REFLEXION

CHU de Sidi Bel Abbès : Un bilan peu reluisant au service de chirurgie

Le service de la chirurgie générale du CHU de Sidi Bel Abbés a durant l’année 2012 fonctionné à un rythme très lent au point où le bilan des programmes effectués est loin de rivaliser avec d’autres CHU du pays.Pourtant on précise que ce service est le plus budgétivore de tout l’hôpital.



CHU de Sidi Bel Abbès : Un bilan peu reluisant au service de chirurgie
Ce constat établi lors d’un conseil scientifique a ouvert la voie à bien des interrogations sur la bonne volonté du personnel médical à faire profiter les malades du service public .selon des sources crédibles le service de chirurgie doté de deux blocs hyper équipés et de 11 chirurgiens chevronnés a effectué durant l’année dernière 400 interventions chirurgicales alors que la moyenne nationale varie entre 1400 et 1600 interventions.si on avait à classer le CHU de Sidi Bel Abbés dans cette activité médicale il dépasserait le petit hôpital de Telagh de 20 malades puisque ce dernier a concrétisé 380 actes de chirurgie. Si une partie des chirurgiens activent à mi temps dans le secteur privé d’autres sont absorbés par des activités syndicales à l’image d’un chirurgien qui a opéré 3 fois durant toute l’année. Ce qui se passe au CHU de Sidi Bel Abbés devrait faire réagir les consciences des cercles de décisions tant au niveau local que national pour instaurer un minimum de rigueur dans la pratique de l’acte médical qui souffre de valeurs de la déontologie. Pas plus tard que lundi dernier nous a-t-on confié, une malade opérée dans une clinique privée est conduite en urgence au CHU après des complications qui ont causé le décès. A l’hôpital il y a la morgue et il y a la couverture médico légal. Des praticiens avides de gains occultent le serment d’hypocrate pour recourir à des pratiques inhumaines qui consistent à transformer les établissements hospitaliers de l’état en annexes pour la médecine lucrative. Fort heureusement que ce comportement n’est pas généralisé chez les chirurgiens et les praticiens de la médecine. Bien des cas désespérés dans différents services du CHU sont sortis indemnes après quelques jours d’hospitalisation. Les bonnes volontés et les compétences sont souvent découragées par des manipulateurs qui ne peuvent se reconnaitre que dans la déstabilisation.      

D.M
Jeudi 21 Février 2013 - 11:12
Lu 342 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+