REFLEXION

C’est encore loin Téhéran ?



Le roi de Bahreïn est un homme heureux, on te comprend tout à fait, le petit royaume du Golfe au large duquel mouille la cinquième flotte américaine, vient de déjouer un complot, c’est encore la faute à cette main de l’étranger qui s’inscrit partout, pour une fois ce n’est pas celle de l’Occident. Le souverain Al Khalifa sait exactement d’où elle a pu se glisser jusqu’à à Manama, les récentes manifestations qui ont fait plus d’une dizaine de morts ne sont pas à cataloguer parmi les révoltes du printemps arabe la République islamique d’Iran sans la nommer directement. Le roi accusé la République islamique d’Iran d’être derrière cette cabale. Les mollahs auraient aussi profité du réveil populaire dans le monde arabe pour avancer leurs pions sur l’échiquier régional et mondial le vent des actuelles révoltes profitant de facto à la démocratisation à l’occidentale, voyant le coup venir le roi du Bahreïn a choisi de prendre ses devants, les forces saoudiennes ,bahreïnies et bien d’autres toutes sunnites, faut-il le préciser, sont appelées à la rescousse. Elles auront justes le temps de fouler le sol bahreïni que le roi Al Khalifa est jeté au bûcher. Le Hezbollah libanais chiite a tiré la première salve le débarquement des forces du Golfe est assimilé à de l’ingérence pure et dure qui vise la majorité chiite. En premier, l’opposition qui rêve le temps d’une monarchie constitutionnelle qui maintiendrait le roi sur son trône mais qui limiterait ses prérogatives, le gouvernement étant élu par le peuple. La place de la perle, lieu symbole de la contestation, rasée de la carte à coups de bulldozer les autorités de Téhéran n’ont pu rester insensibles à la cause de leurs frères chiites, plaidoyer contre la présence des forces sunnites au Bahreïn avant la rupture sèche des relations diplomatiques. Le roi est sorti vainqueur vive le roi. Mais ce n’est qu’une bataille parmi tant d’autres. La guerre IRAN- USA est loin d’être finie. Mme Clinton est convaincue que ce sont les mollahs qui sapent les efforts de paix au Proche-Orient. En attendant que la démocratisation du Liban passe par les actes d’accusation contre le parti de Cheikh Nasrallah dans l’affaire de l’assassinat d’El Hariri par un nouveau conflit avec Israël ou par l’antisoviétisme arabe en Syrie. La prochaine bataille est –elle en train de se jouer au Yémen ? Seul à Sanaâ, lesgénéraux de l’armée et de diplomates se comptent par dizaines. Le président Salah tente tant bien que mal de résister au naufrage. Il a mis en garde contre toute tentative de division du pays à l’heure où les combats entre l’armée régulière et des éléments armés de minorité chiite faisaient rage après avoir accusé sacro-sainte alliance israélo- américaine de déstabiliser le Yémen tirera-t-il à son tour sur l’ambulance iranienne ? Bien qu’elle soit minoritaire, contrairement au Bahreïn, la communauté chiite du Yémen aura-t-elle un rôle déterminant dans l’impasse politique que vit actuellement l’ancienne bienheureuse ?

N .Bentifour
Mardi 26 Avril 2011 - 10:29
Lu 286 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+