REFLEXION

CHRISTPHER ROSS A ALGER : L’ONU veut impliquer l’Algérie dans les négociations



Depuis 2009, Christopher Ross en est à sa troisième tournée au Sahara occidentale, en Algérie, au Maroc et en Mauritanie. Personne ne peut pas dire que les choses ont avancé depuis sa nomination et il est même permis de constater que l’instabilité croissante dans les régions saharienne et sahélienne rend encore plus sensible l’affaire du Polisario. Ross lui-même a jugé que la résolution du conflit est « plus urgente que jamais ».  Avant-hier, mardi, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU est arrivé à Alger. Il a été reçu par le ministre délégué aux affaires maghrébines Madjid Bouguerra. Ce n’est pas la première fois que cet émissaire se rend en Algérie, néanmoins la conjoncture régionale et la situation algérienne confèrent à cette visite un cachet particulier. Le Maroc qui a, tant bien que mal, désamorcé les échos du « printemps arabe » essuie des revers continus sur la question des droits de l’homme au Sahara Occidental, y compris de la part de son allié traditionnel, les USA. L’Algérie qui vient de connaitre une révolution de palais avec le démembrement des services spéciaux qui ont, de tout temps, géré le dossier Polisario, se trouve dans une fragilité politique et institutionnelle dont la communauté internationale attend les traductions pratiques dans la région. A l’accueil de Christopher Ross, le ministre délégué a exprimé les positions traditionnelles de l’Algérie sur le dossier, déclarant que la tournée de l’envoyé spécial du SG de l’ONU était destinée « à aider les deux parties au conflit à trouver une solution politique mutuellement acceptable qui garantisse le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. ». Auparavant, M. Ross s’est rendu au Maroc, aux camps des réfugiés de Tindouf, à Samara et El Ayoun et en Mauritanie. L’Algérie qui s’emploie à rester officiellement dans un rôle d’observateur ne manque, cependant, pas de peser sur le dossier sahraoui quand elle besoin d’infléchir les positions des uns et des autres ou de les interpeller en fonction de ce qu’elle souhaite en obtenir. Cette fois, c’est par le biais de l’APS que le pouvoir égratigne le France, dont les exportations vers l’Algérie connaissent, par ailleurs, une hausse permanente: «  le Sahara occidental…est la dernière colonie en Afrique que le Maroc, soutenu par la France, occupe depuis 1975. », écrit l’agence officielle.             

Nadine
Mercredi 23 Octobre 2013 - 22:00
Lu 625 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+