REFLEXION

COMMENT UN CANDIDAT AU SENAT NEGOCIE LES VOIX A MOSTAGANEM : Une conversation téléphonique entre un candidat et un maire

Pour l’anecdote, nous reproduisons une conversation téléphonique qui a eu lieu la semaine dernière entre l’un des candidats au Sénat et son ami, maire à la tête d’une commune dans la wilaya de Mostaganem, et nous laissons le soin à nos chers lecteurs d’en apprécier le niveau de la conversation entre un représentant du peuple et un prétendant au sénat. Attablés à une terrasse d'un café de la ville, les deux amis, l'un maire et l’autre élu à l’APW discutent, jusqu'au moment où le téléphone du maire retentit….



COMMENT UN CANDIDAT AU SENAT NEGOCIE LES VOIX A MOSTAGANEM : Une conversation téléphonique entre un candidat et un maire
A quelques jours du jour « J », les rumeurs les plus folles circulent à Mostaganem au sujet d’un duel entre deux candidats aux sénatoriales. Au rythme où vont les choses, les candidats dits « pauvres » seront balayés d’un revers de la main, si l’on en croit les spécialistes. En effet, rien n’est laissé au hasard et les choses s’accélèrent, transactions, tractations, négociations à tel point que les langues commencent à se délier. Les campagnes de dénigrement viennent d’être lancées sans en calculer les conséquences, le seul objectif pour chacun des prétendants est d’arriver à se faire une place au soleil. Dans tous les pays dotés des deux chambres (haute et basse), le sénat reste un hémicycle éreintant, lassant de par la qualité et la quantité de travail et de réflexion que cela demande, chez nous c’est tout à fait le contraire, le sénat est tout simplement synonyme des « iles Caraïbes » ou « Ibiza »,où l’argent coule à flot, les hôtels gratuits, les véhicules aussi, les facture du téléphone à la charge de la vache laitière et toutes les commodités qui vont avec. Une vie aux frais de la princesse, six ans de vie en rose. Cette réalité cynique fait fantasmer les candidats les mieux en phase de la réalité de par leurs capacités financières. Un siège de sénateur ça s’achète en Algérie pas autrement. La wilaya de Mostaganem compte cinq candidats pour un siège au sénat ( 2-FLN 1-RND 1-FNA 1-HMS), trois partis de la coalition et un autre supposé de l‘opposition, toutefois, les règles de jeu ne s’appliquent pas équitablement aux cinq candidatures dans la mesure où le nerf de la guerre sourit aux uns et fait défaut aux autres. Selon les rumeurs qui circulent ces jours-ci à Mostagnem, trois des cinq candidats seront balayés d’un revers de la main, la thèse qui reste la plus plausible et admise par tous, est celle qui concerne les élus des partis des candidats dits « pauvres », sachant d’avance que leurs protégés ne récolteront rien, même avec leur soutien, ils préfèreraient mettre leurs voix au service du plus offrant, logique non ! Une opportunité qui ne se présente que tous les trois ans, d’autres se disent honnêtes, qu’ils voteront pour le candidat de leur parti, c’est le principe même de l’étique politique, c’est moins sûr, cela reste à vérifier. Pour ce faire, certains candidats ne lésinent pas sur les moyens et les rumeurs les concernant vont jusqu’à conjecturer l’inimaginable. A titre d’illustration, une information persistante fait état que l’un des candidats est allé même s’octroyer le crédit bancaire qui lui a été accordé dans le cadre de ses activités professionnelles pour faire face semble t-il au tsunami du candidat du sud. Ce dernier, serait sur le point de tout rafler, la région sud étant quasiment acquise à sa cause, son équipe n’hésite pas à faire des incursions sur le territoire adverse qu’on nomme ici « Côte ouest ». S’agissant de la « Côte est », les choses ne sont pas aussi simples, l’un des dissidents pourrait provoquer des cassures en menant des campagnes anti-candidat du sud. Un autre candidat n’est pas épargné quant à lui des rumeurs qui tournent autour de lui, faisant état de son casier judiciaire. Selon ces rumeurs, ce candidat au sénat aurait été condamné à plusieurs reprises à la prison ferme et avec sursis pour des affaires de mœurs, d’ivresse au volant, et d’autres infractions qui lui ont valu des condamnations à des amendes. Pour l’anecdote, nous reproduisons ci-après une conversation téléphonique qui a eu lieu la semaine dernière entre l’un des candidats au Sénat et son ami, maire à la tête d’une des communes de la wilaya de Mostaganem, et nous laissons le soin à nos chers lecteurs d’en apprécier le niveau de la conversation entre un représentant du peuple et un prétendant au sénat :
