REFLEXION

C’est au « Beylek »



C’est au « Beylek »
La rue est momentanément obstruée par un véhicule en panne. L’automobiliste, après avoir jugé de la situation, effectue une rapide manœuvre et choisit d’aller un peu plus loin afin d’emprunter une voie dégagée, c’est logique et c’est prudent. Mais de temps, à autre, nous voyons arriver en dégourdi, pour qui il n’est pas question de faire un détour aussi minime sot-il, n’hésitant pas à se donner en spectacle à la foule des passants, il entreprend une gymnastique qui consiste à escalader un trottoir haut comme ça, quitte à faire pousser à la mécanique des hurlements stridents. Comme s’il était aux commandes non pas d’une pauvre sept chevaux mais d’un puissant char d’assaut. Le meilleur c’est qu’il parvient à passer : mais à quel prix… ce « Cascadeur » comme nous nous en doutons, ne conduit pas son véhicule propre mais un « bolide » qui appartient à la société qui l’emploie. Ceci explique cela sans pour autant le justifier des exemples analogues, nous pouvons en citer à largeur de colonnes. De tels comportements à l’égard des biens d’utilité publique, n’ont d’égal que le nombre de citoyens qui s’y adonnent, parfois avec une détermination telle, qu’elle dissimule mal la volonté de nuire.

. .
Lundi 27 Septembre 2010 - 00:01
Lu 337 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+