REFLEXION

COUPURES INTEMPESTIVES DE L’ELECTRICITE A ORAN : La Sonelgaz peine à régler les défaillances

Les dernières intempéries, qui ont occasionné à la wilaya d’Oran de nombreux désagréments, ont dû coûter aux responsables locaux de l’entreprise de distribution de l’électricité et du gaz plusieurs savons autant de la part du chef de l’exécutif.



En effet, le wali d’Oran, qui suivait les errements de Sonelgaz qui n’arrivait pas à faire face « efficacement » aux effets des vents et des pluies sur ses installations, et conséquemment, sur celles des communes, a dû saisir le responsable régional de cette entreprise pour se plaindre de ces errements. Et c’est qu’ils étaient nombreux alors que le centre de distribution d’Es-Sénia semblait à côté de ses pompes. Par exemple, dans la commune de Sidi Chahmi, il a été signalé un important refoulement des eaux pluviales avec débordement sur la RN 4 à cause d’un arrêt des trois stations de pompage du réseau d’assainissement longeant la zone des showrooms, conséquemment à une coupure de courant électrique. Ainsi, coupures d’électricité intempestives et prolongées, stations de relevage non opérationnelles en raison de l’absence de raccordement, pompes à l’arrêt à cause d’une panne d’électricité, chutes de câbles ou de poteaux (une trentaine) de basse et moyenne tensions non suivies d’intervention… Bref, les motifs de la colère du wali étaient variés et sont revenus tel un « leitmotiv » lors des exposés de situation faits par les chefs de daïra et les secrétaires généraux des communes. Ces situations déplorables ont eu lieu dans les localités de Benfréha, Boufatis, Kristel, El Ançor, El Kerma…Dépité au plus haut point par les multiples errements des responsables du centre de distribution Es-Sénia qui coiffe plus des trois quarts du territoire de la wilaya, le chef de l’exécutif était hors de lui. Tous les responsables locaux ont rapporté au wali que pour faire face aux coupures et autres incommodités, ils avaient « téléphoné, à maintes reprises, aux services de la Sonelgaz qui n’ont même pas daigné répondre », avant d’ajouter « comme d’habitude ! ». Les fortes précipitations accompagnées de rafales de vent qui ont sévi ces derniers jours à Oran ont laissé des séquelles. Les mêmes désagréments reviennent à chaque intempérie que les concernés craignent à chaque prévision météorologique annonçant le mauvais temps. Et la situation perdure encore.

Rafik M
Mardi 12 Février 2013 - 09:43
Lu 202 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+