REFLEXION

CONTRIBUTION : La robe ne fait pas le médecin : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme

Conscients de la lourde responsabilité qui nous incombe, Nous, professionnels de la santé, avons jugé que notre premier devoir est de lancer cet appel à l'ensemble du corps médical pour l'inciter à faire preuve d'une conduite exemplaire et d'une rigueur morale à
la mesure de la noblesse de nos professions.



Tout Pharmacien, Médecin, Chirurgien-dentiste digne et respectueux des principes de la morale islamique et de l'éthique universelle, doit exercer sa profession dans des conditions conformes à la noblesse de sa mission; au service de la population. Il s'abstiendra de tout acte, comportement ou manifestation de nature à tenir l'image de marque ou l'honorabilité de sa profession, même en dehors de l'exercice de celle-ci.
Au service du citoyen et du patient, le praticien mettra son savoir-faire, son dévouement et sa conscience professionnelle dans l'accomplissement de ses tâches, tout en étant aimable, patient, tolérant, inspirant confiance et respect. Modeste, indulgent, bienveillant, il ne se laissera jamais compromettre par ses actes, ses paroles ou ses écrits. Il doit fournir le bon exemple de sagesse, de bonté et de courtoisie ; taire les secrets qui lui sont confiés et veiller à ce que tout document confidentiel soit à l'abri d'éventuelle indiscrétion. Il s'interdira de céder aux tentations ou- aux pressions d'où qu'elles viennent, d'entreprendre des pratiques ou actes qui dépasseraient sa compétence ou ses possibilités matérielles ; il s'abstiendra de faire courir un risque au malade. Respectueux du droit de toute personne de choisir le praticien qu'elle désire, il bannira la publicité, la réclame, la concurrence sous toutes leurs formes. En matière d'honoraires ou de tarifications, il se contentera de ce que lui permet la législation en vigueur et proscrira, pour indignité, l'acceptation d'une commission, le « travail au noir», le compérage ou la dichotomie avec des confrères, l'exercice de sa profession dans des conditions qui puissent compromettre la qualité des soins qu'il prodigue. Il veillera à ne pas établir des certificats de complaisance, rédiger des rapports tendancieux, délivrer des médicaments au mépris de la législation.
Vis à vis de ses pairs ou de ses collaborateurs, le Médecin, Pharmacien, Chirurgien dentiste, paramédical  se doit d'être courtois, s'interdire de calomnier son confrère ou de médire de lui, s'interdire tout sectarisme. Il est de bonne confraternité de prendre la défense d'un confrère critiqué, calomnié ou injustement accusé. Il doit faire preuve de collaboration, de solidarité et non de compétition, pour le bien de la profession et de la société.
En milieu hospitalier, nos confrères se doivent de respecter la dignité, la personnalité, les opinions et croyances de leurs consultants ou de leurs patients ; d'entretenir des relations courtoises avec leurs pairs, leurs collaborateurs de l'équipe de santé, leurs malades, le personnel administratif. Ils doivent le respect à leurs maîtres et à leurs chefs hiérarchiques en toutes circonstances.
Au malade, notre devoir est de lui assurer un bon accueil, un confort physique, mi réconfort moral de l'examiner consciencieusement à l'abri de toute indiscrétion ; de lui fournir des informations sur son état de santé, les résultats de ses examens, les traitements proposés ou suivis. Son dossier sera communiqué, avec les précautions de discrétion requises, à tout confrère sollicité par le patient pour un avis complémentaire ou pour un suivi thérapeutique.
Les demandes d'examens, comme toute autre prescription, doivent être rédigées correctement, bien lisibles, portant l'identité et la signature du prescripteur: Il est impératif de lutter contre les prescriptions abusives, le gaspillage, la pharmacodépendance, les maladies iatrogènes. L'art de soigner est de dispenser des prestations de qualité au moindre coût.
Au sein de la communauté, le Médecin, Pharmacien, Chirurgien dentiste et le professionnel de santé doit prodiguer des conseils à ses concitoyens, individuellement ou en groupe, en matière d'hygiène, de prévention, de nutrition, d'espacement des naissances, des méfaits de l'abus de médicaments, des bienfaits de la pratique sportive, et des inconvénients, voire des dangers de ce dernier chez certains patients. Il doit participer à la formation de ses jeunes confrères, leur faire partager son savoir et les fruits de son expérience. En collaboration avec les autorités administratives et les collectivités locales, il contribuera à créer un cadre de vie meilleure, au grand bénéfice de la santé de la population. En consacrant de temps en temps ses moments de loisirs à l'animation culturelle, il participera à l'élévation du niveau éducationnel des habitants de son quartier ou de son village. Enfin, il devra se recycler, se tenir à jour des progrès scientifiques et des innovations dans sa profession pour améliorer sa compétence et assurer ainsi son propre développement professionnel.
Notre souci majeur à tous est de promouvoir la santé de nos populations et de préserver les forces productives de notre pays. Accomplir cette mission, c'est bien ! L'accomplir dans la dignité, la confiance et le respect des convenances, c'est mieux !

Yahia Dellaoui
Mercredi 6 Janvier 2016 - 19:04
Lu 291 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+