REFLEXION

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE CONTRE LE SIDA : ‘’Levons la main pour la prévention du SIDA’’

C’est sous le thème « Levons la main pour la prévention du SIDA » qu’aujourd’hui la journée mondiale contre le SIDA se célèbre à travers les pays, dont l’Algérie, qui a adopté un plan de lutte contre ce fléau mondial qu’elle tient à éradiquer à l’orée de l’année 2030.



Depuis l’apparition des  premiers cas  de SIDA, qui ont été observés aux Etats-Unis au tout début des années 1980 et l’information  parue à travers  le journal “ New York Times ” en date du  3 juillet 1981, faisant état de la présence de  sujets atteints au sein   de la communauté homosexuelle et à ce jour, le SIDA (le Syndrome d’ Immunodéficience Acquise) ou le VIH (le Virus de l’Immunodéficience Humaine)  a déjà tué plus de 43  millions de personnes à travers le monde depuis  1981 et 76  autres millions vivent avec  ce mortel virus. En Algérie, sa propagation semble se stabiliser, seuls  10.300 cas confirmés ont été enregistrés par l’Institut Pasteur depuis  l’apparition du premier cas en 1985 à la fin du  mois de septembre  de l’année 2016.  Au cours de cette année, 500 nouveaux cas ont été recensés de janvier à septembre, la tranche d’âge la plus ciblée est celle  des 24 à 40 ans, et demeure composée de jeunes adultes (femmes et hommes. Le mode de transmission  se fait uniquement par la voie sexuelle (90%  des cas enregistrés  l’ont contracté par  le mode cité), la contamination par injection  ou par la mère est  très faible  et représente un taux minime. Quant au volet du traitement, l’Etat algérien respecte ses engagements en prenant en charge le financement de tous les traitements nécessaires, les  9000 malades atteints sont pris en charge et bénéficient au sein des établissements publics hospitaliers du traitement dont le coût  est de l’ordre de 50.000 dinars  par mois pour chaque sidéen. A propos  de la mortalité, 50 personnes sont décédées au cours de l’année dernière. En ce qui concerne les défis, l’Algérie s’est fixé comme objectif, à l’instar de tous les pays du monde, de mettre fin au sida en 2030. A ce titre, elle a adopté  un  plan stratégique national de lutte contre le sida qui est orienté vers ce défi et espère réduire à moins de 500 nouvelles infections par an à l’horizon 2020. Cette lutte contre ce redoutable fléau nécessite l’implication de tous, et l’amélioration des connaissances  sur le VIH /SIDA. Une enquête  menée en 2015  a  démontré que  juste  10% des jeunes âgés entre 15 et 24 ans ont de bonnes  connaissances sur la maladie, d’où la nécessité de la poursuite de la sensibilisation sur le sujet  pour transmettre  la bonne information afin d’amener les jeunes  qui demeurent les plus ciblés à adopter des comportements sans risques.

L.Ammar
Mercredi 30 Novembre 2016 - 20:10
Lu 354 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+