REFLEXION

CANTINES SCOLAIRES A BETHIOUA : Du pain rassis avec des lentilles pour les élèves

Aucune opération de contrôle n'a été lancée à travers les établissements de la daïra de Bethioua, selon les parents d'élèves d'un établissement primaire situé en plein centre-ville de Bethioua où des enfants ont reçu des sandwichs de pain sec avec des lentilles pour leur déjeuner à la cantine du moment où l'on nous informe que malgré leur revendication pour l’amélioration d’ une alimentation saine et équilibrée ,aucune opération de contrôle de qualité n'a été lancée par les services du commerce de la wilaya d'Oran, dans les cantines des différents établissements scolaires des trois paliers de l’éducation nationale.



CANTINES SCOLAIRES A BETHIOUA : Du pain rassis avec  des lentilles pour les élèves
Selon nos mêmes interlocuteurs, l’objectif de cette opération est  de contrôler la qualité et la conformité des produits proposés aux élèves  du fait  qu'on nous informe que la tutelle de la direction de l'éducation devrait en principe tracer un programme qui touchera tous les cycles scolaires, à travers les différents établissements de la wilaya où  plusieurs brigades seront  mobilisées pour assurer cette tâche à longueur d’année », expliquera  un cadre retraité de l'éducation. Ces brigades de contrôle devraient en principe contrôler  la qualité et de la répression des fraudes.  Pour ce qui est du contrôle de la qualité, notre interlocuteur nous a confié que les visites des brigades seront inopinées. Mais pour ce qui est des campagnes de sensibilisation, elles seront organisées en collaboration avec les responsables des établissements afin d’avoir un large auditoire au niveau des structures écolières et sensibiliser, ainsi, les écoliers et les étudiants sur les intoxications alimentaires… Les crèches et écoles privées ne seront pas épargnées. Bien au contraire, les risques encourus en cas de non-respect des normes de qualité sont les poursuites judiciaires, car ces structures sont soumises à un registre de commerce. Pour les établissements publics par contre, des constats et des rapports sont rédigés par les contrôleurs et adressés à qui de droit, à savoir leurs tutelles qui prendront des dispositions disciplinaires ou autres sanctions à leurs endroits. Et enfin, des prélèvements devraient être  effectués sur des produits alimentaires fabriqués localement pour confirmer leurs qualités, du fait aucune opération de retrait temporaire n'a  été enregistrée à ce jour avec en plus l'exploitation des jardins d'enfants illicites sans agrément dument délivré par les services de la DAS (direction de l'action sociale de la wilaya d'Oran ni encore moins sont exploités anarchiquement sans aucune  commodité et qui exigent un  paiement mensuel  allant de 1500.00Da à 3000 Da  par enfant et elles sont nombreuses  pour ne pas les citer toutes, du moment où ces derniers relèvent  des services concernés qui devraient procéder à leur fermeture malheureusement  ils tournent le dos, face à ces exploitations  anarchiques qui gèrent ces infrastructures de base dans l'anarchie totale du fait qu’ils ne respectent même pas la réglementation en vigueur qui régit en ce sens et le constat est flagrant si l'on prend l'exemple d'un jardin d'enfant situé en plein centre de ville  de Bethioua  et qui est ouvert depuis plus de deux années n'est pas  équipé  de cuisine, ou de réfectoire  ni encore moins la literie afin que ces centaines d'adolescents puissent se reposer pour faire leur sieste  convenablement....

Medjadji. H
Vendredi 18 Octobre 2013 - 22:00
Lu 176 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+