REFLEXION

COMMISSION DES ŒUVRES SOCIALES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (ORAN) : Une économe et la présidente impliquées dans un détournement de fonds publics

Le juge d’instruction de la 7ème Chambre près le tribunal correctionnel à Hai Djamel Eddine, à Oran, a eu à traiter le dossier d’une affaire liée au délit de détournement de deniers publics dans laquelle est impliquée l’économe et la présidente de la commission des œuvres sociales au centre de formation professionnelle et d'apprentissage pour filles, situé proche de la Radio d’Oran. Il s’agit des dénommées (GH.B) et (S.Z) qui se sont accaparées des versements des travailleurs qui devaient être remis au centre commercial (Khodja), et l’entreprise (ENII), qui sont estimés à 130 millions de centimes. Les deux inculpées ont comparu en audience devant le tribunal suite à leur citation directe.



Les faits de cette affaire remontent aux derniers mois écoulés lorsque les deux inculpées ont reçu une liste des travailleurs désireux d’acheter par facilité un appareil électroménager, sur laquelle, ils ont apposé leurs noms. Les articles en question sont des réfrigérateurs, téléviseurs, machines à laver, du fait que le centre de formation  a conclu  un contrat d’achats avec  l’entreprise « ENI », et le centre commercial « Khodja ». Cette mission a été confiée à la présidente de la commission des œuvres sociales en coordination avec l’économe,  car ces deux dernières ont reçu les premiers versements des travailleurs, qu’elles devaient les verser aux deux fournisseurs, chose qu’elles ont rechigné de le faire, ce qui a porté le montant à 130 millions de centimes. Cet état de fait a incité les responsables des deux fournisseurs à avertir le centre sur le retard des versements, où il s’est avéré ensuite que les clients ont procédé à leurs versements, et que l’argent a été tout simplement ‘’détourné’’. Informés, les services de sécurité ont ouvert une enquête approfondie qui a conduit à l’arrestation des deux accusées, qui ont été présentées devant le Procureur de la République qui a renvoyé le dossier au juge d'instruction qui a rendu une ordonnance de les placer sous contrôle judiciaire jusqu'à leur comparution en audience. Au cours de leur procès, chacune des deux accusées a tenté de se disculper des charges retenues contre elle, sous le prétexte que leur emploi ne leur permet pas de gérer les fonds, alors que le centre de formation se constituant en tant que partie civile, a demandé un dédommagement matériel de 200 millions de centimes, tandis que le représentant du parquet général a requis à leur encontre 1 an de prison ferme. Le verdict a été reporté à la semaine prochaine.

Touffik
Vendredi 5 Juin 2015 - 18:07
Lu 230 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+