REFLEXION

CAMPAGNE MEDIATIQUE MAROCAINE CONTRE L’ALGERIE : Quant la caravane passe… !



Soudain, voici que fleurissent les publications et les articles dans la presse Marocaine, chantant les louanges des traîtres Sahraouis, qui défilent devant la télévision de sa Majesté. La musique Sahraoui est devenue à la mode aux Maroc. Mais les milieux politiques que cette presse représente ne sont pas spécialement connus pour leur amour de la culture et de la musique Sahraoui, plus que leur amour à l’hypocrisie. On peut facilement imaginer ce qui se cache derrière de telles campagnes d’acharnement contre l’Algérie. Mais ce qui est sûr, c’est que les rumeurs qui circulent dans le pays du Commandant des Croyants où les sondages d’opinion n’existent pas et selon lesquelles l’opposition authentique est complètement muselée et membres emprisonnés. Ajoutant à cela la frontière Ouest qui demeure verrouillée. Le Maroc est sur le point d’une explosion populaire, Cette conjoncture à fait orienter l’opinion publique vers le problème du Sahara occidentale, vers la minuscule affaire du policier Ould Selma. En revanche, cette propagande, jointe à l’évolution de la situation sociale, ne manque pas à susciter une inquiétude de plus en plus vive à l’Elysée, en particulier dans certains milieux des extras où l’on n’a pas oublié que, dans un temps pas si éloigné, le royaume chérifien avait solliciter l’aide de l’Elysée, tout en proclamant son « droit imprescriptible de recouvrer ses frontières historiques qui vont jusqu’à Saint-Louis du Sénégal ». En observant attentivement l’occupation du Sahara occidentale.Aujourd’hui, la situation s’est brusquement aggravée à l’intérieur du Maroc, et l’on peut se demander où veut en venir le gouvernement marocain, incapable d’améliorer la situation sociale de 30 millions de marocains livrés à la misère devant une bourgeoisie dirigeante. Cette campagne d’acharnement contre l’Algérie se passe sur un fond de crise sociale aiguë. Réunis en assemblée, les travailleurs des transports menacent de sortir dans la rue, les travailleurs du bâtiment, ceux de la pêche et les fonctionnaires ne se retrouvent plus dans un pays où le gros du budget est destiné aux riches soutient principaux du palais royale. Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement de Rabat devait se saisir du prétexte du policier Ould Selma pour déclencher une action répressive d’une violence inaccoutumée et sans commune mesure contre les Sahraouis détenus dans les prisons et ceux qui sont occupés dans les territoire colonialisés. Des incidents aussi ont commencé par une provocation de la sécurité royale des étudiants sympathisants des mouvements de la gauche et des islamistes. Sans aucune accusation des sympathisants du courant islamiste sont dirigés vers les prisons. Et là aussi les ONG et les organisations sois disant de défense des droits de l’homme demeurent bouches bées !! Quant à l’Algérie, elle a toujours fait l’objet des mercenaires journalistes, de campagnes calomnieuses, de pressions et de menaces coordonnées, en est cette fois-ci une preuve supplémentaire. Quant au peuple frère marocain on déplore sa situation sociale, un peuple qui ne mérite pas d’être au service d’une bourgeoisie sauvage.

Ibn Khaldoun
Mercredi 29 Septembre 2010 - 00:01
Lu 510 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+