REFLEXION

CITE 220 LOGEMENTS « LE ROCHER » A SIDI BEL ABBES : Transformation des espaces verts en garages de voitures



CITE 220 LOGEMENTS «  LE ROCHER » A SIDI BEL ABBES : Transformation des espaces verts en garages de voitures
Même au risque de nous répéter, il ne serait jamais trop tard de réitérer notre réflexion qui se veut une démarche pour attirer l’attention des gestionnaires de la ville de Sidi Bel-Abbés qui sont les élus, sur l’incivisme de certains habitants de logements sociaux participatifs (LSP) de la cité 220 logements, située au lieu dit : » le rocher », et hautement illustratif. En effet, à travers la transformation des espaces verts en garages de voitures. Notons que ces logements ont été acquis, par les citoyens grâce à l’aide financière consentie de l’Etat. Ces habitations comptent toutes les commodités, dont des surfaces vertes, à proximité des ensembles des logements individuels. Malheureusement, le constat des lieux est aberrant après plus de vingt années écoulées. La cité a perdu énormément de sa splendeur et de sa fraîcheur initiale, du fait des actes de l’être humain. D’où de nombreux habitants se sont accaparés des espaces verts se trouvant à proximité de leurs logements, sans aucun droit et de façon non légale et transformés en garages de voitures. Certains ont été clôturés entre autre du zinc, du grillage, du fil de fer, des barres et j’en passe obstruant ainsi le passage aux habitants et aux voisins même. D’autres personnes ont osé, en l’absence de contrôle, construire au milieu des espaces verts, des murs en parpaings qui les ont intégrés dans leurs habitations. Un résident de la cité nous as fait part même, de la construction d’un Hangar en plein milieu d’un espace vert pour en faire un commerce (Cyber Café). Nous nous sommes rendus sur place pour constater la véracité des dires. Et bien c’est vrai, le hangar se trouve prés du CEM. L’incivisme de certains n’ont malheureusement aucune notion du confort, ni la manière de voir en diapason avec notre époque et encore moins avec l’arbre, la verdure qui humanisait quelque peu cette cité. De plus la présence de détritus, les bouteilles en plastique et autres broussailles et herbes folles qui tapissent les ruelles. Un professeur explique, que ces derniers préfèrent de loin leur mode de vie et l’état devait prévoir le gardiennage des espaces verts suggérant des sanctions à l’encontre des auteurs. Est-ce que les services concernés ont mis un terme aux contrevenants des lois de la République et rendu à césar ce qui appartient à césar, cette propriété de la collectivité (espaces verts). L’on souhaite que cela arrive dans les plus brefs délais possibles avant que ne disparaisse ce qui reste des espaces verts.

Daouadji. M
Mardi 28 Septembre 2010 - 00:01
Lu 1198 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+