REFLEXION

CRASH DE L’AVION D'AIR ALGERIE : Sellal exclut l'hypothèse d’un attentat terroriste

Alors que le travail des enquêteurs pour élucider les circonstances du crash du vol Air Algérie AH 5017 s’annonce difficile en raison de la désintégration de l’avion, le Premier Ministre Abdelmalek Sellal a exclu, hier samedi à Constantine, l'hypothèse d’un attentat terroriste contre l’avion, privilégiant plutôt les causes relatives aux mauvaises conditions météorologiques.



Enquêter pour tenter d’élucider les circonstances du crash du vol d’Air Algérie ne sera pas une mince affaire. Les enquêteurs sont attendus ce samedi sur le site du crash, dans le nord du Mali, dans la région de Gossi, frontalière avec le Burkina Faso. « Il est aujourd’hui difficile de pouvoir récupérer quoi que ce soit, et même pour les corps des victimes, je pense qu’il est très difficile de pouvoir les récupérer parce que nous avons vu seulement des morceaux de chair humaine qui jonchaient le sol », a estimé le général Gilbert Diendiéré, chef d’état-major particulier à la Présidence burkinabè. Ce dernier faisait partie de la délégation du Président burkinabè Blaise Compaoré qui s’est rendue vendredi après-midi dans la zone de Gossi, à environ 100 km de Gao, la plus grande ville du nord du Mali, où l’avion s’est écrasé jeudi. D’après lui, « les débris étaient éparpillés sur une distance de 500 mètres, mais nous avons constaté que cela est dû au fait que l’avion s’est écrasé d’abord (au) sol et a certainement dû rebondir pour aller plus loin », a-t-il ajouté.

L’hypothèse d’un attentat terroriste exclue  
Pour Alger, les mauvaises conditions météorologiques sont les causes du crash de l’avion .Intervenant à l’occasion d’une conférence de presse animée au terme de sa visite de travail dans la wilaya de Constantine, M. Sellal a expliqué que la région où s’est produit le crash jeudi dernier, est "tristement réputée pour des conditions météorologiques difficiles", ce qui peut créer un vent appelé "front intercontinental" qui est un mur chargé de grêle et de grains de sables difficile à éviter par les avions. À une question sur un éventuel acte terroriste, il a indiqué qu’il n’y a pas de groupes terroristes dans la région, lesquels groupes ne sont pas équipés pour cibler un avion à près de 10 000 mètres d’altitude avec une telle exactitude. Il a ajouté que "si quelque chose s’est produite à l’intérieur de l’avion, l’enquête le déterminera d’autant plus que les deux boîtes noires ont été retrouvées". Le Premier ministre a précisé en outre que l’Algérie apporte son aide et assistance au Mali dans le cadre de l’enquête sur les causes du crash et ce, aux côtés des autorités burkinabés, françaises et de la compagnie MC Douglas ainsi que la compagnie ayant affrété l’avion au profit d’Air Algérie, à savoir Swiftair.

La deuxième boîte noire retrouvée
La deuxième boîte noire de l’avion Air Algérie qui s’est écrasé au Mali a été retrouvée hier selon la mission de l’ONU sur place. « La deuxième boîte noire » de l’avion a « été retrouvée « ce (samedi) matin sur le site du crash » par des experts de la Minusma déployés sur place, dans la zone de Gossi, à environ 100 km de Gao (nord du Mali), a affirmé à l’AFP Mme Achouri, jointe depuis Dakar. La première boîte noire avait été récupérée et acheminée vendredi vers Gao par des militaires français, selon Paris.

Des représentants de victimes partis de Ouagadougou pour le site du crash
Des représentants des 118 victimes se sont rendus hier sur le site de la catastrophe, où étaient attendus des enquêteurs, notamment français, pour un travail qui s’annonce délicat en raison de la désintégration de l’appareil. Un représentant de la France, un du Liban et un des familles burkinabé ont quitté Ouagadougou samedi peu après 09H00 (locales et GMT) à bord d’un hélicoptère pour la zone de Gossi, à environ 100 km de Gao (nord-est du Mali) où l’avion s’est écrasé jeudi, selon un responsable de la cellule de crise mise en place au Burkina Faso. Leurs identités n’ont pas été précisées. Un autre voyage est prévu dans la journée, à une heure encore indéterminée, selon la même source.

Réflexion
Dimanche 27 Juillet 2014 - 11:56
Lu 517 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+