REFLEXION

CES CHIFFRES TRES INQUIETANTS NE REFLETENT PAS TOUTE LA REALITE : Plus de 50 nouveaux cas de sida enregistrés durant le premier semestre 2013

La wilaya d’Oran enregistre un taux de contamination et de progression de la maladie du sida en hausse .Bien que la majorité de ces sidéens sont âgés entre 20 et 45 ans, et dans 90 % des cas, les relations sexuelles non protégées étaient à l’origine de la transmission du virus.



CES CHIFFRES TRES INQUIETANTS NE REFLETENT PAS TOUTE LA REALITE : Plus de 50 nouveaux cas de sida  enregistrés  durant le premier semestre 2013
Ces chiffres très inquiétants ne reflètent pas toute la réalité, puisque certains séropositifs ignorent qu’ils sont porteurs du virus et de nombreux sidéens ne déclarent pas leur maladie de crainte de la ségrégation. Entre les tabous de la société, l’ignorance, le manque de dépistage et la peur de découvrir qu’on a été contaminé par le virus, l’épidémie du sida progresse. Cette pathologie mortelle continue de faire des ravages. Les bilans sont plus que révélateurs que le phénomène n’est pas près de prendre du recul. Plus de 50 nouveaux cas ont été enregistrés dans la wilaya d’Oran depuis le début de l’année en cours. La majorité est âgée entre 20 et 45 ans, et dans 90 % des cas, les relations sexuelles non protégées étaient à l’origine de la transmission du virus. Ces chiffres très inquiétants ne reflètent pas toute la réalité, puisque certains séropositifs ignorent qu’ils sont porteurs du virus et de nombreux sidéens ne déclarent pas leur maladie de crainte de la ségrégation. L’évolution de la maladie chez les enfants est aussi inquiétante. «Au vu de l’ampleur qu’a pris ces derniers temps le sida et l’absence de sensibilisation effective, les chiffres sont appelés à doubler d’ici la fin de l’année», dira un médecin. «Les dernières statistiques confirment l’échec des différents et timides plans entrepris depuis la découverte en Algérie de cette pathologie, à la fin des années 80. Ceci dit, les nouveaux cas enregistrés renseignent sur l’inefficacité des différents dispositifs de prévention mis en place», précise notre interlocuteur. Sur ce point, il y a  lieu à signaler que le problème du manque de centres de dépistage spécialisés pour le sida se pose à Oran.  A Oran, il existe un seul centre à Cave Gay qui reçoit ces malades .D’autre part, le service des maladies infectieuses du centre hospitalo-universitaire d’Oran, seule structure spécialisée dans la prise en charge de cette catégorie de malades au niveau de la région Ouest du pays, a enregistré, durant les dix dernières années, quelque 2 000 nouveaux cas de porteurs du virus.

Medjadji H
Samedi 17 Août 2013 - 10:59
Lu 244 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+