REFLEXION

CONTRIBUTION : La jeunesse algérienne inquiète mais confiante de son devenir : que sera l’Algérie dans 15 ans (2030)?

Le gouvernement algérien ne doit plus vivre de l’illusion de la rente, que des Lois ou changement d’organisations et pour certains opérateurs privés le capital argent, qui créeraient le développement par miracle. Les fondamentaux sont ailleurs comme le montre l’importante masse monétaire dépensée entre 1963/2015 et l’économie algérienne reste toujours une économie rentière. Avec la baisse inéluctable des réserves de change entre 2016/2020, la chute du cours des hydrocarbures de longue durée, dont le Brent a été coté le 12 janvier 2016 à 31,19 dollars et le WIT à 30, 56 dollars, une baisse d'un dollar en moyenne annuelle occasionnant une perte de 600 millions de dollars pour l'Algérie, le prix de cession du gaz ne connait aucune amélioration , les USA pénétrant dès 2017 le marché européen, le Qatar se proposant même de livrer à l’inde selon des infirmations mondiales le gaz à 6/7 dollars le MBTU dès 01 janvier 2016( la moitié du prix algérien) sans compter l’entrée en force de l’Iran, que sera l’Algérie en 2030? Des questions pertinentes qui m’ont été posées par mes étudiants de doctorat



