REFLEXION

CONTRIBUTION : Palestine trahie

Le drame de la Palestine est une longue histoire de trahisons. D'abord, de la part de ces arabes qui se projettent toujours en victimes de l'autre, c'est-à-dire de cet occident-fantôme qui est, selon eux, derrière le tout et le rien de leurs malheurs, au lieu d'affronter la réalité de leurs multiples défaites quotidiennes : sociale, politique, économique, sécuritaire, démocratique, etc.



S'il l'on demande par exemple à un vieux palestinien, âgé aujourd'hui de 70 ans pourquoi ce conflit dure encore jusqu'à nos jours sans aucun espoir de dénouement. Il nous répondra sans doute que c'est justement à cause de ces régimes arabes qui ne savent plus comment réagir, qui s’entretuent sans répit, qui alimentent à qui mieux mieux du carburant de la jalousie les sources de la discorde,  qui cherchent plutôt à provoquer des divisions entre eux qu'à entretenir une quelconque union, qui s'allient avec un ennemi pour battre un frère plutôt qu'avec ce dernier pour vaincre le premier, qui ne donnent guère de liberté à leurs peuples, sinon, achètent même des armes sophistiqués à coups de milliards de dollars rien que pour mater leurs révoltes légitimes, qui pillent leurs richesses, bafouent leur dignité, annihilent toute verve de patriotisme qui puisse encore les habiter.., régimes à la tête desquels des chefs séniles et névrosés se sacrifient corps et âme pour le trône et la dictature plutôt que pour leurs terres et leur honneur, qui, qui, qui...? La liste est aussi longue que celle, bien plus pire d'ailleurs, de leur trahison de la cause palestinienne. Et si les sionistes en profitent, tant bien pour eux! Le défaut de mon ennemi serait un avantage pour moi. C'est la règle de la stratégie militaire, la loi de la guerre, la ruse de l'histoire, la ligne éditoriale de la philosophie de Machiavel! Netanyahou l'aura bien compris et l'applique bien sûr actuellement comme ses prédécesseurs l'ont fait sur le terrain. Une simple agression à coup de couteau d'un colon usurpateur par un jeune palestinien, fait divers sordide s'il en est, aura suffi pour soulever le courroux et les tempêtes à Tel-Aviv! Et c'est à l'artillerie médiatique de continuer ce travail de sape. Et s'il y a parfois quelques voix contestataires qui émergent pour dire non à ce conformisme anti-palestinien ambiant comme Amira Hass, cette journaliste juive israélienne qui dans une tribune publiée le 05 octobre dans le journal israélien Ha'aretz et reprise le 15 octobre par le journal l'Humanité a reconnu l'injustice de la politique des colonies, affirmant que les palestiniens se battaient pour vivre et les israéliens pour l'occupation, elles seraient vite étouffées. Le combat pour la survie, voilà le destin d'un palestinien face à l'armée de la Tsahal.
  En effet, un enfant palestinien dans les territoires occupés ne range dans le musée de son imaginaire qu'un catalogue d'images de sang, de guerre, de pierres, de voitures cramées, de colons qui s'approprient indûment les parcelles de terrain de ses aïeux en en expulsant les vrais propriétaires...Il rêve d'un Etat, son Etat qui n'a jamais «existé» (il n'a pas été accepté par les autres nations) et qui ne le sera peut-être jamais!  Il n'a rien profité de son enfance, rien! Ce pauvre enfant de «hidjara» (la pierre)! Que des images, devenues le rituel obsessionnel de toutes les caméras du monde, de soldats qui lynchent un voisin, humilient une vieille, tuent un bébé, violent une femme qui n'est peut-être autre que sa mère, sa sœur, sa voisine ou une proche parente...détruisent des pâtées de maisons par des bulldozers ou des avions... A côté de ces clichés photographiques gris et macabres s'alignent, ironie du sort, des séries d'autres images, autrement plus pénibles, voire odieuses que les premières, d'émirs du Golfe entourées de leurs amazones préférées, vautrés sur leurs fauteuils de luxe, couverts et enturbannés de djellabas d'un blanc immaculé qui ne laissent guère de place ni à la boue ni à la saleté...ni à la misère. Des émirs lâches qui portent de surcroît des paires de moustaches, soit disant en signe d'une virilité orientale millénaire. Sultans campés derrière leurs gynécées dont les pays ont, bien évidemment, tous accepté d'installer des bases militaires américaines sur leur sol. Car, ils sont les amis indéfectibles de l'oncle Sam, l'hyper puissance planétaire, premier soutien du régime sioniste dans sa guerre d'usure et d'extermination contre le peuple palestinien. Si l'UNICEF veut réaliser des reportages sur l'enfance, qu'elle aille à Jérusalem, à Haïfa et en Cisjordanie ou simplement dans un camp de réfugiés au Liban, il y aurait sûrement matière à investigation. Pendant cinq décennies, les enfants palestiniens subissent les mêmes atrocités : une humiliation,  la pire qui soit, pour la dignité du genre humain. Et puis, qu'est-ce qu'une Antifada, cette pauvre révolte de pierres, puisse contre des missiles, des chars, des blindés, des