REFLEXION

CEM ABDERRAHMANE MIRA A HAÏ ES SANAOUBER : L’insécurité fait réagir les parents et le personnel enseignant

Le personnel enseignant et les parents d’élèves du collège Abderrahmane Mira, situé sur les hauteurs de Haï Es Sanouber (ex Planteurs), reviennent à la charge pour dénoncer l’insécurité.



CEM ABDERRAHMANE MIRA A HAÏ ES SANAOUBER : L’insécurité fait réagir les parents  et le personnel enseignant
Les concernés déplorent la détérioration de la situation sécuritaire dans les alentours immédiats de ce collège. Les parents d’élèves craignent le pire, vu que des bandes de voyous armés jusqu’aux dents rôdent dans les parages de cet établissement scolaire situé dans un quartier chaud. Les patrouilles de police menées régulièrement par les éléments de sécurité de la 7ème Sûreté urbaine de Sidi El Houari, ne semblent aucunement dissuader les bandes de jeunes délinquants. Les parents d’élèves vivent dans la peur en permanence. Leurs enfants côtoient quotidiennement les délinquants à l’intérieur comme à l’extérieur de cet établissement. La violence semble se banaliser de manière dramatique. Beaucoup d’enseignants, particulièrement des femmes, ne cachent plus leur crainte de subir des représailles en cas de sanction de certains élèves perturbateurs. Il est même arrivé dans le passé que, pour une histoire de notes ou de discipline, des enseignantes soient menacées en plein cours par des élèves ou agressées verbalement. Le comble est que ce collège enregistre cette année un déficit en surveillant pour encadrer les élèves et sécuriser l’intérieur de cet établissement scolaire. Le personnel administratif en place semble totalement dépassé par la dégradation des conditions de travail. Pour des parents d’élèves, le laisser-aller et l’absence de sécurité seraient pour beaucoup dans cette situation qui, heureusement, n’a pas fait encore de victimes. Cette situation désolante ne concerne pas seulement les établissements scolaires situés dans des quartiers difficiles, mais mêmes les collèges et les lycées des quartiers dits résidentiels, sont le théâtre de graves dépassements. Il est à noter que le personnel enseignant avait observé début 2012, un mouvement de contestation pour justement dénoncer l’insécurité. Depuis rien n’a été fait par les services concernés pour assurer de meilleures conditions de scolarité aux élèves de ce collège.

Medjadji. H
Vendredi 20 Septembre 2013 - 22:00
Lu 173 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+