En ce mois de janvier 2016 il existe  deux alternatives, pour   une jeunesse  algérienne, angoissée vis à vis de son  avenir,  consciente des enjeux  tant locaux que mondiaux, mais confiante en le devenir  de l’Algérie.
1.-Que sera l’Algérie en 2030, c’est dire demain, avec une population qui approchera 40/50 millions d’habitants presque sans hydrocarbures traditionnels dont le taux d’emploi, la valeur de la monnaie, le taux de croissance via la dépense publique sont corrélées à plus de 70% à cette rente: déflagration sociale ou développement ? Quel sera le poids de l’Algérie dans les relations internationales sans les hydrocarbures en ce monde impitoyable ou toute Nation qui n’avance pas recule, le principal défi en ce XXIème siècle étant la maitrise du temps ? Telle est la question que doit se poser tout dirigeant soucieux des intérêts supérieurs du pays.  Telle ont été les questions qui m’ont  été posées par mes étudiants de doctorat angoissés vis à vis de leur avenir mais également confiants en leur devenir : « professeur, que sera l’Algérie dans 15 ans, l’Algérie étant indépendante depuis plus de 50 ans et malgré tous les discours  de nos dirigeants l’Algérie étant toujours une économie rentière. Quel sera notre avenir et celui de nos enfants si on a la chance de trouver un emploi digne et de nous marier ; nous avons beaucoup d’amis qui aussitôt terminés leurs études se retrouvent en chômage ». L’âge moyen de mes étudiants  étant d’environ 25 ans, ils auront alors 40 ans et entre-temps et ils auront pour exigence, comme tout Algérien, un emploi, un logement, se marier et avoir des enfants et donc une demande sociale croissante. Pour ceux qui travaillent actuellement (moyenne d’âge 35 ans) ils auront entre 50 ans et ceux de 45 ans 60 ans presque en retraite. J’ai essayé de donner une réponse adéquate et objective.  Nous aurons  deux scénarios pour l’Algérie.
 2.-Le premier scénario serait le  statu quo actuel suicidaire  avec une gouvernance mitigée, le retour à une  gestion administrée autoritaire des années 1970 ignorant les mutations sociales tant internes que mondiales  que voile  une certaine aisance financière avec des  réserves de change qui risquent d’aller ver l’épuisement  horizon 2018,   non pas due au génie créateur mais à la rente des hydrocarbures. Le risque sans un développement hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales, avec une population en majorité de plus en plus pauvre,    réalité voilée par  les autosatisfactions de certains responsables, vivant d’illusions au sein de bureaux climatisés, mais étant source de névrose collective car déconnectées des réalités sociales , la facilité étant de pondre des lois face aux  difficultés mais que contredisent les  pratiques quotidiennes. Si l’on prend l’hypothèse la plus optimiste (les derniers rapports internationaux  pour l’Algérie donnant un pic pour l’Algérie dans 15 ans ,pour le pétrole (10 milliards de barils en 2014 soit , 0,7% des réserves mondiales et entre 15/20 ans pour le gaz traditionnel (2700 milliards de mètres cube gazeux 1,3% des réserves mondiales)  et tenant compte d’une forte consommation intérieure, et du  nouveau modèle de consommation énergétique mondial qui se mettra en place entre 2020/2030 qui prépare les énergies alternatives qui risquent de raccourcir l’échéance pour le gaz, car on peut découvrir des milliers de gisements non rentables, il n’ y aura plus de devises provenant des hydrocarbures, Nous devrions assister  à la suppression du ministère des hydrocarbures et donc de Sonatrach  et par là celui de la solidarité nationale. Le risque est l’implosion de la caisse de retraite, pas d’attrait de l’investissement, chômage croissant, des tensions sociales de plus en plus criardes avec  une instabilité politique, à l’instar des pays les plus pauvres de l’Afrique subsaharienne et le risque d’intervention de puissances étrangères en cas d’instabilité de la région. En fait un pays qui sera de plus en plus marginalisé.
 3.-  Le second scénario se base sur les conditions favorables de développement de l’Algérie, par une gouvernance rénovée grâce à une plus grande moralisation des dirigeants, se basant sur les principes d’un Etat de droit, l’implication de la société, loin des mesures administratives autoritaires, donc des actions démocratiques, corrélativement à la réhabilitation du savoir,  du management stratégique de l’entreprise et des institutions, par une libéralisation maîtrisée grâce au rôle central de l’État régulateur. Le défi majeur  sera  la maitrise du temps, supposant donc des compétences avérées car  en économie le temps ne se rattrape  jamais, contrairement à la mentalité culturelle rentière.  Pour cela, il faudra impérativement avoir une vision stratégique afin  que  l’Algérie ait un rôle actif dans le monde demain, turbulent et en perpétuel mouvement, en évitant  d’agir bureaucratiquement, éviter l’instabilité juridique, le manque de cohérence et de visibilité dans la politique économique et  combattre  la mauvaise gestion. L’on devra éviter  cette illusion que le développement s’assimilerait au capital argent, à  la dépense monétaire via la dépense publique  sans se préoccuper des mutations technologiques  dont les mutations énergétiques  au niveau mondial revoyant à l’économie de la connaissance ( transfert technologique et managérial, par un partenariat gagnant/gagnant)  et des impacts réels à moyen et long terme. Il s’agit également de combattre la corruption qui s’est socialisée en démobilisant toute énergie créatrice,  dont la sphère informelle. Son intégration suppose non des mesures autoritaires mais d’autres mécanismes de régulation  transparents,  existant  des relations dialectiques au niveau des différentes sphères du pouvoir, entre la logique rentière dominée par les hydrocarbures  et la logique de cette sphère informelle produit du dysfonctionnement des structures de l’Etat. Cela   explique fondamentalement la marginalisation des producteurs de richesses, reflétant la faiblesse  d’un État de non droit, sphère contrôlant  40.% de la masse monétaire en circulation  avec une intermédiation financière informelle où tout se traite en cash. Cela  rend inopérant certaines mesures si louables soient t- elles  comme l’exigence  de 500.000 dinars par chèques pour toute transaction, ou de l’intégration du capital argent de la sphère informelle au sein de la sphère réelle. Cela , renvoie  d’ailleurs au manque de confiance, de  l’incertitude vis-à-vis de l’avenir  avec ce dérapage accéléré du dinar ( plus de 180 dinars un  euro au niveau du marché parallèle )  et à l’inefficience du système financier lieu de  distribution de la rente . Il faudra éviter  la concentration excessive du revenu national au profit de rentes spéculatives destructrices de richesses, garder une partie de la rente pour les générations futures, libérer toutes les énergies créatrices, mettre en place un nouveau modèle de consommation énergétique reposant sur les énergies renouvelables dont le solaire. L’objectif  est de promouvoir des segments, y compris les services à valeur ajoutée, en réhabilitant l’entreprise en levant les contraintes d’environnement, le  terrorisme bureaucratique central et local, le système financier qui recèle d’importantes compétences mais soumis souvent aux injonctions politiques,  le système socio-éducatif inadapté dont le niveau s’est effrité, le savoir actuellement dévalorisé au profit des rentes et le foncier avec toutes les utilités. Toutes ces actions doivent être sous tendues par des objectifs stratégiques précis, par une réelle décentralisation au  sein de pôles régionaux dynamisés par des chambres de commerce régionales pour un espace équilibré et solidaire. Et ce, dans un environnement concurrentiel, loin de tout monopole public ou privé,  dans le cadre des avantages comparatifs mondiaux car la société algérienne évoluera forcément  au sein d’une économie mondiale de plus en plus ouverte. Cette nouvelle approche  reposera sur  des allocations bien  ciblées d’investissement, les infrastructures n’étant qu’un moyen. L’on devra  faire un  bilan objectif des impacts réels  des programmes  de la dépense publique  entre 1963/2015 , de la règle des 49/51%, s’il y a eu impact positif sur le transfert technologique  et  la baisse des importations, et également de l’impact du passage du Remdoc au Credoc,  le bilan des assainissements des entreprises publiques ainsi que de  l’efficacité  de la  gestion des réserves de change notamment des montants placés à l’étranger afin d’éviter les mêmes erreurs du passé , loin de toute vision idéologique.
 4.-En conclusion, au cours de ce débat, nous sommes arrivés à ce constat  que pour arriver à des solutions réalistes qui suscitent l’adhésion de la majorité de la population,  il faut dialoguer et toujours dialoguer, le plus grand ignorant étant celui qui prétend tout savoir. Il faut impérativement  et encourager le développement des libertés dans tous les domaines à la fois,  politique, culturelle, économique, et combattre toute forme de monopole grâce au rôle important de l’Etat régulateur qui doit concilier l’efficacité économique avec une très profonde  justice sociale. L’économie de marché concurrentielle ne signifie aucunement anarchie. Le dialogue doit être productif, ni sinistrose, ni autosatisfaction.  Gouverner étant de prévoir, les défis qui attendent l’Algérie sont immenses du fait de l’important retard accusé dans la  réforme globale. Les politiques  socio-économiques  depuis des décennies  se sont    réfugiées dans des actions de replâtrages conjoncturels en misant sur  la dépense monétaire et aux réalisations physiques souvent ne répondant pas aux normes internationales, sans se préoccuper  des coûts. Le grand handicap de l’Algérie  est le manque de  vision stratégique tenant compte  tant  des mutations internes que mondiales. L’Algérie a déjà plus de 50  années d’indépendance politique. Or 2030, c’est l’Algérie de demain qui peut soit rentrer dans  la régression économique et sociale avec des conséquences dramatiques ou  devenir un pays pivot au sein de l’espace euro méditerranéen et  africain. Grâce à un contrat de confiance, un renouveau de la gouvernance, selon cette jeunesse algérienne, l’Algérie, en a les potentialités.

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Mercredi 13 Janvier 2016 - 19:24
Lu 476 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+