avions, des mitraillettes et que je sais-je encore? Rien, absolument rien! Israël est la première puissance militaire au Moyen-Orient, elle possède l'arme nucléaire et refuse de signer le traité international sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) alors que sa diplomatie s'efforce depuis belle lurette de convaincre la communauté internationale d'obliger l'Iran à arrêter ses activités d'enrichissement d'uranium! Quelle drôle d'histoire! Tous ses voisins sont des Etats faibles à commencer par la Syrie, enjeu de lutte d'influence planétaire, entre les crocs de Daesh, Al-Assad, les russes, les américains, la Turquie, les saoudiens et les bailleurs de fonds du Qatar. L'Irak, un semblant d'Etat, épuisé par des décennies d'embargo économique sous le dictateur Saddam, par l'occupation illégitime des américo-britanniques après 2003 et aujourd'hui même par ses divisions confessionnelles. L'Egypte, un pays déclassé de sa place stratégique au Moyen Orient et ramené au sous-développement économique sous les effets conjoints de la dictature et de l'islamisme. Le Liban, pauvre Liban! Pays de la culture et des savants encore mal guéri de ses 15 ans de guerre civile (1975-1990) et surtout de la contagion néfaste des troubles régionaux!
   Et puis dernièrement, ce conflit israélo-palestinien est voilé par l'hécatombe syrienne. La mort  s'est banalisée dans le monde arabo-musulman au point que l'on en dresse des hiérarchies entre les tragédies. Côte à côte avec cette trahison arabe, on en trouve celle de l'occident! Mais pourquoi?  Je dis personnellement occident parce qu'aux origines de cet égarement des palestiniens depuis la moitié du XX siècle, la main anglaise et française (Sykes-Picot de 1916, Balfour de 1917 puis, le projet de partition de 1947 qui n'a pas pris en compte les spécificités culturelles, civilisationnelles et historiques de la Palestine en particulier et de la région en général, etc), ensuite celle des américains. Exactement comme l'imbroglio vietnamien où l'on a vu la succession (renvoi d'ascenseur s'entend) entre les français et les américains au lendemain de la défaite française à la bataille historique de Diên Biên Phu en 1954. De tout temps, l’impérialisme occidental a fonctionné par intérêt géostratégique et par étapes successives. Si par exemple les israéliens s'étaient installés en Palestine après le retrait britannique en 1948, c'est parce qu'ils dérangeaient trop en Europe de l'est et en plein cœur des métropoles des puissances occidentales. Contrairement aux Séfarades (les juifs du Maghreb et de l'Afrique du Nord en général), les Askhénazes (les juifs de l'Europe) appartenaient à une classe lettrée qui s'est vite infiltrée dans le monde de la finance, les banques, les affaires, l'engagement syndical, le prolétariat urbain, etc. Elle a aspiré, en plus, aux premières loges des centres de décisions sur les traces du fondateur du sionisme moderne, le laïc athée Théodore Herzel (1860-1904). S'ajoute à cet actif intellectuel avant-gardiste de l'élite juive pro-sioniste, le capital émotionnel généré quelques années plus tard, soit durant la seconde guerre mondiale (1939-1945), par les pogroms, les holocaustes, les fours crématoires, et la fameuse Shoah pratiqués par l'Allemagne nazie d’Adolf Hitler! D'ailleurs, la République Fédérale Allemande(RFA) représentée d'abord par Konrad Adenauer (1876-1967), le chancelier allemand dans les années 1950, puis par son successeur Ludwig Erhard (1897-1977),  a payé à l'Etat sioniste presque 3 milliards de Marks entre les années 1950-1960 en termes de réparation morale et matérielle des crimes innommables commis par le régime nazi contre les juifs (à peine 15000 juifs ont survécu en Allemagne alors que plus de 200 000 autres étaient tués). Cet élan mémoriel solidaire a eu lieu suite aux  énormes pressions de la diaspora juive pro-sioniste établie partout dans le monde. Celle-ci a fait de la collecte annuelle de fonds au profit du gouvernement de Tel-Aviv un devoir communautaire de premier ordre. Or les pauvres palestiniens étaient depuis 1948 déçus par ces arabes qui se réunissent à huis clos pour sortir enfin de leurs conseils d'une banale décision, celle de «dénoncer»! Et aussi par les multiples guerres infructueuses (1967, 1973, etc), et ce fameux traité d'Oslo en 1993 qui ne leur ont apporté que des petites misères supplémentaires. Tous ces ingrédients empoisonnés se ramènent, comble d'histoire, à la sauce belliqueuse entre le Fatah et le Hamas. Et aux déchirements internes qui n'en finissent pas. Enfin, cette Palestine, tirée vers le bas pendant plus d'un demi-siècle par cette communauté internationale factice, devrait aujourd'hui recouvrer ses pleins droits, plutôt son «droit de vie» en tant que Etat indépendant reconnu par les traités de l'O.N.U et par l'ensemble des nations du monde.     

 

Kamal Guerroua
Mercredi 21 Octobre 2015 - 19:04
Lu 229 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+