REFLEXION

CONSEQUENCE DE LA FLAMBEE DU PRIX DE L'IMMOBILIER : Plus de 3000 ha de terres agricoles menacés par l’urbanisation intensive !

La vente des terres agricoles privées et leur reconversion en foncier pour bâtir des habitations est certainement la plus dangereuse menace qui guette l'agriculture dans la wilaya de Mostaganem. Un phénomène qui prend de l'ampleur chaque jour un peu plus, en allant crescendo avec les nombreuses convoitises suscitées par la flambée du prix de l'immobilier surtout en milieu semi-urbain. Ainsi, selon des sources sûres, pas moins de 3000 hectares de terres agricoles sont menacés par l'urbanisation galopante et intensive.



L’expansion désordonnée du tissu urbain à Mostaganem a complètement transformé le paysage de la cartographie régionale, ce qui sous-entend que l’intervention urbaine a connu et connait toujours des problématiques, responsabilité importante dont la charge est sous-estimée par qui de droit durant leurs mandats respectifs. Dernièrement, le chef de l’exécutif de la wilaya de Mostaganem s’est attaqué au bradage des terres agricoles et d’autres qui relèvent des biens de l’Etat où des dizaines de constructions illicites ont été construites sans le moindre document administratif. Ce dossier longtemps mis en veilleuse particulièrement par les maires des Communes et ce, pour ne pas froisser les sensibilités et également pour tenter de gagner les prochaines batailles électorales pour certains  qui se considèrent  comme « des élus à vie » , le traitement des cas de constructions illicites sur les terres agricoles, celles de la zone d’extension  touristique et celles des biens de l’Etat est malheureusement remis à l’ordre du jour  par le wali et doit finir  par l’application de l’unique mesure décidée par la loi, celle de la démolition que beaucoup d’élus craignent d’y recourir et  qui ont tenté par tous les  moyens de la rejeter d’une échéance à l’autre pour les raisons citées . Aujourd’hui et à la fin du délai de 5 ans prévu par la loi n°08-15 de  l’année 2008 portant sur la mise en conformité des constructions et leur achèvement, qui a expiré le 20 juillet dernier. L’expansion anarchique de l’urbanisme à Mostaganem a été perpétrée bien avant, quand les terres agricoles ont été squattées, et ont servi pour permettre la construction des bâtiments et autres projets lancés anarchiquement, sans pour autant respecté le plan communal. Malheureusement on peut déplorer beaucoup de décisions prises à la légère, à l’encontre du souci du citoyen et du non-respect des lois régissant le plan de l’urbanisme, et la liste des bavures est longue. L’expansion anarchique de l’urbanisme à Mostaganem a été perpétrée bien avant, quand les terres agricoles ont été ''squattées'', et ont servi pour permettre la construction des bâtiments et autres projets lancés anarchiquement, sans pour autant respecté le plan communal. Malheureusement on peut déplorer le non-respect des lois régissant le plan de l’urbanisme, et la liste des bavures est longue maintes fois publiées sur les colonnes des journaux.

A.S. Mohsen
Vendredi 8 Janvier 2016 - 16:08
Lu 370 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+