REFLEXION

COMMENT REDYNAMISER LE ROLE DE L’UNIVERSITE DANS LES DISPOSITIFS DE L’EMPLOI : L’entreprenariat et l’accompagnement comme alternatives à Tissemsilt

Quels sont les perspectives et les mécanismes d’emploi à mettre en place pour les diplômés universitaires ? Quelles sont les solutions apportées par la direction de l’emploi pour coordonner le travail entre le centre universitaire et les différents dispositifs de l’emploi afin de donner la chance aux universitaires dans l’emploi et les faire participer dans la dynamique locale ? Certainement par un changement radical des mentalités de la souche estudiantine d’une part et d’autre part par mettre à profit ces mécanismes par les organismes de l’emploi.



Un diagnostic sur la situation nous a été donné par le directeur de l’emploi de la wilaya Mr Dine Benzahra en marge d’une conférence organisée au centre universitaire de Tissemsilt. Une occasion pour le premier responsable du secteur de l’emploi d’expliquer les grands axes de la politique de cette direction à redynamiser les différents modes d’accompagnement technique et financier au profit des nouveaux entrepreneurs. Le but, selon le directeur, est de vulgariser les différents modes de financement d’emploi tout en étant étudiant et d’expliquer, également, ses avantages à travers un accompagnement des investisseurs dans les secteurs à commencer par la maison de l’entreprenariat installée au niveau du CUT. Mr Dine a eu l’amabilité de brosser un tableau assez exhaustif de l’état du secteur de l’emploi de la wilaya en présence de certains de ses cadres de la direction et du chef de l’agence de wilaya de l’emploi Mr Bachir Laalam. Selon le premier responsable du secteur, cette coopération entre l’université et les dispositifs d’emploi s’avère indispensable et aura sans doute, son impact sur le développement de l’investissement et sur l’activité économique et commerciale de la région, et ajoute que dans les conditions actuelles, l’emploi ne peut être créé que s’il y aura les promoteurs et les créateurs de postes d’emploi d’une part et d’autre part la transparence dans le placement. Mr Dine Benzahra nous a expliqué son intervention lors de cette conférence en disant « On doit intensifier l’action entre le centre universitaire de Tissemsilt CUT et les différents dispositifs d’emploi de jeunes, sensibiliser au maximum ces étudiants et les encourager à l’entreprenariat et à accéder au domaine de l’investissement afin de contribuer à la dynamique locale ». Ce dernier ajoute : «Les étudiants doivent être conscients de leur avenir professionnel qui ne doit pas dépendre nécessairement du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) ou d’un placement dans des entreprises et des administrations, la saturation dans ces dernières est un fait qu’on ne peut surpasser, l’Etat a tout fait mais l’étudiant refuse toujours d’adhérer dans cet objectif , nous avons plaidé pour la coordination permanente entre l’université et les dispositifs d’emploi dans le domaine d’investissement des jeunes », ajoutant qu’il y a de grandes opportunités de travail devant être créées par le biais des dispositifs d’emploi dont des mini-projets d’investissement et cela se fait à partir de l’université en profitant de l’opportunité qu’offre la maison de l’entreprenariat en matière d’orientation, de suivi et d’accompagnement. « Aujourd’hui, on se doit de dire objectivement qu’un grand travail a été fait en matière de placement de ces universitaires et la meilleure façon pour redresser encore mieux cette situation est de plaidoyer pour la coordination entre l’université et les dispositifs d’emploi, réactualiser les statistiques sur les projets concrétisés ou qui sont en perspective et donner la priorité d’accompagnement et de financement aux projets en relation avec la spécificité de notre wilaya, tout en choisissant comme dernière alternative d’aller frapper à d’autres portes dans d’autres wilayas ». En matière de chiffres, Mr Dine Benzahra dira que le cumul des universitaires qui ont réalisé leurs propres entreprises se répartit comme suit : ANGEM 101, CNAC 29 et ANSEJ 195 nonobstant le nombre des universitaires qui se sont engagés avec d’autres formations qualifiantes de moindre niveau tout en étant diplômés universitaires. De son côté et pour consolider beaucoup plus les déclarations du directeur de l’emploi de la wilaya, le chef de l’agence de wilaya de l’emploi, Bachir Laalam est allé dans le même sens, il a mis l’accent sur la nécessité de créer un rapprochement entre le centre universitaire de Tissemsilt et les dispositifs d’emploi en vue d’encourager les investissements de jeunes devant répondre aux besoins des demandeurs d’emploi de la wilaya. Il faut préparer des diplômés universitaires dont a besoin le marché de l’emploi dans la wilaya, a-t-il suggéré, faisant remarquer qu’il y a des offres d’emploi locales et régionales surtout dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics, de l’énergie, de l’hydraulique et des communications qui ne sont pas satisfaites faute de diplômés et là se place la formation complémentaire incitant les jeunes universitaires à accéder au monde de l’investissement. En matière de chiffre, notre interlocuteur nous a fait savoir que la venue des investisseurs privés et leur encouragement a permis le placement de centaines de diplômés universitaires, en terme de chiffre, il nous a fait savoir que la demande concernant les universitaires dépasse l’offre toutefois, l’occasion s’est concrétisée en plaçant déjà près d’un millier d’universitaires, en chiffre, le cumul de cette demande est de l’ordre de 16. 519 dont 4445 universitaires répartis entre 1796 hommes et 2649 femmes, ces placements sont 210 en placement classique, 91 vers les différentes directions de wilaya, 431 dans le cadre du CID avec 298 femmes et 133 hommes, 190 dans le cadre du CTA dont 101 femmes et 89 hommes avec une évolution de l’ordre de 38% par rapport à l’année passée. En somme, notre interlocuteur nous a fait savoir qu’en général, la direction de l’emploi et à travers l’AWEL de Tissemsilt a enregistré le placement de 5136 personnes dont 552 en CTA, 2585 en classique et 1999 en DAIP avec une réussite de 922 universitaires.

A. Ould El Hadri
Mercredi 27 Avril 2016 - 17:51
Lu 124 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+