REFLEXION

COMMERÇANTS LESES PAR LE TRAMWAY D’ORAN : 80 dossiers d’indemnisation déposés



Les commerçants situés sur le tracé du futur tramway ont demandé à être indemnisés pour les préjudices financiers, résultant du manque à gagner subi à cause des travaux qui les ont obligés de fermer. Selon certaines sources proches de l’antenne d’Oran de l’union générale des commerçants et artisans algérien (UGCAA), plus de 80 demandes ont été effectués auprès de l’entreprise du métro d’Alger, maître d’œuvre du projet de réalisation du tramway oranais. Les demandes déposées par les intéressés ont été accompagnés de dossiers composés de documents attestant le bien fondé de leur revendication, précise-t-on de même source. Les dossiers concernent plusieurs commerçants dont les magasins sont situés sur les voies qui sont devenus des chantiers totalement inaccessibles aux véhicules et difficilement pour les piétons qui n’osent pas s’y aventurer par crainte des engins d’excavation et autres camions de gros tonnages qui occupent les lieux. Les premiers cas concernent les commerces situés dans la localité d’Es-Sénia, la ligne dont les travaux sont les plus avancés, et qui sera la première à être réceptionnée, estime-ton. De nombreux commerçants de cette localité seront, en effet, dans l’obligation de se reconvertir, au mieux, en gardant le même espace, ou de transférer leur activité. Des dépenses seront nécessaires dans les deux cas. D’autres commerçants, parmi les demandeurs de l’indemnisation, situés sur les voies ouvertes aux chantiers, sont dans le même cas, à savoir, ceux situés le long du boulevard ex Mascara, avenue aspirant Hammou Mokhtar (ex St. Eugène) sur toute leur longueur. D’autres, comme ceux des boulevard Maata Mohamed El Habib et Avenue Mohamed Boudiaf (ex rue de Mostaganem), ont commencé à préparer leur dossier d’indemnisation avant même la fermeture de l’accès et le lancement des travaux. Pour les voies devenues interdites à la circulation, beaucoup de commerçants ont ressenti lourdement les effets. On peut citer à titre d’exemple, des boulangers de l’avenue aspirant Hammou Mokhtar qui ont du mal à se faire approvisionner en matière première. Alors que le camion de farine s’arrêtait devant la porte, il ne gare plus qu’à plusieurs dizaines de mètres dans l’une des ruelles perpendiculaires à l’avenue. Ce qui présente un surcoût lié à la manutention, indique-t-on. Concernant les indemnisations, les mêmes sources signalent qu’une longue liste de commerçants parviendra à l’entreprise du métro d’Alger, une fois que les dossiers seront complétés par les demandeurs. L’opération se poursuit et apparemment, les commerçants lésés par le futur passage du tramway ont bon espoir de se voir régulariser assez rapidement.

A. Salim
Dimanche 28 Novembre 2010 - 09:45
Lu 247 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+