REFLEXION

CHLEF : Près de 3 milliards pour un projet qui n’a pas vu le jour

Le problème est évident et nécessite des solutions et réponses urgentes. Malheureusement, tout le monde est concerné de près ou de loin, mais démontre sa négligence.



CHLEF : Près de 3 milliards pour un projet qui n’a pas vu le  jour
Il s’agit de l’aménagement de la station de service située dans la commune de Béni Haoua, à l’Est de la ville côtière de Ténès. Le projet a été confié à une entreprise de construction pour un montant de 25.743.092,92 dinars pour un délai de 6 mois. Le réalisateur du projet a bel et bien installé son chantier et a entamé les travaux au mois de mars 2009. Suite à l’avancement des travaux, l’entreprise a bénéficié d’une première tranche financière de 10.000.000,00 dinars. Depuis la première situation présentée et encaissée, l’entreprise a arrêté les travaux pour des raisons inconnues et a sollicité l’intégralité de l’autorisation du programme. La direction de Naftal, chargée du projet a autorisé l’ouverture de la station sans le procès verbal de réception des travaux. Selon un fonctionnaire de la dite société, qui suit de très près l’évolution de la situation, et qui a voulu garder l’anonymat, présenta un dossier complet au représentant de notre journal sur lequel on pouvait constater et suivre toutes les étapes de la réalisation. Notre interlocuteur nous informa que les travaux sont à l’arrêt depuis le 11 avril 2010. Le mur de la clôture a été fortement endommagé par l’intervenant, de même que le réseau d’évacuation des eaux usées. Certains travaux ont été réalisés contrairement à la fiche technique et au cahier des charges faisant allusion à la quantité du ferraillage de la plate forme. Les travaux de la toiture n’ont pas été engagés, poursuivra t-il. Notre représentant sur place s’est même déplacé sur les lieux pour constater de visu la situation actuelle du projet qui se trouve dans un état déplorable et cela devant le silence de l’organisme payeur. Notre interlocuteur nous apprendra qu’à la suite de plusieurs plaintes et les mentions portées sur le procès verbal du conseil de direction, la direction générale dont le siège se trouve à Cheraga (Alger), a dépêché une commission d’enquête au mois de janvier dernier. Depuis, la station d’essence de Béni Haoua, est abandonnée sans prise de décision concrète allant dans le sens positif dans le but de protéger un équipement de grande valeur et qui est soumis aux intempéries et à la chaleur tonitruante de l’été.

M.Mokhtari
Mercredi 8 Juin 2011 - 10:49
Lu 476 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+