REFLEXION

CITE MONTPLAISIR : Un espace vert, un rêve ou est-ce une chimère ?



CITE MONTPLAISIR : Un espace vert, un rêve ou est-ce une chimère ?
Les habitants de la cité Djebli Mohamed, notamment les résidents du quartier jouxtant le commissariat de la 5eme sûreté urbaine, sont déçus et complètement désabusés, pour la simple raison que le rêve de voir s’ériger dans leur quartier un espace vert, ou un petit jardin pour le bien être de tous, n’était au fait qu’une illusion. Tous les espoirs auxquels ils s’accrochaient depuis plus de cinq années se sont écroulés tel un château de cartes. En effet, selon les riverains, l’assiette devant servir initialement à la réalisation d’un jardin ou d’une aire de jeux pour les enfants, a été empiétée de presque 50% de sa superficie pour voir l’érection d’une maison de la culture, un projet selon les habitants, qui est venu subroger au premier projet, à moitié érigé. Cette réaffectation qui sollicite indubitablement une surfacturation du fait que le second projet retenu nécessite une enveloppe financière plus conséquente. Cette manière de faire reste plus que douteuse quant à sa vision socioculturelle et confirme une fois encore l’impéritie des responsables à maîriser d’une manière efficiente, une situation donnée, caractérisée de surcroit par un manque de contrôle de la part de la hiérarchie. Par ailleurs, la réalisation d’une aire de jeux pour enfants ou à défaut d’un espace vert, dans le cadre de la préservation de l’environnement reviendrait, selon les riverains moins onéreuse et permettre un embellissement du quartier. Ce projet tant espéré ne verra peut-être pas le jour, mais il aurait été plus judicieux d’y réfléchir. En l’état actuel des choses, où l’amoncellement des détritus et autres ordures ménagères, à l’origine de plusieurs disputes, seraient banni à tout jamais, si les responsables admettaient que la réalisation d’un espace vert est une solution durable. Aujourd’hui, les habitants déplorent cette situation d’abandon de chantier, une ossature en béton abandonnée et sans solution d’avenir apparemment. De ce fait, ils interpellent les pouvoirs publics et les responsables en charge de la gestion de la ville, de prendre ce problème à bras-le-corps et d’apporter les correctifs qui s’imposent afin d’éviter la survenance d’autres difficultés aux conséquences néfastes pour les riverains et l’environnement.

Ahmed Mehdi
Dimanche 26 Septembre 2010 - 00:01
Lu 1110 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+