REFLEXION

CONDAMNE PAR LE TRIBUNAL D'ORAN A 8 ANS DE PRISON:L'auteur du hold-up commis en France jugé



CONDAMNE PAR LE TRIBUNAL D'ORAN A 8 ANS DE PRISON:L'auteur du hold-up commis en France jugé
Le scénario mis en place par le dénommé L.A., âgé de 35 ans était presque parfait. Presque, parce que l’individu en question n’avait pas prévu qu’il allait oublier son propre permis de conduire sur les lieux du hold-up commis en 2002 à Paris. Le mandat d’arrêt international lancé contre lui étant resté infructueux, il fut jugé en son absence et condamné à 15 ans de prison par contumace par le tribunal criminelle de la capitale française. Il n’a été arrêté qu’en 2009 à l’aéroport d’Es-Sénia, et présenté devant le parquet pour répondre des faits commis outre-mer. A savoir : association de malfaiteurs, tentative de meurtre et vol qualifié. L’histoire remonte au 21 janvier 2002 à Paris, lorsque le mis en cause, avec la complicité de deux autres individus, a imaginé un coup qu’il espérait fumant. L’objectif du groupe consistait à s’emparer de la somme de 450.000 dollars dans le coffre d’un hôtel dirigé par un Algérien. Le dénommé L.A, avait demandé à ses complices de prendre une chambre dans l’hôtel visé, afin d’être sur les lieux le moment venu pour lui prêter main forte. Ce qui fut fait. Vers minuit « l’heure du crime », le « metteur en scène « est allé réveiller ses complices pour réaliser leur sinistre projet. Le trio fit irruption dans la chambre du propriétaire de l’hôtel, L.A. en tête avec un pistolet à la main, avec lequel il blessa la victime et s’empara de la totalité de la somme. Leur forfait accompli, les malfaiteurs s’enfuient vers l’extérieur de l’hôtel pour disparaître dans cette grande ville. Mais, dans sa précipitation, le meneur du groupe avait laissé son permis de conduire sur les lieux du crime. Le reste n’est plus qu’un jeu d’enfant pour les services de sécurité français qui ont lancé les recherches mais sans succès. Le mis en cause devait avoir quitté la France. D’où le lancement contre lui du mandat d’arrêt international. Appelé avant-hier, devant le tribunal criminel d’Oran, l’accusé a reconnu tous les faits énumérés, sauf que l’arme à feu n’était pas à lui. A l’issue de son réquisitoire, le représentant du ministère public à requis contre lui 18 ans de réclusion criminelle. Les membres du tribunal, lui ayant accordé le bénéfice des circonstances atténuantes, l’ont condamné à 8 années de pris ferme.

L. Islam
Vendredi 26 Novembre 2010 - 18:36
Lu 340 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+