REFLEXION

CONTRIBUTION: Les Lobbys, la Politique et l’Histoire …Le Clash des Memoires: Ces voix discordantes et scandaleuses qui viennent de l’Intérieur

En 1976, Dans son Livre, The Hoax of the Twentieth Century (L'Imposture du vingtième siècle), l’ouvrage négationniste le plus diffusé dans le monde anglophone ; Arthur Butz, professeur associé d'informatique à la Northwestern University (Illinois) affirme que « L’Holocauste ou la Shoah sont devenus une religion, un commerce, une industrie. »



CONTRIBUTION: Les Lobbys, la Politique et l’Histoire …Le Clash des  Memoires: Ces voix discordantes et scandaleuses qui viennent de l’Intérieur
En 1979 un universitaire et professeur de lettres, Robert Faurisson fait publier en France dans le journal le Monde un article qui lui a valu pas mal de déboires. Il avait qualifié le génocide de mensonge « permettant une gigantesque escroquerie politico-financière dont l’état d’Israël est le seul bénéficiaire. »Il fût trainé en Justice par neuf associations juives, en 1989 il fut victime d’un passage à tabac qui lui valut une fracture de la mâchoire. L’agression a été reconnue par un mystérieux groupe, les « Fils de la mémoire juive. » En 1993, l’essayiste suisse Jürgen Graf publie « L’Holocauste au scanner », bien évidemment en remettant en cause certaines vérités établies et quasi sacrées, l’écrivain évoque les enjeux financiers, politiques et socio psychologiques et démonte les mécanismes qui contribuent à empêcher toute autre tentative qui vise à instituer un autre débat. Il déclare : « La fin de la légende de l’Holocauste constituerait pour nos historiens, journalistes et Intellectuels, une débâcle sans précédent et qu’en se battant pour les chambres à gaz, les gens de médias, et les historiens officiels se battent pour leur propre cause. »
Ces voix discordantes et scandaleuses qui viennent de l’Intérieur
En 2000, le politologue et historien américain Norman G. Finkelstein publie « L’Industrie de l’Holocauste » un autre réquisitoire contre cette terrible volonté d’asservissement des consciences. On ne peut pas taxer cet homme d’antisémitisme car il est lui-même Juif dont les parents étaient des survivants du ghetto de Varsovie. Norman G. Finkelstein a voulu abonder dans le sens de certaines analyses abordées dans le livre de son confrère, l’historien américain Peter Novick ,The Holocaust in American Life , ils s’attellent tous deux , selon des nuances différentes , à dénoncer que la « mémoire de l’holocauste » s’avèrerait une construction idéologique d’intérêts particularistes convoités par certains Juifs au U.S.A et qui s’étaient constitués en «état victime» pour se transformer ensuite en un groupe ethnique le plus florissant des Etats-Unis ; un groupe qui engrange des bénéfices considérables de ce statut injustifié de victime, avec à la clé , une incroyable immunité face à la critique la plus justifiée. En 2007, deux professeurs émérites aux USA, l’un en sciences politiques et l’autre en relations internationales, publièrent un Livre détonnant « Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine ». Les deux célèbres auteurs John J.Mearfsheimer et Stephen M.Walt ne font que confirmer d’avantage l’ensemble des allégations relatées dans le monde depuis tant d’années.Ils expliquent dans leur ouvrage fort documenté que le soutien indéfectible des Etats-Unis à Israël ne peut s’expliquer ni par des intérêts stratégiques commune ni par des impératifs moraux mais qu’il est dû à l’influence d’un Lobby qui travaille activement à l’orientation de la politique étrangère américaine dans un sens pro-israélien , qui exerce des pressions efficaces sur le congrès , les présidents et leur administration et qui jouit d’une influence considérable sur les universités et les médias.
Tout le monde est aujourd’hui excédé et outré par cette gigantesque et pernicieuse influence de ces « Lobbys » qui font dangereusement perdre aux pouvoirs politiques, aux gouvernements leur indépendance, leur autonomie, leur liberté, leur intégrité. Nul ne peut aussi contester aujourd’hui, car devenu trop flagrant et dangereux pour tout le monde, l’immense pouvoir que détient le Lobby israélien ou Juif qui constitue aux Etats-Unis une véritable pieuvre dont les activités submergent tous les secteurs de la société américaine. Plus de cinquante organisations juives quadrillent la politique et la vie intellectuelle américaine et surveillent toute forme de dissidence aux intérêts Israéliens et Juifs :
1- La plus puissante de ces Maffias légalisées demeure de très loin la légendaire AIPAC ( American Israel Public Affairs Committee) dont le rôle est d’agir à des niveaux supérieurs tels le contrôle du Congrès , des partis politiques (Républicain et démocratique ) et d’avoir la main basse sur Hollywood et les Médias. Le Lobby apporte un soutien financier très conséquent aux politiciens qui promettent de se prostituer pour l’Etat Hébreu et orchestre admirablement des campagnes de presse « pro » ou « anti » selon les tendances qui servent ou desservent le bien-être de la progéniture d’Abraham.L’AIPAC tout comme son minable alter égo le CRIF en France sont devenus la Kaâba autour de laquelle doivent obligatoirement et solennellement tournoyer l’ensemble des personnalités politiques qui brigueraient de hautes charges au niveau de l’Etat.
