REFLEXION

CANICULE A BECHAR : Rien ne circule, tout le monde est caché dans l’ombre



CANICULE A BECHAR : Rien ne circule, tout le monde est caché dans l’ombre
A Bechar 15 h 30’, peut-on faire cuir un  œuf sur un capot de voiture en stationnement ? Cette année les  vieillards connaisseurs de météorologie racontent leurs vies de 85 ans sur la chaleur excessive qu’a connue la région en cette période estivale. Ce que tout le monde a remarqué  c’est que les légumes se déshydratent rapidement après leurs sorties des réfrigérateurs, les baguettes de pain deviennent sèches et la décomposition des produits alimentaires est quasi certaine  pour ceux qui ne possèdent pas les moyens de conservation et de congélation. Selon plusieurs lectures sur des thermomètres, les habitants de la région se posent la question sur le bulletin météorologique  qui indique des températures autres que celles qui sont montrées à la télévision. A Bechar à 15 h 00 dans la ville rien ne circule tout le monde est caché dans l’ombre. Les oiseaux ne gazouillent pas. Des chaussées en goudron sont devenues molles à cause de la chaleur et cabossées par la circulation des véhicules notamment les poids lourds. On s’aperçoit que dans les marchés les feuilles de salade s’abîment très rapidement ainsi que les autres herbes  fines des soupes. En plus de  cela les climatiseurs soufflent le chaud qui s’additionne à l’atmosphère.   La nuit les familles sortent en dehors de la ville, au rond point de l’aéroport pour dîner et se divertir. Les familles se cantonnent et la sécurité est garantie par des brigades de police. Les cafés sont bondés par les dégustateurs de thé à la menthe. Néanmoins, les Becharis  ne sortent de chez eux pour leurs affaires qu’à partir de 19H00 pour éviter la canicule de la journée. Entre autres, certains préfèrent les plages du pays. Nos interlocuteurs ont précisé que la chaleur du sud est totalement différente de celle d’autres endroits. Il y a ceux qui utilisent les humidificateurs à eau, ventilateurs individuels, climatiseurs modernes à double corps, des éventails traditionnels et ceux qui préfèrent uniquement l’ombre et le courant d’air dans leur appartement durant toute la journée et qui sont en bonne santé. Par ailleurs, les dépenses sont très couteuses en matière d’énergie électrique qui est utilisée 24 sur 24 par les différents moyens de climatisation durant la période estivale et l’eau reste toujours indispensable pour la vie pendant les quatre saisons et le risques de déshydratation sont à éviter en ce mois sacré du Ramadhan.  

Mohammed SMAIL
Samedi 3 Août 2013 - 12:37
Lu 219 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+