REFLEXION

CAMP DE COLONIE DE VACANCES « SONAGHTER » : Réflexion chez les colons

Nous sommes à la plage Sonaghter. Une plage encore à l’état sauvage à 5 km environ à l’Est de Mostaganem. Des lieux idylliques qu’ont épargnés le béton et le jet-ski. Une plage où règnent les familles dans la quiétude et la sérénité. Une brigade de gendarmerie veille au grain.



CAMP DE COLONIE DE VACANCES  « SONAGHTER » : Réflexion chez les colons
Réflexion s’est permis de visiter un camp de colonie de vacances où sont regroupés les enfants des travailleurs de la Sonelgaz. Comme c’est un camp de colonie de vacances et non pas un camp disciplinaire, l’horaire précise que le réveil se fait entre 7 heures 30 et 8 heures 30. Toute une heure pour faire démarrer un enfant et lui faire prendre son petit-déjeuner. Ils sont près de 600 à chaque session, les mômes. Au minimum, ils sont 480 et viennent de 26 wilayas patauger sur les bords de la Méditerranée. Leur séjour, dès leur arrivée, selon un mécanisme bien établi, commence par une visite médicale et la reconnaissance des lieux avant de les structurer en 4 groupes dénommés Fraternité, Fidélité, Paix et Solidarité. Chaque groupe compte 8 équipes. Les équipes portent des noms aussi : les Lionceaux, les Etoiles, les Héros, les Chénaouas, les Sanafirs, etc. Médecin, monitrices et moniteurs, cuisiniers, serveurs, gardiens, infirmiers et bus avec chauffeurs, sont au service de ceux-là qui ne dépassent pas 12 ans d’âge. L’œil des gendarmes veille à côté. Un bienfait, il faut le dire. La baignade dans les eaux tièdes de la Méditerranée est garantie chaque jour entre 9 heures et 11 heures 30 pour les enfants. C’est le moment le plus difficile pour l’encadrement. On tend les cous, on siffle, on compte et recompte. L’erreur n’est pas permise. Et puis repos tactique d’une heure avant l’attaque des réfectoires vers midi et demie. Jusqu’à 17 heures, l’heure du goûter, les enfants lisent, font la sieste ou s’adonnent à des jeux éducatifs. La quinzaine est marquée par une activité intense: Radio du camp, la recherche du trésor, visite au zoo de Mostaganem, excursion, championnat de football... La session est clôturée avec une veillée dans la joie, la bonne humeur et en musique. La discipline et le respect mutuel sont de rigueur, selon la règle 3 et c’est là, la clé de la réussite de M. Hemmal Hocine, le directeur du camp. Un gars originaire de la wilaya de Bouira, où il est très connu de par son esprit de solidarité, sa bonne humeur, sa disponibilité et son « toujours volontaire ». La règle 10 de ce jeune directeur est : « L’environnement nous est cher, protégeons-le. ». La propreté des lieux est un modèle à suivre. Le respect des horaires est le cheval de bataille des moniteurs. La soirée dure de 20 heures à 22 heures 30, mais quand sonne l’extinction des feux vers 23 heures, les petites têtes disparaissent sous les couvertures pour un lendemain plus heureux. Une courte nuit vers un lendemain angélique innocent dont les adultes voudraient éternel.

Benatia
Mercredi 20 Juillet 2011 - 10:15
Lu 1341 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+