REFLEXION

CES ELUS ET CADRES QUI PARTENT « EN VACANCES EN EUROPE » : AVEC QUEL ARGENT !? : Lune de miel des élus d’Oran sous le soleil d’Espagne

Malgré la réduction de la saison estivale de tout un mois, en raison du mois de Ramadhan, une affluence record de candidats au voyage a été enregistrée entre le 10 et le 05 septembre, dans les différentes agences de voyage de la wilaya d'Oran. L’Espagne est une destination en vogue et bon marché pour certains affairistes ! Les Oranais ont été nombreux à opter pour Benidorm en Espagne et les élus affairistes ont, eux aussi, préféré passer une lune de miel en Espagne .Mais avec quel argent !?



CES  ELUS ET CADRES QUI PARTENT « EN VACANCES  EN EUROPE » : AVEC QUEL ARGENT !? : Lune de miel des élus d’Oran sous le soleil d’Espagne
Ces élus et cadres qui partent en vacances aux frais de la princesse , c’est normal puisque la fonction d’ « élu » est devenu un métier rémunéré plafonné entre 50 mille et 200 mille dinars .C'est ce qui attire dans le métier de membre d’APC ou APW , un « Job de rêve » : un mois de vacances en Espagne aux frais de la princesse, tous frais payés par les fournisseurs et entrepreneurs , alors que le salaire est réservé à l’achat de parfums et cadeaux aux bien-aimé(e)s. Et ceci, en contrepartie  de onze mois de travail acharné. Comme ces élus, ils sont des centaines de cadres à avoir tenté de décrocher ce « voyage de rêve ». Le principe du jeu consiste à gagner la confiance des entrepreneurs et fournisseurs  pour se régaler d’un séjour d’un mois en Espagne ; nourris, logés, blanchis ! Quant aux honnêtes cadres et élus, ils n’iront nulle part car ils sont nuls dans les « maths » et ils ne savent pas négocier, un projet ou un marché ; il ne suffit pas d’avoir un diplôme universitaire, il faut aussi avoir le courage de réussir un examen oral en tête à tête avec le « payeur ». Les responsables des agences de voyage locales, publiques et privées, estiment que cet engouement est dû essentiellement aux médias qui véhiculent, et ce depuis plusieurs années, une image très positive des plages de Benidorm, illustrée sur des placards publicitaires mais aussi par les prix du loyer des villas qui ne sont pas du tout cher ; 400 Euros par mois et la vie continue. Mais le plus surprenant, c'est l'achat de villas de fortunés au prix de 150.000 Euros et plus  par nos cadres et élus pour ne les citer sont propriétaires de plusieurs appartements hauts standing  mais aussi de villas de fortunés  qui font un véritable tabac  auprès des Oranais. Ces derniers se demandent d'où provient  tout cet argent? l’environnement dans lequel ils évoluent, à l'image des dancing et les restaurants du front de  mer de Benidorm et surtout l'ambiance qui règne dans les différents bars restaurant de cette côte fait rêver surtout les nouveaux élus. Ils sont, en effet, plus de 80% à choisir de passer leurs vacances à Benidorm, une destination glamour et romantique, en raison, toujours, des médias qui véhiculent l’image d’un grand peuple, à la fois conservateur et tellement ouvert sur le monde d’aujourd’hui.  Une destination respectable, en somme. Les pères de familles la choisissent, en effet, tout comme la Tunisie et le Maroc, pour sa respectabilité et de par son appartenance au monde musulman. Ils acceptent plus facilement de partir en Espagne  qu’en Turquie ou en Grèce, quitte à payer plus cher. La Turquie est, certes, une destination à la mode, mais elle n’est pas pour autant bon marché. Le billet d’avion coûte en moyenne entre 40 000 et 100 000 dinars, selon la disponibilité chez les compagnies qui assurent le transit Alger/Istanbul, à savoir Air Algérie, Turkish Air Lignes, Alitalia et Tunis Air. Un séjour de huit jours et sept nuits, dans un hôtel trois étoiles, est proposé à partir de 55 000 dinars et c’est le tarif le moins cher pratiqué par les agences de voyages. Sans oublier les 5 000 DA par personne de frais de visa, ainsi que d’autres dépenses, tel le transport de l’aéroport à l’hôtel, et vice versa, plus les trois journées de visites guidées, le tout à 35 000 dinars. Quant aux voyages organisés, avec visites guidées, durant les huit jours et sept nuits, ils coûtent en moyenne entre 100 000 et 150 000 dinars, le prix varie selon les prestations que demandent les clients. Certains préfèrent, en revanche, la demi-pension, alors que d’autres optent pour une pension complète qui revient encore plus cher. «Le visa est toujours à l’ordre du jours, même si certaines personnes pensent le contraire. De plus, il faut payer 50 000 DA par personne, mais cela ne semble pas dissuader les clients qui veulent partir en Espagne quel qu’en soit le prix », nous indiquera un responsable de l’une des agences de voyage du chef-lieu de la wilaya d'Oran.  En deuxième position, la destination la plus prisée par les citoyens d'Oran, mais également la plus accessible pour les revenus les plus modestes, est la Tunisie. L’Espagne arrive en première  position des destinations les plus demandées. La raison incombe à la crise économique qui a touché de plein fouet ce pays de la  zone euro qui a, semble-t-il, baissé ses tarifs pour devenir très accessible aux voyageurs algériens. Le billet d’avion est entre 20 000 et 30 000 DA, le séjour en hôtel trois étoiles est à partir de 50 000 dinars. L’autre pays voisin, le Maroc, arrive quant à lui en quatrième position. Le billet d’avion est à partir de 40 000 dinars, le séjour en demi-pension, huit jours et sept nuits en hôtel trois étoiles, est entre 50 000 et 60 000 DA. Malgré le fait que le Maroc est plus cher que la Tunisie, il n’en demeure pas moins qu’il y a une forte demande vers ce pays.

Medjadji H
Vendredi 20 Septembre 2013 - 22:00
Lu 863 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+