REFLEXION

COMMUNE DE BENFREHA : Les habitants demandent leur part du développement



Les habitants de la Commune de Benfreha, située à 35 km du chef-lieu de la wilaya d’Oran, souffrent de graves problèmes de l’isolement en raison de l'absence de minimum d’infrastructures nécessaires pour une vie digne, et en dépit des appels et correspondances envoyés, selon certains résidents, aux responsables concernés, rien de concret n’a été réalisé, alors que la commune ne cesse de s’enfoncer dans l’oubli, et ses habitants souffrent le calvaire au milieu des condamnations et le mécontentement à cause de l'absence de projets de développement qui permettraient de sauver la commune de l'injustice et de la souffrance. Cette situation intenable a poussé la population à réclamer son droit au développement, qui reste totalement absent. Le nombre d’habitants de la commune de Benfreha est estimé à environ 21. 510 âmes, éparpillées à travers trois grands sites résidentiels et entourés par de nombreux villages à travers Haciane Ettoual, qui comprend 11. 564 habitants et Benfreha, le chef-lieu de commune avec 6.500 habitants, et Menadsia, avec 3000  habitants. Chaque année, elle est renforcée par un budget conséquent dégagé par la wilaya, et malgré cela, la présence de saleté et d’ordures cernent encore les entrées et les rues de la commune, qui s’est transformée en une décharge publique, après la prolifération généralisée des sacs en plastique et l'absence des services de l'hygiène, qui ne visitent qu’une fois par semaine, ces sites résidentiels. Les habitants pointent du doigt les élus qui ont  perdu espoir, pour une prise en charge réelle et efficace de leurs préoccupations, et malgré les ressources naturelles qui abondent dans la commune, à l’exemple de la fertilité des terres agricoles, elle reste désormais stérile à cause d’une gestion boiteuse, ce qui a augmenté la détérioration de la situation des routes, et le manque de canaux d’assainissement, où les rues ont été transformées en étangs et marécages d’eau usée et de boue, avec une pénurie d'eau potable, et l'absence de gaz naturel, ainsi que l'absence d’une couverture sanitaire, où la commune ne dispose même pas d’une polyclinique, malgré la densité de la population, sans compter le manque enregistré dans la région de Menadsa, en termes d’établissements d'enseignement scolaire où, malgré le fait que sa population est importante, elle ne dispose que d’une seule école primaire, ce qui a engendré une grande pression dans les classes. Tous ces problèmes accumulés sont devenus une obsession qui hante au quotidien les citoyens, en plus d'autres problèmes innombrables, une situation qui a contribué à l'expansion du cercle de la pauvreté pour de nombreuses familles au milieu du chômage étouffant des jeunes de la commune, où l’espoir demeure toujours vivant pour le règlement de leurs problèmes, et de les sortir des situations difficiles endurées par les habitants.                         

Touffik
Lundi 25 Janvier 2016 - 17:52
Lu 199 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+