REFLEXION

CHLEF : Breira, une commune oubliée



La Commune de Breira issue du dernier découpage administratif  de 1999, située donc entre trois frontières (Chlef, Tipaza et Ain Defla) est restée  la plus démunie parmi les 35 communes relevant de la wilaya de Chlef, alors que nous sommes à quelques jours de l’année 2013.  La réalité observée dans cette commune qui souffre vraiment de l’isolement et  confrontée à une misère qui ne dit pas son nom et qui a trop duré. La population privée de tout signe d’avenir, et qui demande d’être prise en charge sans aucune distinction que ce soit pour les enfants, les adultes et surtout les malades. Les habitants déclarent ouvertement que selon les programmes d’action nationale lancés en 1999 et ce, à travers les 48 wilayas du territoire national, la commune de Breira relevant de la daïra de Béni Haoua dans la wilaya de Chlef n’a donc bénéficié d’aucun projet de développement rural. Certains citoyens logent dans des habitations construites en toub. Ainsi, ces derniers souffrent du problème d’hygiène et de santé, il existe en plus des latrines creusées à proximité de leurs demeures.   Par ailleurs, ils s’approvisionnent en eau potable directement à partir des Oueds potables ou non, car c’est leur seule issue. Quelques infrastructures réalisées non pas encore ouvertes à ce jour.  La question reste encore posée, à savoir que ces infrastructures une fois réalisées, font  toujours l’objet de fermeture! Certains citoyens de cette commune interrogés, dont certains en chômage, nous ont  déclarés qu’ils n’ont pas de quoi subvenir aux besoins de leurs familles ni  de  quoi se mettre  sous la dent. L’appel de détresse a été entendu par plusieurs associations  bienfaitrices (25) dont celle de Nass El Kheir de Chlef qui est venue porter son soutien et secours aux habitants ruraux de cette pauvre commune surtout en cette période hivernale qui s’annonce  glaciale dans cette localité rurale de Breira. Les habitants lancent un appel solennel en interpellant de nouveau les autorités locales et celles de la wilaya de Chlef  en se référant aux déclarations du Président de la République promettant au peuple Algérien sans aucune distinction que les portes resteront ouvertes à chaque citoyen, qui a le droit de vivre et de goûter aux efforts consentis par le Gouvernement Algérien et que tous les projets du développement rural doivent faire l’objet d’un partage équitable et ce en direction de toutes les communes du territoire national or, ce n’est pas le cas dans la commune de Breira. Enfin, toute  la jeunesse de cette ville souffre à  longueur d’année qui se morfond  dans les cafés maures en l’absence de loisir, pas même un stade de football pour la pratique du sport et d’autres disciplines pour une meilleure prise en charge de cette jeunesse délaissée.                

A.D
Dimanche 23 Décembre 2012 - 00:00
Lu 289 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+