REFLEXION

CHLEF : Dégradation très avancée du réseau routier à Chettia



Chettia est l’une des communes située à une distance de 13 kilomètres du chef-lieu de Chlef  la plus peuplée dans la wilaya de Chlef , poussière en été et la boue en hiver c’est un tel constat sur l’état désastreux des routes dans cette commune que les autorités locales anciens et nouveaux ,n’ont rien fait  pour au moins solutionner le minimum ce qui a obligé les transporteurs de voyageurs d’entamer la semaine écoulée deux jours de grève ,c’est pourtant un SOS aux autorités locales mais dommage rien n’a été entrepris à leur appel de détresse à ce jour. Ainsi, on dénombre   de multitudes crevasses et nids de poule à qui les automobilistes continuent de souffrir  de ce délaissement qui les obligent de slalomer entre les trous et les cratères pour les éviter  afin de mieux préserver son véhicule. Hiver comme été, la chaussée des routes dans cette commune sont dégradées notamment celles situées à l’intérieur des quartiers alors que les deux tronçons les plus fréquentés et les plus touchés sont ceux qui relient la RN19 qui connaissent une fréquence de trafic routier  énorme devant cet état désastreux des routes, contrait également  les ambulanciers qui ne rallient pas devant les urgences de  l’hôpital Mérouani Abed.   Déplorables routes quotidiennement que la chaussée dégrade  au fil des jours, des trous de sable et de gravats de toute sortes décorent les bords des routes ,les usagers de la route et plus particulièrement les transporteurs vivent à ce jour le calvaire depuis une décennie des embouteillages qui provoquent le désagrément chez les usagers ,sachons qu’il n’y a aucune route d’évitement à qui tout automobiliste  est obligé d’emprunter cette RN19,et même les bus de transport public que les poids lourds venant du port de Ténès ,certes c’est une totale anarchie  que l’appel des citoyens de cette commune délaissée est lancé aux autorités de la wilaya de Chlef devant ce grand silence des autorités locales.  Par ailleurs, le problème vécu, c’est l’éclairage public défectueux lui aussi qui rend donc la circulation automobile très compliquée avec bon nombre de ruelles et d’artères à la tombée de la nuit sont plongées dans le noir comme c’est le cas  de la localité du village de Bartali plongée chaque soir dans les ténèbres ,aucun panneau de signalisation  qui pourrait faciliter  la circulation sans oublier la sécurité des élèves qui sortent  à 17h et 18h n’est donc visible aujourd’hui un constat effectué par notre correspondant à Chlef dans cette commune enfin une situation qui perdure au dam de la population  qui attend la prochaine visite du premier magistrat de la wilaya de Chlef   Mr Boucette Aboubakr Essedik dans sa prochaine visite dans la Daïra de Ouled-Farés dont relève  cette commune délaissée.                       

A.Della
Samedi 8 Février 2014 - 17:55
Lu 67 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+