Attablés à une terrasse d'un café de la ville, deux amis, l'un maire d'une des communes de la wilaya de Mostaganem, l'autre, membre-élu à l'assemblée populaire de wilaya (APW), discutent du seul sujet qui les préoccupent pour le moment à savoir les élections sénatoriales, jusqu'au moment où le téléphone du maire retentit, il mit la main dans sa poche pour en ressortir un appareil dernier cri "Iphone": C'était un candidat aux sénatoriale de la région du Sud de la wilaya qui était au bout du fil.
-Le maire : Allo ! Salut, comment tu vas ?
- Le candidat : ça va très bien, seulement je voudrais que tu m'expliques ce qui se passe du côté de chez vous, la situation m'inquiète beaucoup!
-Le maire : Pas tant que ça, racontes-moi d'abord de ton côté qu'elle est la situation ?
-Le candidat : Tu sais, depuis que j'ai été plébiscité par le parti, je n'arrête pas de courir, en tout cas dans ma région du sud, tout va pour le mieux, j'ai même acquis les voix de la région du Sud-Est, mais je n'arrive pas à m'infiltrer bien comme il le faut dans la côte Est, le Zigoto que tu connais essaie par tous les moyens de me barrer la route, c'est son fief, mais je ne vais pas en rester là, je vais lui montrer de quel bois je me chauffe.
- Le maire : Ah! Pour ça je te connais, quand tu veux obtenir quelque chose, tu l'auras.
-Le candidat : Cessons de parler de moi et dis-moi, plutôt comment ça se passe dans la côte Ouest, les échos ne me plaisent guère.
-Le maire : Qu’est-ce que tu me racontes, tu sais très bien que la côte Ouest est tout acquise à ton rival de l'autre parti, toutefois, j'ai pu t'avoir trois voix et pour cela, il va falloir conclure avec les trois types.
- Le candidat : Comment ça, tu n’as pas encore conclu avec eux, non de Dieu qu'est-ce que tu attends pour négocier, nous n’avons pas le temps, Ya Sahbi.
- Le maire : Ecoutes, ne t'emballes pas, ils sont sérieux, ils n'ont qu'une parole, seulement je voulais te consulter avant d'entamer les négociations, ai-je ton feu vert ?
-Le candidat : Pauvre con, bien sûr que tu as mon autorisation, fonce et une fois terminé, n'oublies surtout pas de jeter sur eux un peu de terre.
- Le maire : Comment ça un peu de terre, tu me chantes quoi là ?
-Le candidat : Idiot, tu ne te rappelles pas ce qu'on faisait au souk de Mesra quand on conclut un achat d'une voiture ou d'une bête de somme, on fait quoi ? Eh! Ben, On jette sur le capot du véhicule une poignée de sable, signe que ledit véhicule est vendu et cela éviterait que les autres lui rodent autour.
- Le maire : Rire (Kah...kah...kah…kah), alors là, tu n'es pas tombé de la dernière pluie toi! Et tu veux que je te dise, tu n'es pas non plus aussi idiot que je le pensais, le sénat aura certainement besoin de tes services, car à ce stade là, tu débordes d'imaginations.
-Le candidat : Qu'en penses-tu, cette méthode nous préservera de tout imprévu, une fois la poignée de terre jetée, le sort en sera également jeté, seulement n'oublies pas "El-Arboune" pour que ça marche et moi je règlerai le reste.
- Le maire : Ok! Cher ami, je m'en occupe immédiatement, on les aura ces trois voix, ne t'en fais pas, allez salut et bon vent. Et il raccroche.
Voilà chers amis à qui nous auront affaire d’ici peu, un sénateur qui siègera à la chambre haute aux côtés tenez-vous bien d’hommes politiques et d’éminents experts. Présenter sa candidature au Sénat ou à l’assemblée populaire nationale sans être muni du moindre bagage intellectuel, relève de l’aberration à l’état pur.

Ahmed Mehdi
Dimanche 20 Décembre 2009 - 09:17
Lu 610 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+