REFLEXION

CHEMOUMA : Les routes de la cité ‘’massacrées’’ après des travaux



Faire et refaire devient comme une habitude dans la ville de Mostaganem, et les chantiers de travaux à ciel ouvert n’en finissent plus ! Une situation, en attendant la fin du bricolage… Et un phénomène récent émerge dans le paysage urbain celui de décaper les rues et routes de cités urbaines qui étaient dans un état praticable un peu partout, pour les laisser sans leurs revêtements et ce durant des mois, au grand dam des automobilistes usagers de ces voies publiques empruntées quotidiennement. A la cité Chemouma, où sur un long tronçon de la route traversant le quartier, une grande entaille sur la chaussée fut dernièrement ouverte, puis simplement comblée par de la terre et du remblai détruisant le bitume qui existait déjà. Résultat de l’opération, une route rétrécie, devenue dangereuse du fait que les voitures circulant carrément au milieu de la route, car ne voulant pas se risquer à prendre la droite comme le stipule le code de la Route, par crainte de rouler sur quelques ferrailles ou autres objets dérivés des travaux d’installation de câbles électriques. L’énorme excavation après un mois seulement d’intenses travaux menés par une entreprise, où les travaux ont été tant bien que mal achevés après plusieurs semaines pose problème de la sécurité routière.                   

 

AS. Mohsen
Vendredi 13 Novembre 2015 - 16:58
Lu 164 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+