2-La deuxième organisation non moins influente demeure L’A.D.L (Anti-Defamation League) fondée en 1913 et dont le rôle consiste à broyer par le biais de procès impitoyables toutes réflexions ou actions qui pourraient non pas nuire de quelque manière que ce soit aux intérêts israéliens et juifs car ils n’ont jamais été menacés et surtout pas par les arabes, mais de bâillonner littéralement les rares vérités qui émanent de cercles d’intellectuels imprudents et peu dociles sur lesquels pèseront à titre de représailles divers problèmes dans leurs carrières professionnels , rencontreront d’énormes difficultés dans la publication de leurs écrits , dans la locations de salles pour leurs conférences et meetings…, et auront à affronter des actions judiciaires qui ruinerait leur carrière et leur vie.Cette organisation ne s’est même pas gênée de pratiquer sur le sol américain lui-même un espionnage généralisé digne du KGB et de fournir les renseignements glanées laborieusement à Israël ou de s’en servir sur le sol américain afin de renforcer davantage leur pouvoir. A suivre
3-La troisième organisation aussi influente que ses consœurs est la Présidents Conférence qui regroupe plus d’une cinquantaine d’organisations Juives disséminées à travers cette Amérique décharnée et qui structurent et orientent à un niveau plus décentralisé et régional une politique dictée par l’AIPAC et de manière globale au service des Juifs et d’Israël. En définitive ce Lobby est carrément devenu un Etat dans l’Etat. En parlant du CRIF (Conseil Représentatif des Instituions Juives de France) une organisation qui s’attèle à imiter son alter égo américain L’AIPAC , l’historienne juive française Esthere Benbassa s’insurge et déclare : « Qu’est-ce que le Crif sinon un groupuscule endogamique qui se donne des airs de petit Etat indépendant , agissant à sa guise , faisant plier les uns et les autres , tant par le biais de l’autocensure , sensible chez bien des journalistes , craignant à juste titre d’être soupçonné d’antisémitisme dès qu’ils oseront critiquer la politique israélienne , que par l’instrumentalisation de la culpabilité de la Shoah intériorisée par la classe politique»(27).L’UPJV (l’Union des patrons et des professionnels juifs de France), avec un mimétisme époustouflant fait preuve du même zèle que tous les autres maillons du Lobby Juif où qu’il ait pu germer et prospérer ; Lors du fameux dîner annuel que toutes ces sectes sataniques organisent pour séduire et ensorceler les politiques, cette Union a décerné au Président Sarkozy le prix de l’homme politique de l’année. Le Président de ce conglomérat Claude Barouch réaffirme le même crédo avec lequel on nous soûle depuis des dizaines d’années : « Le véritable Lobby que nous voulons affirmer doit relever un premier défi. Celui qui consiste à assurer l’organisation de la faisabilité des chantiers sur lesquels elle travaille et qui sera la véritable et première démonstration à l’égard de tous , dans la communauté et dans la nation , que notre détermination est sans faille. »
En novembre 1978, Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial, alla jusqu’à demander au président Carter de briser le « lobby juif » qu’il assimila à « une force de destruction », à « un obstacle à la paix au Proche- Orient » (28). Tel un effet boomerang, cette influence incontrôlable est en train de discréditer et diaboliser complètement l’ensemble de la communauté juive en créant des sentiments très forts et généralisés de judéo phobie et par un effet boule de neige, elle a complètement discrédité la politique étrangère américaine. Pour parer à cette calamité, d’autres courants plus modéré et moins belliqueux tel le J.Street Political Action Committée fondé en 2008, tente de s’imposer aux Etats-Unis en interlocuteur et médiateur. Cette organisation prétend œuvrer pour aboutir à un terme au conflit israélo-palestinien et s’exerce à promouvoir une politique américaine au Moyen-Orient moins désastreuse que celle dont a été l’instigateur le Lobby pro-israélien (AIPAC /ADL/P.C…). Dans on Livre « Le Jewish Power », le journaliste américain J.J.Goldberg, spécialiste de la vie culturelle juive, évoque lui aussi « Le pouvoir juif » dans le système étasunien et décrit avec grande clarté et objectivité les réseaux d’influence politique des Juifs. Il exhorte finalement le Juifs à s’informer de « ce qui se passe en leurs noms »(29). Dans une interview accordé au journal « Israël magazine », Julien Dray, député P.S et porte parole de Ségolène Royale, lui aussi Juif ne pourra pas s’empêcher de dénoncer le lobby juif - « Il faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra ». Un autre écrivain excédé par cette France qui ne ressemble plus à rien, publie un Livre « Le CRIF, un lobby au cœur de la république. Dans son ouvrage, l’auteure Anne Kling décrit avec virulence l’incroyable activisme et l’influence disproportionné de ce lobby sur la vie politique française. En 2008, un autre livre publié par - Hervé Ryssen « La Mafia Juive » vient encore une fois jeter l’opprobre sur une ethnie qui a fait tant d’efforts pour rester irréversiblement inattaquable et discrète comme si les gènes criminels avaient épargné leur communauté. Partout, dans les médias, à Hollywood, la judéité des criminels et des trafiquants n'apparaît presque jamais ; et pourtant la mafia juive est sans aucun doute la mafia la plus puissante du monde. La plus dangereuse aussi. A suivre


Notes et Références:
(27) Esthere Benbassa -Le CRIF, vrai Lobby et faux pouvoir, Libération du 17 février 2010.
(28) Le poids du Lobby pro-israélien aux Etats-Unis – Serge Halimi, Le Monde Diplomatique, Aout 1989
(29) J.J.Goldberg Jewish Power : inside the jewish establishment, Addisson-Wesley, 1996



MAZOUZI Mohammed - Enseignant - Mostaganem
Mardi 29 Mars 2011 - 10:03
Lu 337 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+