REFLEXION

CONGRES DE LA SOUMMAM : Renaissance d'un Etat Algérien

« La grande révolution dans l’histoire de l’homme, passée, présente, et future, est la révolution de ceux qui sont résolus à être libres » John Fitzgerald Kennedy

Organisé par Abane Ramdane et Larbi Benmehidi, le congrès de la Soummam déterminant pour une révolution et une lutte sans merci contre l’envahisseur avait pour but très précis, l’adoption d’une charte structurant l’ossature du mouvement de l’insurrection contre l’impérialisme, éclater l’Algérie en Wilayates et Zones, et doter l’organisation, en structures militaires et administratives.



CONGRES DE LA SOUMMAM : Renaissance d'un Etat Algérien
Cette structuration imposée par ces chefs politiques nous démontre  tout le sens de ces décisions ne pouvant être décidées  que par un Etat libre et indépendant. Les militaires organisés  issus de la branche du FLN, une primauté politique et combattante s’occupant des combats, de la logistique, de l’armement, du recrutement des soldats, de l’improvisation des opérations etc….tout en étant à la tête de structures administratives , s’occupant de tout ce qui est état civil, conflits intestinaux , divergences entre tribus, impôts, quête d’argent,  ravitaillement alimentaire etc..  

Plate-forme du congrés
Le congrès de la Soummam, acte fondateur de l'État algérien moderne et pilier déterminant pour la réussite de la révolution algérienne, a eu lieu le 20 août 1956 aux villages d'Ighbane et d'Ifri dans la commune d'Ouzellaguen. Il est organisé principalement par Abane Ramdane qui a réussi à rallier à sa cause Larbi Ben Mhidi et Krim Belkacem. Les partisans du congrès de la Soummam étaient Krim Belkacem, Omar Ouamrane, Si M'hamed de son vrai nom Bougarra, Youcef Zirout, Bentobal, Si Sadek (de son vrai nom Slimane Dehilès), Azzedine, Si Lakhdar, Ali Khodja, Ali Mellah, etc. La délégation extérieure dirigée par Ahmed Ben Bella n'a pu rejoindre le territoire et Mostefa Ben Boulaïd ne sera pas présent lors du congrès. Le Conseil national de la révolution algérienne (CNRA) désigné par le congrès de la Soummam se composait de 34 membres : 17 titulaires et 17 suppléants : Parmi les  membres titulaires figuraient ,Mostefa Ben Boulaïd,Youssef Zighout,Belkacem Krim  et Mohamed Boudiaf. Parmi les membres suppléants on nomme, Lakhdar Ben Tobbal,Slimane Déhilès,Abdelhafid Boussouf et Abdelhamid Mehri. Alors que le comité de coordination et d'exécution (CCE) était composé de Ramdane Abbane, Belkacem Krim, Larbi Ben M’hidi, Benyoucef Ben Khedda et Saâd Dahlab.  Après le congrès de la Soummam, l'Algérie a été divisée en six « wilayas » ou états-majors. Une wilaya est divisée en quatre zones. Chaque zone est divisée en quatre régions. La région est divisée en quatre secteurs. Elle possède une katiba de 120 hommes armés. Chaque secteur dispose de 40 mousseblins. Chaque division est contrôlée par un comité comprenant : un responsable politico-militaire, un adjoint politique, un adjoint militaire ; un responsable du renseignement et de la liaison et un service de santé et d'intendance. Ce congrès s’est tenu, un 20 Août 1956, dans un endroit improvisé pittoresque non climatisé, non doté de salle de conférences , sans aucune préparation,  un lieu dépourvu de toute modernité  dans une quelconque Dechra en Kabylie une zone à très haut risque, s’est tenu le fameux congrès de la Soummam, où des décisions historiques ont été prises par des hommes très déterminés à renvoyer la France chez elle et continuer cette guerre qui plus tard marquera le monde entier. Pouvons-nous imaginer un seul  instant que tenir une réunion pareille dans des conditions que nous venons de citer plus haut relève du miracle de Dieu et d’une volonté de fer unique de ces nationalistes aux nerfs d’acier que rien n’a fait reculer, candidats à la mort avec le seul espoir, c’est de voir ce pays  martyrisé, violé, bafoué, humilié, volé, libéré du joug colonial. Ces grands héros, ces hommes  d’un courage unique et d’une témérité exceptionnelle incomparable ont donné leurs vies pour qu’un jour l’Algérie deviendra indépendante.  Ces êtres rarissimes, insolites   à qui nous rendons un immense hommage, nous ont tracé la voie de la liberté et de l’avenir. A nous de transmettre cet héritage que seuls les grands pays du monde qui ont connu des révolutions  similaires à la notre, possèdent. Il est de notre devoir de transmettre   à nos générations et descendants qui  doivent  se rendre  compte que le prix d’une liberté  vaut beaucoup de sacrifice même au détriment d’une vie. Que les autorités actuelles concernées par la gestion de notre pays, munies de moyens très sophistiqués et modernes s’inspirent de l’exemple de ces braves qui dans des conditions improvisées avec rien  ont pu concrétiser le rêve qu’ils se sont tracé pour être libres et indépendants.  

B.Adda
Lundi 19 Août 2013 - 23:00
Lu 2282 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+