REFLEXION

CANCER A MOSTAGANEM : TEMOIGNAGE D’UN PERE D’UNE FILLE CANCEREUSE : Vivre la maladie d'un proche

Un enfant, un parent, un ami proche qui tombe, gravement, malade du cancer, cela touche tout l'entourage, qui bascule à son tour dans l'univers de la maladie. En peu de temps, on réalise que plus rien ne sera comme avant. La maladie d’un proche est trop lourde à porter, elle devient une partie intégrante de notre histoire, et marquera notre vie à tout jamais.



La gravité de la pathologie du cancer est une menace pour tous’’. En effet, les cancéreux et leurs parents ont gouté à l’amertume du supplice. Moi, personnellement, je suis en train de vivre depuis des années le calvaire, la souffrance de la maladie de ma fille, mon enfant, la chair de ma chair ! Mais, nous continuons le combat pour la survie, ma fille et moi, sans se décourager, attendant des jours meilleurs et l’espoir d’un résultat positif. Je me permets de dire que nul ne peut être à l’abri de cette maladie du siècle qui a tendance à s’accroitre et je dis : si les gens ne réagissent pas aujourd’hui, en s’unissant dans un combat sans merci, demain, il sera peut-être déjà, trop tard.
Comme nous le savons tous, le cancer est une maladie grave qui impose ses contraintes, ses rythmes, en mettant souvent les nerfs à rude épreuve. Alors, comment anticiper ces tous nouveaux bouleversements liés à la santé afin de s'organiser, humainement et matériellement quand on est démuni et sans ressources, souvent sans aucune aide ni prise en charge immédiate. L’être humain confronté à ce genre de maladies graves, vivant le calvaire sans fin du cancer, accompagnant un patient tout au long de sa maladie exige une attention très particulière, des soins à long terme, et un suivi des plus rigoureux ainsi que des contrôles récurrents, doit s’attendre au pire. Il subit les affres de la maladie, le bienfait de quelques âmes humaines, de quelques associations caritatives qui se dévouent pour les cancéreux mais, souvent aussi le mépris de certaines personnes sans aucune moralité ou conscience professionnelle. Il y a des moments où la peur, la douleur, la peine, le supplice, et aussi la colère vous agitent, quand vous êtes pris dans l’engrenage de cette absence de prise en charge immédiate utile à la lutte contre ces maladies chroniques graves, dangereuses et mortelles, par exemple, lorsque les équipements nécessaires font défaut dans votre wilaya, telle que la ‘’Radiothérapie’’. Un casse-tête, qui vous oblige à vous déplacer loin de votre lieu de résidence avec votre malade subissant tous les désagréments que cela peut engendrer financièrement, rendez-vous éloignés et autres difficultés etc… Je suis père d’une fille atteinte d’un cancer du sein dont l’époux est également atteint d’une colostomie.  Etant tout à fait conscient du problème, j’en connais un bout des supplices et conséquences qu’aggrave cette maladie dangereuse, et ce en matière de transport, de coûts, de dépenses relatives à la prise en charge des soins, bref de tout le protocole de la pathologie et tout ce qui suit après, dont radios, analyses, biopsies, scanners, irm, échographies, scintigraphie, etc…, ajouter à cela le stress et la fatigue du voyage auxquels sont confrontés les pauvres : patient et accompagnateur. Dans de telles circonstances de sacrifices, il faut trouver des solutions, des issues et parfois, il est très bon de laisser un peu de son amour-propre, pour ne pas abandonner celui qui a besoin de vous, qui croit en vous.

La radiothérapie, une nécessité absolue pour la wilaya de Mostaganem
Tout en compatissant de tout cœur avec les malades et leurs familles, moi-même parent de malades, je rejoins le fondateur du groupe FB ‘’Amis qui aiment réflexion’’ M. Selim Benanteur pour son plaidoyer pour l'installation d'un nouveau centre de ‘'Radiothérapie'' à Mostaganem en plus du service Oncologie déjà existant à Mazagran. Conscient de la gravité qui menace les cancéreux et ce, en raison  du fait que leur nombre s'accroit à une vitesse vertigineuse et aussi compte tenu des temps d'attentes qui pourraient se prolonger parfois à des dates ultérieures, probablement éloignées vu le nombre croissant des malades, la wilaya de Mostaganem a un besoin urgent d’avoir son centre de ‘’Radiothérapie’ .Cela permettra, non seulement, de prendre en charge le malade rapidement , mais aussi rapprocher d’autres wilayas limitrophes avec leurs communes de Mostaganem pour soulager la charge des patients qui affluent vers Oran , quotidiennement. Je vous prie de me croire, qu’il s’agit de plusieurs patients venus de partout qu’il m’arrive de côtoyer, de rencontrer dans cette capitale de l’Ouest au niveau des différents centres et secteurs sanitaires. Dans ce contexte, il faut aider au mieux la personne qui affronte la maladie ainsi que les accompagnateurs qui souffrent beaucoup plus.

Le calvaire du cancer est une épreuve très très longue
Pour affronter le cancer il est plus que nécessaire, d'avoir des personnes humanistes, comme soutien moral, sur lequel il faut compter. Les proches évidemment, l’entourage familial, les amis, les bienfaiteurs bien sûr, les professionnels de la santé, les soignants, les associations et également le groupe des ‘’Amis de réflexion’’ sans oublier pour autant, M. le wali de Mostaganem qui redouble d’ardeur et d’efforts pour aider   les malades atteints de cancer et cela est un fait très connu, honorant l’Etat.
Que tous ceux qui soutiennent les malades et leurs familles dans cette épreuve douloureuse et qui contribuent, de près ou de loin, sous quelque forme que ce soit, trouvent ici l’expression sincère de toute ma gratitude et ma reconnaissance.

 

Benyahia Adda
Lundi 9 Mai 2016 - 17:52
Lu 541 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+