REFLEXION

CHUTE DU COURS DES HYDROCARBURES : Quelles incidences sur l’économie algérienne ?

Selon le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis) en date du 20 septembre 2014 l’excédent commercial de l’Algérie a baissé de 20,44%, un montant de 4,67 milliards contre 5,87 milliards de janvier à août 2014. Pour la même période, les exportations ont atteint 43,77 milliards de dollars contre 43,46 milliards de dollars, les hydrocarbures représentant 95,84% et les importations de biens (non compris les services) continuent leur hausse (4,02%) passant de 39,10 milliards de dollars contre 37,59 milliards, en hausse 4,02%.



Cette baisse de l’excédent commercial  est due  essentiellement à la baisse des recettes des hydrocarbures, une importante baisse en volume qu’atténue la hausse des prix entre  janvier et juillet 2014, ce déficit risquant de s’accentuer  du fait que le cours du Brent  est en dessous  de 100 dollars le baril depuis août 2014.   L’on doit   replacer cette tendance dans le  cadre des nouvelles mutations géostratégiques  et énergétiques mondiales(1). Se pose cette question : quel impact sur l’économie algérienne, dépendante  ses recettes en devises  des hydrocarbures,  objet de cette contribution?
1.- Le niveau et la durée  des réserves d’hydrocarbures est fonction  du couple coût-prix international, pouvant découvrir des milliers de puits mais non rentables financièrement.  Les déterminants de l’évolution  du cours du pétrole  sont de plusieurs ordres interdépendants : l’évolution de la croissance de l’économie mondiale, les tensions géostratégiques, les fluctuations  de la parité dollar/euro, les mutations énergétiques dues aux énergies substituables et  le  modèle de consommation énergétique,  non uniforme  selon les pays.  Pour le cas algérien  du fait des crises des raffineries  utilisant le pétrole léger, le cours depuis une année a perdu  3 à 4 dollars. Notons qu’il y a une différence entre la cotation du pétrole qui est un marché mondial  répondant à l’offre et la demande et coté en  bourse  du prix de cession du gaz. Ce dernier est  un marché segmenté  (prépondérance des canalisations à 70%) ne pouvant pas répondre au marché boursier qui suppose une généralisation des GNLs  et donc  des  tankers.  Le cours du pétrole a perdu 6/7 dollars durant ces derniers mois.  L’OPEP a décidé de maintenir  son plafond  à 30 millions de barils/jour jusqu’à la fin du premier semestre 2015 à moins d’un grand événement majeur. Imaginons nous une résolution  des tensions, où le cours approcherait 80 dollars le baril le Brent et 75 dollars le Wit. En effet, la  Libye qui a une capacité de production  de 1,6 million de barils/ jour peut   aisément passer à 2 millions, produisant entre 200.000/300.000   barils actuellement, encore que certaines sources avancent 800.000 barils/jour qui est  un  pétrole léger concurrent de celui de l’Algérie sans compter ses réserves de gaz à peine exploitées de 1500 milliards  de mètres cubes gazeux ;  l’Iran  produit seulement 2,7 millions de barils jour à cause de l’embargo alors qu’elle a une capacité dépassant 5 millions de barils jour ; l’Irak  produit 3,6/3,7 millions de barils jour alors quelle a les capacités avec  un coût inférieur de 20% par rapport à l’Arabie saoudite de produire 7 millions de barils jour,  sans compter le Nigeria qui pourrait doubler sa capacité. L’économie algérienne est une économie rentière fluctuant entre 96/ 98% des recettes en devises provenant des hydrocarbures (plus de 700 milliards  de dollars  de recettes Sonatrach entre 2000/2013 ) et importation 70% des besoins des ménages et des entreprises publiques et privées dont le taux d’intégration ne dépasse pas 15% .  Les importations en devises entre 2000/2013  ont été  d’environ 500 milliards de dollars. Le secteur industriel représente moins de 5% du produit intérieur brut et sur ces 5% plus de 95% sont  des PMI peu initiées au management stratégique. La superficie économique globale étant représentée par 83% de petits commerces et services et la sphère informelle contrôle 65% des segments des produits de première nécessité  et plus de 40% de la masse monétaire en circulation limitant la politique financière  de l’Etat. La productivité globale est faible avec la dominance des emplois rentes.  