REFLEXION

CONERENCE ORGANISEE PAR L’ASSOCIATION CLUB ALGERIE XX EN ASSOCIATION AVEC L’UNIVERSITE PANTHEON SORBONNE : « Bilan et perspectives de l’économie algérienne dans le cadre de la mondialisation »

La conférence a été tenue à l’amphithéâtre 1, archiplein, devant une assistance de plus de 1200 personnes. Abdelhak Hadjemi, président de l’association Club Algérie XXI et Rachid Ouali, Consul général d’Algérie à Paris, ayant tracé le bilan de la coopération algéro-française, ont ouvert cette conférence. Au terme des six interventions, un large débat s’en est suivi.



 1.-Le premier à intervenir a été Jean Louis Guigou  Délégué général de l’Institut  de Prospective  Economique du Monde Méditerranéen IPEMED sur le thème «  l’Algérie et la coopération euro-méditerranéenne » Pour l’intervenant il faut éviter la culture du passé considérant l’Algérie comme seul marché mais de favoriser  des partenariats gagnants/gagnants  à travers des Co-localisations. Le renforcement de la coopération dans tous les domaines du  couple algéro-français doit être renforcé  étant   une condition sine qua non de la stabilité euro-méditerranéenne et euro-africaine. Pour l’auteur, tout en n’oubliant pas le devoir de mémoire, l’histoire mais   devant  préparer l’avenir, l’énergie peut être le moteur du co-développement entre l’Algérie et la France par l’interconnexion des réseaux.
 2.-Le second intervenant  a été Slim Othamani PDG de NCA Rouiba sur le thème «  la nécessité d’une politique  industrielle et d’innovation compétitive  et innovante » qui a relaté sa propre expérience, ayant insisté sur le renouveau dans l’innovation, du management  organisationnel et technologique de l’entreprise algérienne qui doit s’insérer dans le  cadre de la compétitivité internationale en termes de couts-qualité. Il a insisté que les organisations patronales  ne doivent plus d’immiscer dans la politique, mais favoriser par un dialogue productif avec les pouvoirs publics  mettre l’entreprise créatrice de valeur  qu’elle soit publique ou privée au cœur  du développement  de l’Algérie.
3.-Le troisième intervenant   est Mme Linda Belaidi Présidente du cabinet  d’intelligence économique EASI  sur le thème « l’apport  de l’économie numérique  dans la croissance des PME » Les nouvelles technologies  doivent être maitrisées  et permettent de créer de la valeur   et rendre compétitive  les PME comme en témoigne le dynamisme des PME allemande.  Les nouvelles technologies influent sur l’organisation managériale des entreprises  d’où l’importance des mises à niveau  en donnant le primat à la formation  continue. L’auteur a relaté des expériences concrètes de réussite grâce  aux nouvelles méthodes de gestion.
 4.-La quatrième intervention a été celle du Professeur Abderrahmane Mebtoul  Expert international sur le thème  « bilan socio-économique et problématique de la transition énergétique »L’auteur a mis en relief que Sonatrach c’est l’Algérie et l’Algérie c’est Sonatrach. Environ ,97/98% des exportation relèvent  des hydrocarbures  et important 70% environ des besoins tant des entreprises publiques et privées  dont le  taux d’intégration ne dépasse pas 15% ayant engrangé 660 milliards de dollars entre 2000/2013 ayant permis une importante dépense publique programmée  à environ 600 milliards de dollars et 192 milliards de dollars de réserve de change  dont 86% placées à l’étranger. L’auteur a insisté qu’il faille éviter toute sinistrose car tout ce qui a été réalisé depuis 1993 n’est pas totalement négatif mais éviter toute autosatisfaction que contredit la réalité  car  force est de constater qu’il  n’ y pas eu proportionnalité entre cette dépense  taux de croissance moyen  de 3% entre 2000/2013 alors qu’il aurait du dépasser 10% du fait de la bureaucratie paralysante, qui produit la sphère informelle contrôlant 50% du tissu économique dominée par  la tertiairisation de l’économie ( 86%) et le déclin du tissu industriel ( moins de 5% dans le PIB). Les réserves se calculent  par