REFLEXION

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ENFANCE A MOSTAGANEM : « Comme chaque année, avec seulement un cœur gros »



CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ENFANCE A MOSTAGANEM : « Comme chaque année, avec seulement un cœur gros »
Comme ça et une persévérance sans limite, malgré une santé très fragile qui l’oblige à une prescription d’un régime médical draconien, Mme Amour Mami se démène sur tous les tableaux pour fêter dignement la journée de l’enfance dans la commune de Mostaganem. Présidente de l’association de « la promotion de jeune fille» et chargée des affaires sociales près la fédération des associations de quartiers et de la société civile de la wilaya de Mostaganem, notre bienfaitrice a concocté un programme à la hauteur de l’événement puisque pas moins d’une vingtaine d’enfants ont reçu gratuitement un trousseau de vêtements et ont subi le baptême de la circoncision très tôt au cours la journée du Lundi 31 Mai 2010. Une conférence ayant pour thème « les violences contre l’enfant» sera animée au niveau de la salle de réunion du nouvel institut islamique. L’ensemble des invités visiteront le service de pédiatrie de l’hôpital « Che Guevara », le droit pénal algérien a mis en place une série de mesures pour sanctionner les mauvais traitements contre les enfants. Ces dispositions concernent les violences physiques, les violences sexuelles et les situations mettant en jeu la moralité des enfants. Il serait inadmissible que les violences physiques pratiquées sur les enfants soient un sujet tabou pour une société patriarcale où le père, la mère et parfois même les membres d’une famille s’arrogent le droit de corriger l’enfant sans aucune retenue alors que le code pénal prévoit une réglementation particulière pour les coups et blessures portés à un enfant mineur. En qu’il reconnaît un droit de sanction aux parents, le législateur a précisé qu’en aucun cas ils ne peuvent outrepasser l’exercice normal de l’autorité parentale et peuvent être qualifiés de coups et blessures. Il a également assoupli les règles du secret professionnel afin de permettre à certaines professions médicales de dénoncer d’éventuels mauvais traitements. Des femmes de la stature de Mme Amour ,la société en demande de nouvelles dames capables de soutenir les actions entreprises par cette femme, et les faire perdurer à travers le temps pour un merveilleux monde d’une enfance souriante et gaie à jamais…. !

B.Cherifi
Mardi 1 Juin 2010 - 10:46
Lu 369 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+