L’Algérie selon un rapport de  l’OCDE  dépense  deux fois plus pour avoir deux fois moins de résultats par rapport à des pays similaires de la région MENA. Avec  des réserves de pétrole estimée à 12 milliards de barils , une consommation intérieure en 2013 d’environ  400.000 barils/jour allant vers 600.000 , des exportations extrapolées à 1,6 million de barils/jour fluctuant actuellement à 1,2 à 1,4 million de barils jour, l’épuisement des réserves, en cas de non découvertes substantielles  est à moins de 15 ans assistant depuis 2007/2008 à un déclin en volume  qu’atténue la hausse des prix. Quant au gaz conventionnel, les données de 4500 milliards de mètres cubes gazeux sont des données de BP  de 1999 non réactualisées. Selon les experts, les réserves actuelles approcheraient  3000 milliards de mètres  cubes gazeux tenant compte  des nouvelles découvertes souvent  marginales. Dans ce cadre les  exportations ont fortement chuté n’ayant jamais dépassées  entre 2011/2013 environ 55 milliards de mètres cubes gazeux  alors qu’il était prévu 85 milliards de mètres cubes gazeux entre 2012/2013.  Tenant compte de la forte consommation intérieure, l’Algérie étant un des pays qui subventionne le plus les carburants (ayant importé 3,5 milliards de dollars de carburant en 2013 au prix international et cédés à des prix administrés) qui devrait dépasser entre 2025 et 2030 les exportations actuelles, l’on s’orienterait vers l’épuisement  du gaz traditionnel horizon 2030 au moment où la population avoisinera 50 millions d’habitants.
 2.-C‘est que Sonatrach  est de plus en plus concurrencée avec  les nouveaux arrivants  sur le marché mondial, par de  nouvelles découvertes dont celle de 20.000 milliards de mètres cubes gazeux  en Méditerranée orientale, expliquant les tensions au Moyen orient (1). Mais,   le concurrent  le plus sérieux est  le géant russe Gazprom, la Russie possédant 25/27% des réserves mondiales de gaz traditionnel, l’Iran 15/17% et le Qatar 10/12%.  La part  de marché de Gazprom  en Europe est passé  de 20%  vers 2006 à 30% fin 2013, et pouvant dépasser  ce ratio avec le North Stream (55 milliards de mètres cubes gazeux)   déjà opérationnel et surtout le South Stream (65 milliards de mètres cubes gazeux) opérationnel fin 2015, début 2016 approvisionnant l’Italie. Cela  explique le gel du gazoduc algéro-italien  Galsi (8 milliards de mètres cubes gazeux)  dont le cout est passé de 2,5 milliards de dollars à plus de 4 milliards de dollars et  la léthargie du Nigal  (Nigeria-Algérie Europe)  dont le cout est passé de 7 milliards de dollars à plus de 15 milliards de dollars , irréalisable à court terme en raison du bas prix du gaz  ,  de  l’endettement des pays européens  qui devaient financer une partie et  les  tensions au Sahel. Mais n’oublions pas  le Qatar  qui n’avait que 2% du marché européen  en 2002  contre 8% en 2012 et selon certains experts approvisionnerait l’Europe à 12% en 2014/2015. Pour  l’Algérie son taux  est  passé de 13% en 2007/2008 à 9% fin 2013. Cela liera d’ailleurs de plus en plus l’Algérie à l’avenir au marché européen en raison de  la révolution du gaz/pétrole  de schiste aux USA.  La balance commerciale ente l’Algérie et les USA est passée de 11 milliards de dollars en 2010 à 5 milliards de dollars fin 2013 achetant moins d’hydrocarbures, ce montant devant continuer à diminuer, les USA  possédant  le savoir faire devenant à terme un concurrent de Sonatrach vers 2016/2017. Cette tendance fait qu’il existe  une déconnexion du prix du gaz avec celui du pétrole avec le développement du marché libre  et aussitôt arrivé les contrats à terme à expiration, la majorité des clients de Sonatrach ( la demande a été faite par les européens)  demanderont une révision à la baisse des prix  de cession du gaz qui représente plus d’un tiers des recettes de Sonatrach. Or le seuil de  rentabilité pour le gaz par canalisation pour Sonatrach doit être  au moins de 11/12 dollars le MBTU et 15/16 dollars pour le GNL du  fait de la lourdeur des couts  renvoyant à l’urgence   d’un nouveau management stratégique de Sonatrach, Qu’en sera-t-il pour le gaz de schiste tenant compte des contraintes du savoir faire, du coût des canalisations,  de la durée de vie faible des puits, des  risques de détérioration de  l’environnement et de la forte consommation  douce ?
