément aux mesures dictées par la tutelle. Cela permettra de renflouer les caisses de la commune tout en donnant un cachet officiel à un certain nombre d'emplois au profit des jeunes exploitants qui seraient retenus dans le cadre de cette opération. Il faut signaler que plus de 350 gardiens auraient déjà été recensés à travers la commune d’Oran, mais à peine une dizaine de jeunes seulement ont formulé leur souhait d’adhérer à ce projet de concession. A l'évidence, cette opération se heurte à quelques équations plutôt dures à résoudre, compte tenu des variables et des nombreux paramètres occultés par l'inventeur de ces mesures. L’instauration d’un dispositif de gestion des parkings; à la fois au profit des jeunes sans emploi et des recettes communales en difficulté relève en fait d'une étude au cas par cas devant être menée par les gestionnaires directement concernés par les espaces publics à concéder. A Oran notamment, où le moindre mètre carré de trottoirs et de chaussées reste impunément squatté par des porteurs de gourdins aussi gourmands que menaçants, l'introduction de ces nouvelles mesures pour les aires de stationnement répertoriées changera le décor global.

Medjadji H
Mercredi 3 Août 2011 - 12:02
Lu 503 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+