REFLEXION

COLLOQUE INTERNATIONAL A SIDI BEL ABBES : La corruption dans les marchés publics en débat

L’auditorium de l’université Djilali liabès a abrité les mercredi et jeudi derniers un colloque de deux jours organisés par la faculté de droit et des sciences politiques. Des conférenciers de différents pays se sont relayés pour exposer des sujets relatifs au thème qui constitue ces derniers temps un centre d’intérêt particulier.



COLLOQUE INTERNATIONAL A SIDI BEL ABBES : La corruption dans les marchés publics en débat
Des expériences et des recherches dans ce domaine vécues en France, au Maroc et au Liban en plus des réalités algériennes ont fait l’objet d’approches scientifiques par les participants à ce colloque international qui s’est achevé par des recommandations. La corruption qui est devenue le fléau du siècle constitue un acté réprimée par la loi néanmoins il est nécessaire que cet acte soit matérialisé. Les juges du pénal qui se retrouvent souvent devant des dossiers relatifs à la corruption dans les marchés publics devront être dotés de moyens et d’outils juridiques pour trancher dans ces affaires d’où la spécialisation dans la magistrature. Les gestionnaires à tous les niveaux tenus par l’obligation des résultats déplorent des insuffisances dans les codes des marchés où cette épée de Damoclès du «  moins disant, mieux disant » est vectrice de tergiversations origines de tentations et incitation à la corruption. Le nouveau code des marchés qui propose certaines souplesses dans la passation des marchés devrait être balisé par un arsenal juridique capable de lutter contre la corruption a-t-on relevé. L’établissement des cahiers des charges constitue une autre faille qui permet de favoriser la corruption dans la mesure où il est très possible de confectionner des cahiers des charges sur mesure pour aboutir à un gré à gré légalisé et par conséquent garantir la « tchipa ». Les recommandations du colloque ont surtout porté sur les mécanismes de la prévention contre la corruption dans les marchés publics. Il a aussi été question de moralisation des marchés publics. Pour lutter contre ce fléau il est impératif de renforcer les prérogatives des juges administratifs et financiers ainsi que certains organes spéciaux.                   

D. M
Samedi 27 Avril 2013 - 10:32
Lu 347 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+