 3. Or, les  différents programmes de relance économique avec la dominance  des infrastructures, moyen et non comme fin à tout processus de développement, 200 milliards de dollars entre 2004/2009 programmé, 286 milliards de dollars programmés entre 2010/2014 mais dont 43% de restes à réaliser du programme précédent, 262 milliards de dollars programmés entre 2014/2019 mais dont 30/35% de restes à réaliser du programme précédent , le budget algérien fonctionnement  et équipement  entre 2013/2015 se fonde sur un cours de 115/120 dollars le baril.  La règle des 49/51% n’a pas permis de faire baisser les importations qui en 2013 ont été de 55 milliards de dollars de biens, 12 milliards de dollars de services contre 1,5 milliard en 2000, appel intensif à l’assistance étrangère et ne pouvant créer un tissu productif durable sans Engerening nationale,  sans compter les transferts légaux de capitaux entre 5 et 7 milliards de dollars soit une sortie en devises de plus de 72 milliards de dollars. Pour la loi de finances 2015, les tendances  vont vers 80 milliards de dollars de sorties de devises. .Or, les  recettes de Sonatrach sont passées de 73 milliards de dollars entre 2010/2011 à 63 milliards de dollars fin 2013. Le dernier rapport du Ministère de l’Energie en date du 04 septembre 2014 confirme cette tendance à la baisse en volume  atténuée par  la hausse des prix en 2013,   soit une baisse annuelle de 10 milliards de dollars. La chute récente du cours des hydrocarbures entre août et septembre 2014, (6/7 dollars en l’espace de quelques semaines) si elle devait  se prolonger dans le temps  aurait des incidences  négatives sur le budget de l’Etat. Evitons donc l’illusion que les exportations d’hydrocarbures algérien suppléeront  à la crise ukrainienne, une entente entre Gazprom et l’Europe pour la livraison du gaz  étant en cours afin d‘éviter toute rupture d’approvisionnement. La crise mondiale, ne s’étant pas  attaquée aux fondamentaux de la crise, la suprématie de la sphère financière sur la sphère réelle, le divorce entre la dynamique économique et la dynamique sociale,   sera de longue durée.  La baisse de croissance des pays émergents  (Brésil, Russie, Inde, Chine, Argentine) détruit le mythe de la relance économique par ces pays. L’Europe (500 millions d’habitants) et les USA (360 millions d’habitants) totalisent sur un PIB mondial dépassant les 73.000 milliards de dollars   et plus  de 7 milliards d’habitants, 40% du PIB mondial et paradoxalement autant pour l’endettement mondial.  A court terme toute dépression de ces économies a un impact en ondes de chocs étant  en interdépendance, sur toute l’économie mondiale. Cela a un impact sur l’économie algérienne totalement extériorisée via les hydrocarbures.  L’Algérie peut-elle  continuer à cette cadence de la dépense publique, à éviter l’illusion  de verser des traitements sans contreparties productives, reportant dans le temps les tensions sociales qui deviendraient  inévitables, sans songer à relever le défi  d’une stratégie de développement hors hydrocarbures  dans le cadre des valeurs internationales ?  Le risque n’est–il pas   dans trois à quatre années l’épuisement de ses réserves de change estimée en mars 2014 à 195 milliards de dollars sans les 173 tonnes d’or, (86% étant placées à l’étranger à plus de 90%  en bons de trésor américains et en obligation européennes à un taux fixe à moyen terme de 3%,) ? Egalement l’épuisement   du  fonds de régulation des recettes qui a chuté sensiblement entre 2013/2014, étant passé de 4842 milliards de dinars en 2012, 5381 en 2013 étant prévu selon la loi de finances prévisionnelle de 2014 qu’il passe à 7226 fin 2014 alors que  selon le rapport de la  banque d’Algérie  il a accusé une  baisse passant de 5238 milliards de dinars fin 2013 à 4773 fin mars 2014 ? Or, le déficit budgétaire  retenu dans la loi de finances 2015 dépassant 52 milliards de dollars).  Un sursaut national  s‘impose car une chute de longue durée menacerait la sécurité nationale.
