REFLEXION

CORRUPTION ET POTS-DE-VIN A SONATRACH : La justice se prononcera mercredi

L’épilogue judiciaire du scandale de corruption et pots-de-vin à Sonatrach pourrait connaître une évolution inattendue mercredi prochain. La chambre d’accusation d’Alger devra se statuer sur la qualification des faits pour décider si elle doit relever de la justice criminelle ou pénale.



CORRUPTION ET POTS-DE-VIN A SONATRACH : La justice se prononcera mercredi
Trois ans après l'éclatement de l’affaire de corruption qui a ébranlé la compagnie pétrolière nationale Sonatrach, la chambre d’accusation d’Alger se prononcera  le 5 décembre prochain sur cette affaire dans laquelle sont impliqués 14 cadres de Sonatrach, dont l’ex-PDG de la compagnie, Mohamed Meziane et ses deux enfants. Pour rappel, le scandale de Sonatrach a éclaté en janvier 2010, avec la mise sous contrôle judiciaire du PDG de la société nationale des hydrocarbures, Mohamed Meziane et la mise sous mandat de dépôt de deux de ses quatre vice présidents. Un troisième vice président a été placé sous contrôle judiciaire et le quatrième a été écarté de la compagnie après l’arrivée du nouveau PDG, Mohamed Cherouati.  L’enquête dans cette affaire portrait notamment sur des gros contrats signés avec des firmes étrangères dans laquelle sont accusés l’ex-PDG Mohamed Meziane, ses deux fils, le directeur exécutif des activités centrales, la directrice du bureau d’études, le directeur du groupe allemand FunkwerkPlettacContel et l’ex-DG du CPA, a révélé que certains inculpés avaient des avoirs de divers montants dans les banques françaises alors que d’autres avaient des comptes des années avant leur prise de fonction à Sonatrach.  La chambre d’accusation avait décidé d'une enquête complémentaire dans cette affaire, les autorités françaises n’ayant pas répondu à la demande introduite par la défense concernant l’ouverture d’une enquête internationale et la présentation d’un rapport détaillé sur les biens du groupe pétrolier à Paris dont ont bénéficié la majorité des accusés. Selon l’information rapporté par le journal électronique DNA ,le verdict sur la qualification des faits a été reporté à maintes reprises. Le dernier report a été décidé suite à l’appel introduit par le parquet contre le verdict du juge d’instruction concernant la qualification des faits comme relevant du tribunal pénal car estimant que celle-ci devait être traitée au niveau du tribunal criminel. Pour le parquet les chefs d’inculpation retenus contre les 14 accusés sont des « crimes » alors que pour la défense il s’agit de « délits ».Parmi les inculpés figurent l’ex PDG de Sonatrach, ses deux fils, le directeur exécutif des activités centrales, la directrice du bureau d’études, le directeur du groupe allemand FunkwerkPlettacContel et l’ex directeur général du crédit populaire d’Algérie (CPA). Lors de leurs nombreuses auditions, les accusés ne manquaient pas de charger directement Chakib Khelil, ex-ministre de l’Energie limogé en mai 2010.Toutefois, Khelil, n’a nullement été inquiété par la justice.D’importants personnages, notamment le ministre de l’Énergie Chakib Khelil, n’ont jamais été auditionné. De même qu’aucune preuve concrète n’a été apportée concernant l’implication de plusieurs groupes pétroliers étrangers cités dans l’enquête sur le versement de pots de vin.
 

Riad
Samedi 1 Décembre 2012 - 00:00
Lu 1077 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par amina le 01/12/2012 11:20
que devient Chakib Khalil dans tout cela? en tant qu'algériens, nous devons connaître sa part de responsabilité, ses largesses et ses prodigalités avec ces richesses qui sont les nôtres....

2.Posté par RabahFinDZ le 02/12/2012 12:54
Quand C. Khelil (CK) était Ministre tout le monde lui faisait la courbette. Quand il n'est pas la tout le Monde lui crache dessus. Pourquoi ces ESCROCS n'avaient pas averti la justice ou les hautes autorités du pays si C. Khelil les avaient obliges a faire des choses considérées contraire a l’intérêt de SH et ayant un caractère criminel? Ont ils des écris dans lesquels CK les obligeait a signer ces contrats? C'est facile de tout mettre mettre sur le dos de l'autre . Souvenez vous l'affaire John Crane, CK avait mis John Crane en liste et plus de 90 personnes dans des "placards". Qui les a retiré John Crane de la liste noire? et les cadres corrompus de ce placard? Eh bien c'est Mohamed Meziane. Qui représentait les firmes Allemandes? Eh bien les fils de ce même Mohamed Meziane...CK avait diligenté une enquête a chaque fois qu'un courrier lui prouvant des choses contraires a l'esprit de déontologie de SH. Que la justice donne l'exemple et envoie ces HARKIS de la Finance au cachot pour 60 ans!

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+