rapport au coût et en  référence au prix international tenant  compte   de  la  concurrence russe ( North et South Stream-120 milliards de mètres cubes gazeux expliquant le gel de Galsi ) du Qatar, ( la part de marché de l’Algérie s’est rétréci  en Europe de 13/14% en 2010 à 9% en 2013,le Qatar 8% ), le champs d’in Amenas représentant 18% des exportations algériennes,  et de l’entrée du pétrole-gaz de schiste américain , ce marché représentant 20% des recettes de Sonatrach . Avec , 12,2 milliards de barils de pétrole  de réserve  en 2012, 3000 milliards de mètres cubes gazeux , au vu de la forte consommation intérieure et des exportations , ( pour le gaz elle dépassera les exportations horizon 2017 du fait du doublement  de la consommation d’électricité à partir des turbines de gaz dont le prix est plafonné  depuis 2005, posant la problématique générale des subventions  ) il y  aura épuisement des réserves d’hydrocarbures traditionnels, à moins d’un miracle  horizon 2025/2030 au moment où la population atteindra 50 millions d’habitants. . A ce titre l’auteur a proposé les axes de la transition énergétique telle que définie par le MEM , au cœur de la sécurité nationale   , un mix énergétique qui s’articulera  autour du développement des énergies renouvelables (100 milliards de dollars d’investissement programmées faire passer la consommation à environ 30/40% vers 2030 ,  de la recherche à l’amont (également 100 milliards de dollars programmées selon le MEM) ,  de la mise  en place d’ une meilleure efficacité énergétique , étant paradoxal de construire 2 millions de logements  avec les anciennes méthodes de construction consommant énormément d’énergie,  le MEM prévoyant horizon 2025 deux centrales nucléaires  et enfin   le développement du pétrole-gaz de schiste prévu dans la loi des hydrocarbures 2013 mais posant le problème de la forte consommation d‘eau douce ,  de la détérioration de l’environnement par la fracturation hydraulique et surtout son coût. En résumé pour l’auteur l’Algérie est à la croisée des chemins, et c’est sa dernière chance entre 2014/2020 : où elle réalise la transition économique dans le cadre de la mondialisation en développant des segments productifs  compétitifs hors hydrocarbures , devant s’insérer au sein de grands espaces   le Maghreb, pont entre l’Europe et l’Afrique,  l’Algérie en a les potentialités en renforçant l’Etat de droit , le primat de la connaissance sur la rente  et une gouvernance renouvelée  ou en  cas  de statut quo et d’immobilisme  elle sera éternellement sous développée avec des tensions sociales inévitables.
5.-La cinquième intervention est celle  d’Yves de Saint-Jarves  rédacteur en chef   de la revue Alger-paris ancien journaliste AFP- « problématique de la transition énergétique et de la protection de l’environnement  en méditerranée ». L’auteur a défini brièvement la transition énergétique  face à l’épuisement des fossiles classiques devant aller vers un MIX énergétique. L’on devra  analyser les effets  du cout  de  la pollution, les perspectives  du développement des énergies renouvelables, les enjeux énergétiques en méditerranée  et les perspectives  de  la coopération entre les différents pays de la région.
 6.-Enfin la sixième intervention   a été celle   de Chems-eddine HAFIZ,  avocat, responsable  de la Commission Paris-Alger au barreau de Paris sur le thème «  les investissements étrangers en Algérie, bilan et perspectives ».L’auteur est revenu sur la règle des 49/51% qui ne constituerait  pas l’obstacle essentiel  des IDE, bien que pouvant être légèrement assoupli, mettant en relief que l’attrait de tout investissement suppose la stabilité juridique, et surtout la confiance à travers les contrats. L’auteur a mis en relief également la nécessaire lutte contre la bureaucratie, rénover le système financier, le foncier   afin de rendre attractif les IDE en Algérie.

Dr Abderrahmane Mebtoul
Samedi 22 Mars 2014 - 18:44
Lu 1160 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+