 4.- En résumé, tant qu’il y a la rente, la facilité est la distribution de revenus sans contrepartie productive, sacrifiant le développement du pays et les générations futures, rentrant dans le cadre d’une stabilité statique suicidaire. Qu’en sera t –il des  incidences en cas d’une baisse de longue durée du cours des hydrocarbures,  de l’impact de l’article 87 bis du code du travail,  du à plusieurs facteurs  sur l’économie algérienne ? L’Algérie pourra t- elle supporter avec les ondes de chocs une masse salariale additionnelle entre 2016/2020 de 9/11 milliards de dollars annuellement ?  Le nombre de salariés est évalué fin 2013 par l’ONS à 7.393.000 dont 3.508.000  non  permanents et 3.785.000 permanents  et la masse salariale, avec la dominance de la fonction publique est de  54,98 milliards de dollars.  Ce qui donne un ratio masse salariale sur le PIB de 30,93% en 2013 contre 20% en 2000 en référence aux sources de l’ONS qui corrige le PIB à prix constants pour 2013.   Selon le secrétaire général de l’UGTA environ  quatre millions de travailleurs du secteur public et privé, des basses catégories, verront leurs salaires augmenter dès le 1er janvier 2015, suite à l’abrogation de l’article 87-bis.  Pour éviter un nivellement par  le bas,  il annonce officiellement une augmentation  progressive pour toutes  les autres catégories. Si l’on suppose une augmentation raisonnable d’environ 7.000 dinars  en suivant le premier ministre  plus prudent (le SG de l’UGTA parle de doublement), la masse salariale additionnelle serait de 336 milliards de dinars soit au cours actuel de 79 dinars un dollar  de 4,25 milliards de dollars, représentant  près de 8% de la masse salariale actuelle, augmentation applicable au 01 janvier 2015. Et comme il est prévu un  relèvement des autres catégories dès 2016, suite aux  ondes de chocs, allant vers 8 millions de salariés , le point  indiciaire pour ces catégories entre 20.000 et 100.000 dinars étant plus élevé , l’on peut  prendre une moyenne d’augmentation  minimale  entre 10.000 et 15.000 dinars  soit 12.500 dinars  pour les 4 millions des autres salariés, supposant la stabilisation des bas salaires  et une maîtrise de l’inflation pour éviter de nouvelles revendications.  L’impact financier sur le trésor public serait  de 7,60 milliards de dollars. Cumulé avec les augmentations  des bas salaires, le total serait de 11,85 milliards de dollars entre 2016/2017. Ce sont les données que j’ai annoncées officiellement en 2012 reprises par  la presse nationale et internationale  (voir www.google.com). Avec l’abrogation de l’article 87 bis le risque est que ce ratio dépasse les  40% du PIB déjà gonflé par la valeur des hydrocarbures, ainsi qu’une valeur ajoutée du BTPH elle même due à la dépense publique via les hydrocarbures. Ce taux ne serait pas inquiétant si la tertiairisation de l’économie avec une très faible productivité, et l’administration  n’était  pas dominante (emplois rente) et s’il existait une  très forte  productivité  du travail ce qui n’est pas le cas pour l’Algérie.
 5.-En résumé, la  part insignifiante du tissu productif, les importations massives  de produits agricoles comme en témoigne la chute de 30% de la production de blé  en 2014 par rapport à 2013, mais plus  de 100% par rapport aux années 2008/2009, la production  étant estimée en 2014 à 32 millions de quintaux contre plus de 62 entre 2008/2010, montrent clairement que l'économie algérienne   dépend des aléas climatiques  et des fluctuations du cours des hydrocarbures qui échappent à la décision intérieure et donc la faiblesse du management stratégique de la majorité des secteurs.  Le pouvoir algérien, mais aussi la majorité de la population dont le revenu est fonction à plus de 70% de la rente des hydrocarbures doivent savoir qu'une Nation ne peut distribuer que ce qu'elle a préalablement produit, que l’avenir de l’emploi et de leur pouvoir d’achat n’est plus dans l’administration et les emplois rentes qui voilent le taux réel du chômage, mais dans les segments productifs. Les subventions à répétition mal   ciblées et mal gérées (25 milliards de dollars et avec les  transferts sociaux plus de 60 milliards de dollars) gonflent  artificiellement le revenu  familial et compressent  le  taux d’inflation. L’Algérie qui, sans chauvinisme a les moyens de dépasser cette situation, face à une concurrence internationale de plus en plus acerbe  doit réaliser impérativement à la fois sa transition économique et sa  transition énergétique entre 2015/2020.C’est le défi majeur pour éviter à l’avenir  d’inévitables tensions à la fois économiques, sociales et politiques.

Par Dr Abderrahmane MEBTOUL Professeur des Universités, Expert International
Lundi 22 Septembre 2014 - 17:14
Lu 1496 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+