REFLEXION

CONTRIBUTION : Hannibal, le mystère Moussa Sadr et la fausse bannière Hezbollah

De nombreuses coïncidences pour ne pas avaler cette malheureuse « aventure » d’Hannibal Kadhafi ! Il était le parfait modèle, rare, inespéré, pour en faire un objet de propagande politique qui sied au contexte actuel de lutte contre le terrorisme en Syrie et en Irak vers lesquels les yeux du monde convergent !



Qui l’a poussé (piégé ?) à quitter la Syrie pour aller au Liban en franchissant clandestinement la frontière ? Une opportunité                     sans pareille, qui ne se renouvellera pas, pour régler des comptes, pour dénigrer, pour humilier, pour discréditer, pour affaiblir ces adversaires indomptables ! Que peut-on ériger de mieux comme plan d’attaque quand nous avons dans le même panier tous les « ingrédients » pour une tactique pouvant mettre un ennemi en grande difficulté !
Nous avons : Un ‘mystère’ Moussa Sadr non encore élucidé avec de forts soupçons de son assassinat sur la Libye de Kadhafi ; un fils de Kadhafi (pourtant médecin) présenté par une certaine presse surtout libanaise (pro-occidentale et pro-sioniste) comme « le sulfureux », « le scandaleux», « l’habitué des commissariats », « le fils du défunt dictateur », « le collectionneur de frasques et démêlées avec la justice européenne» « le bagarreur », « le névrosé» etc. ! Un dégoûtant individu, infréquentable, que la Syrie abrite et protège ! Une Syrie qui traque, sur le terrain des combats, ces terroristes mercenaires avec l’aide de la Russie et du Hezbollah ! Un Hezbollah qui domine la région de la Bekaa, insiste cette même presse, où précisément a été kidnappé durant 4 jours Hannibal après avoir été tabassé ! Un kidnapping où les ravisseurs exigent curieusement à Hannibal des informations sur la mort de Moussa Sadr ce martyr chef du haut conseil supérieur chiite libanais ! Un Hannibal relâché au même endroit, le visage tuméfié, qui appelle sur une vidéo justement «tous ceux qui ont des preuves sur le dossier de l'imam Moussa Sadr à les présenter sans tarder» ! Une police libanaise qui reste muette et qui ne donne rien comme information sur ce rapt !  Un juge qui, comme par hasard, pose les mêmes questions que les ravisseurs, qui le libèrent, mais que lui arrête pour « avoir caché des informations sur la disparition de l’ancien  imam Moussa Sadr » (disparu au cours d’une visite en Libye en 1978).
Il faut être stupide pour ne pas comprendre que c’est bien le Hezbollah chiite libanais que l’on vise pour le discréditer en s’employant à faire admettre qu’il est derrière ce méprisable kidnapping ! Ce Hezbollah de résistants, anti-impérialiste, anti sionistes, anti-hégémonique, anti-terroristes qui pratiquerait les mêmes méthodes abjectes et mafieuses ! Ce même Hezbollah accusé avec la Syrie d’être impliqué dans l’assassinat de Hariri ! Un Hezbollah prompt à trahir son allié Syrien pour son égocentrisme ! Un Hezbollah que l’on s’efforce à nous présenter fourbe qui peut aller jusqu’à exiger idiotement des informations sur la mort, il y a 38 ans, d’un des leurs à un des fils de Kadhafi même âgé, alors, de… 03 ans !  
Des marionnettistes pseudo nationalistes qui défendent de la sorte Moussa Sadr, pour mieux nuire au Hezbollah et aux Chiites !
La fausse banniere Hezbollah etait toute désignee !
La Syrie a vite compris la manœuvre et la manipulation en demandant l’extradition d’Hannibal, qui avait élu domicile en Syrie, mais que le ministre de la Justice Achraf Rifi a rejeté.
Le « False flag », en fait, est non seulement évident, mais très mal monté et très mal relayé surtout par les médias occidentaux « mainstream » qui prennent comme référence, en y rajoutant, une certaine presse arabe affidée aux thèses occidentales dont certaines ‘libanaises’ se déclarant clairement « étendard de la francophonie » !
Bien-sûr que Hannibal, enfermé, fera des «révélations décisives», livrera au « juge Zaher Hamadé des informations détaillées», donnera des « précisions sur des actions d’agents secrètes libyens en Italie » etc…
Concluons avec ces déclarations « pertinentes » d’un autre juge libanais nommé Hassan Chami : « En 1978, Hannibal Kadhafi avait trois ans, il ne pouvait pas être directement impliqué dans cette affaire, mais nous sommes face à un personnage qui a des liens forts avec le Liban. (son épouse est libanaise), il s'intéressait beaucoup à la disparition de Moussa Sadr et en discutait beaucoup avec des interlocuteurs libanais …et puis, Hannibal est le fils d'un dictateur qui avait la haute main sur l'appareil d'État libyen. Il avait, à ce titre, comme tous les membres de la famille de Mouammar Kadhafi, accès à toutes les informations qu'il voulait ».
Pour Chami donc, le « sage » père de famille libanais, feu Mouammar Kadhafi ce libyen du lointain Maghreb informait naturellement ses enfants, une fois adultes, de ses crimes et complots !
Méditons toujours ceci :
 «Vous, vos Bergers et vos Chiens. On me l'a dit : il faut que je me venge » (La Fontaine)
«L'intolérance et la haine prospèrent dans l'ignorance, la stupidité et le faux nationalisme » (Albert-Ena Caron /Les Mauvais Bergers)

 

DJERRAD Amar
Mardi 22 Décembre 2015 - 17:28
Lu 304 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+