REFLEXION

CITES UNIVERSITAIRES POUR FILLES A MOSTAGANEM : La sécurité laisse à désirer

Les résidences universitaires pour filles à Mostaganem sont-elles en passe de devenir un refuge pour les désœuvrés et les bandes d’individus de mauvais acabit ? Ce constat est décrié par les résidentes universitaires qui dénoncent la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans leurs cités.



CITES UNIVERSITAIRES POUR FILLES A MOSTAGANEM : La sécurité laisse à désirer
En effet, les résidences universitaires des filles sont devenues la cible préférée des délinquants. Les étudiantes ne se sentent plus en sécurité. Elles sont constamment agressées par des intrus, habitant les quartiers limitrophes de ces cités.“Nous sommes la proie des voyous qui nous attaquent à l’extérieur de la résidence universitaire. Parfois, nous sommes apostrophés par des bandes de jeunes voyous qui nous menacent avec leurs armes blanches”, s’indigne une résidente à la cité universitaire des filles « Chemouma ». Elle ajoute que plusieurs agressions sont enregistrées, notamment le vol à la sauvette de leurs  sacs à main ou de leurs téléphones portables et parfois avec violence. Outre ces problèmes, les voitures qui ne cessent de circuler aux alentours de la cité, dont les  chauffeurs qui ne cessent de les harceler ou les « chauffards » qui se croient dans un circuit de rallye, en pleine vitesse et parfois par des drifts pour impressionner les filles et exhiber leurs « matériels »  qui représentent un réel danger. Et  ça continue jusqu’à une heure tardive de la nuit, alors ne parlons pas du tapage nocturne. De ce fait, les étudiantes insistent sur la nécessité de renforcer la sécurité dans les environs immédiats de l'université et leurs cités pour éviter d'éventuelles agressions, notamment contre les étudiantes qui arrivent tôt le matin. Celles-ci affirment qu'il est presque impossible pour une fille de circuler seule tôt le matin. Elles indiquent que bon nombre d'étudiantes ont été agressées et délestées de leur argent ou de leurs téléphones portables. “Il est impératif de multiplier les rondes de police, notamment tôt le matin ou tard dans l'après-midi, moments privilégiés pour les agresseurs pour attaquer les étudiantes sous la menace d’armes blanches”, souligne-t-on encore. A signaler que dans l’après midi du13 mai dernier, deux jeunes, ivres morts ont pu pénètrer de force à la résidence universitaire1500 (filles). Les deux voyous ont saccagé un appareil pour cartes magnétiques au niveau du poste de garde. Alertés, les policiers de la 5ème sureté urbaine se sont dépêchés sur les lieux pour cueillir les deux malfrats en flagrant délit !

Nadine
Dimanche 19 Mai 2013 - 11:16
Lu 1016 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+