REFLEXION

CORRUPTION : Le MSP…. De la prédication à la malversation



CORRUPTION : Le MSP…. De la prédication à la malversation
« L’habit ne fera jamais le moine » et les chapelets qui s’egrennent matin et soir, ne feront non plus les intègres commis de l’Etat,
Le plus grand chantier du pays, la réalisation de l’autoroute est Ouest, supervisée par le ministère des travaux publics, sous la coupe des cadres proches du MSP, a vu les marches publics de la sous traitante, être rafles par des entreprises privées dont les propriété aires n’étaient que des militants du parti, et dont l’une appartenait au fils du chef de file et ministre d’Etat, M. Bouguerra. Ainsi en est-il, de ces scandales de corruption, qui s’alimentent de révélation en révélation, rapportée quotidiennement par la presse écrite, qui reste l’unique média, qui éclaire l’opinion publique sur ce feuilleton fleuve, qui livre les éclaboussures d’une gestion trop opaque des derniers publics, manipulés par des mains « par trop blanches ». Les dernières révélations de M. Khelladi Mohamed, directeur général de l’agence nationale des autoroutes, au cours de son audition en qualité de témoin, viennent d’impliquer davantage le parti politique, le M.S.P (mouvement de la société pour la paix), en accusant publiquement les cadres du M.S.P, qui ont été nommés, par son excellence, M. Amar Ghoul, ministre des travaux publics, en qualité de directeurs régionaux des 03 antennes régionales de l’agence nationale des autoroutes, ces derniers activaient sans lui en demander sans, ils dépendaient directement du ministre et ils ont « offert » la presque totalité des marchés publics a des société appartenant à des militants du parti, et dont l’une, n’était que celle du fils du ministre, M. Bouguerra Soltani, qui n’a pas hésité une seconde, pour aller solliciter auprès des banques publiques, un crédit de 400 millions, en proposant comme hypothèque de garantie, le marché public obtenu en sa qualité de sous traitant. Les cadres de ce parti, ne sont pas à leur première implication dans des affaires scrabbleuses de corruption et de malversation, le chef de fille du parti a été également cité et auditionné en sa qualité de ministre et de témoin, dans l’affaire « Khalifa » pour avoir déposé les fonds de la sécurité sociale au sein d’une banque privée. L’autre ministère de la pêche, n’a pu échappé aux griffés de quelques uns de ses cadres, également trop proches du mouvement, qui ont sans trop de complications, procéder a des transactions fort douteuses sur une pêche miraculeuse de thon à Annaba, avec des turcs, en échange de chalutiers de pêche, mais, malheureusement aucune suite n’a eu lieu, depuis l’éclatement de cette affaire scandaleuse qui a fait la « une » de toute la presse écrite, aujourd’hui, il est trop clair que certains hauts cadres « sympathisants » ou autres de l’état, ont bien confondu terriblement la gestion des affaires publiques d’un état souverain en favorisant simplement les intérêts purement personnels au lieu et à la place de l’intérêt général de toute une nation, qui vient d’être salement salie par les agissements contraires aux valeurs de l’Islam qu’ils prétendent défendre ces bonnes vertus, qui malheureusement, interdissent « les pots de vin », et la corruption, dont ils sont accusés… !

L. Ammar
Mercredi 10 Février 2010 - 23:01
Lu 859 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+