REFLEXION

CONTRIBUTION : Sénateur Bellatreche Nourredine : Entre la confiance méritée et l’épreuve de vérité

Partant du principe que la wilaya de Mostaganem a droit de connaître l’identité de son sénateur, et usant d’un temps où l’espace médiatique se prête au service de l’information, il n’est que devoir de donner à la population de voir l’homme que le Dahra a élu pour plaider son destin et, avec d’autres cadres et élus, concourir à répondre à ses espoirs.



La démocratie, le multipartisme, me confie-t-il, « ne doivent point être des facteurs d’effritement de l’effort ni des générateurs de rancœurs, ils sont plutôt des approches différentes pour cerner les problématiques et unir les efforts pour asseoir un développement durable et réel ». Un sénateur rassembleur et c’est en ce sens qu’il a osé rechercher ses voix dans toutes les formations politiques de la wilaya.  De ces justes phrases « le bon sens n’a pas de coloration de politique, je serai partisan de l’écoute et toute idée juste fera partie de mon programme ». Ces convictions sont aussi celles du premier responsable de Mostaganem, le Wali, M. Temmar Abdelwahid. Incitant au total développement local et à l’unification de l’effort, il déclare « On ne fera plus marche arrière, le train a démarré, il faut que tout le monde s'y mette ».  En effet, au-delà du caractère législatif de la mission du nouveau sénateur, la jeunesse, la Culture, l’agriculture et le tourisme sont ses sujets, son chantier et ses ardentes priorités. C’est lui l’initiateur d’un concept inédit : le logement transitoire.  C’est encore lui, l’artisan d’un tourisme de masse, juste, équitable et générateur d’emploi. Un tourisme du peuple qui n’exclut pas les modestes bourses. J’en retiens de lui, m’avoir dit « le meilleur investisseur, le plus sûr et le plus durable est le consommateur ».
Bellatreche Noureddine, avocat, élu à quatre reprises membre du Bâtonnat de Mostaganem et délégué bâtonnier auprès du Tribunal d’Ain Tédelès, est issu d’une famille où la rigueur a droit de règle et de référence. Une sœur avocate, un frère médecin, un aîné professeur. On y trouve des commerçants, et un plus jeune frère, cadre de la nation, après de brillantes études en Droit.  Comme toutes les familles algériennes et mostaganémoise, cette famille est aussi une famille de révolutionnaires et de Martyrs.  Les habitants d’Ain Tédelès vous témoigneront de cet avocat qui, durant ces week-end enfile un modeste survêtement et des sandales en plastique et se fond dans la foule pour vivre sa citoyenneté populaire si chère et si entière. De ses amis, Abib, un jeune homme brave et modeste ne s’exprimant que par le geste. Durant cette dernière campagne électorale, il prenait encore le temps de savourer un café avec lui dans le café de la Concorde. Faut-il rappeler que depuis des années, il organise, à ses frais, le couffin du Ramadhan pour plus de 100 familles.  Cette modestie toute avérée est une qualité dont nul ne peut se refuser à la lui témoigner. Loin d’une quelconque revanche d’un camp sur un autre, ces sénatoriales sont d’abord une consécration démocratique que Mostaganem a si bien vécue. Les candidats n’ayant pas parvenu n’ont point démérité et demeurent de sérieux acteurs dans la vie politique et dans le développement du pays. Bellatreche Nourredine, nouveau sénateur de la wilaya de Mostaganem ne crie point victoire, il dit être soumis à l’épreuve de vérité et au défi du devoir. Les ascensions élogieuses certes convoitées et prestigieuses supposent aussi des engagements et des investissements à la mesure du salut et de l’allégeance. L’élection de Bellatreche Nourredine est d’abord l’expression d’une rupture avec un duel devenu presque éternel entre le FLN et le RND. Ces dernières sénatoriales ont eu le mérite de démontrer qu’il est possible de provoquer un destin autre qu’une échéance classique souvent presque préétablie. Elle traduit un idéal de transparence que l’administration, sous la judicieuse gouvernance de Monsieur Temmar, Wali de Mostaganem, ainsi les compétences judiciaires ont minutieusement observé afin de démontrer que l’Algérie peut espérer de véritables compétitions électorales. Cette dernière édition sénatoriale nous rappelle qu’il est encore possible qu’un jeune homme peut espérer parvenir à bout d’une épreuve électorale et mériter les voix d’élus venant d’horizons divers. Bellatreche Nourredine s’inscrit dans Fajr Jadid, son père Hadj Bellatreche Charef est un irréductible FLN. C’est bien lui qui, répondant  à  l’appel du FLN, dans un temps brûlant, s’est porté candidat du grand parti aux élections législatives de 1991 où il retient le FIS en ballottage. A vrai lire les échéances politiques, on comprend que Bellatreche Nourredine n’a jamais été trahi par le verdict des urnes. Lors des dernières élections législatives, il ne s’est incliné que de très peu de voix par rapport à ses rivaux. Il y trouva consolation en se classant premier dans sa propre localité. Un témoignage de confiance qui lui inspira du souffle afin de poursuivre sa carrière politique. Lors des élections APW, il rassembla 5 sièges et devint Vice-président de l’APW de Mostaganem. On retient de l’homme une volonté de fer et une rigueur sans revers. Vers un but, il préfère une ligne droite, la plus courte sans détour. Ecolier puis étudiant et bien que vivant dans une grande maison, il s’enfermait dans une armoire pour se faire oublier et parcourir ses cours ou lisait des ouvrages. C’était sa manière insolite et judicieuse pour se retrancher de tous et se livrer à ses précieuses pages. Bien entouré, ne souffrant d’aucune contrainte matérielle au niveau familial, il préférait pourtant avoir sa propre bourse. Pour se faire un maigre pécule, encore enfant, il guettait les camions de briques et travaillait à les décharger avec d’autres enfants de son âge. Très imprégné de culture, il a toujours apporté contribution et soutien à quelques Associations culturelles. Le sport est aussi sa passion. Footballeur de son état, il a joué pour le Gallia d’Ain Tédelès. Quand le Gallia vit quelques turbulences et sombra en classe inférieure, Maître Bellatreche, sollicité par la population d’Ain Tédelès, prit les commandes des Bleus et remet l’équipe sur rail. Sous sa présidence, le Gallia connut l’ascension. Le devoir accompli, il remit le destin du club victorieux à d’autres responsables tout en restant à l’écoute de l’action sportive d’Ain Tédelès. Au-delà des discours, et des convictions spirituelles et temporelles,   l’heure est à l’épreuve. De par sa position stratégique, ses ressources abondantes, sa glorieuse histoire dont elle s’inspire et au vu des compétences certaines de ses femmes et de ses hommes, Mostaganem est en train de mener une vraie épopée de développement. Avec tous les cadres et élus, grâce à l’implication citoyenne absolue et la bienveillante gouvernance de Monsieur le Wali, le nouveau sénateur peut et doit contribuer à cet élan et cet espoir digne de la wilaya de Mostaganem, de ses gloires et de son histoire.

 

Dr Laïd Bellatreche
Dimanche 3 Janvier 2016 - 17:20
Lu 746 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+