REFLEXION

Business d’El-Qaïda



Business d’El-Qaïda
L’enlèvement des otages occidentaux par El-Qaïda au Maghreb et dans la zone sub-saharienne est devenu un formidable moyen pour renflouer les caisses des terroristes. Un commerce juteux et florissant grâce à Sarkozy. Sans la complicité indirecte de celui-ci, ces groupes ne se seraient pas sortis vainqueurs, si la France interférait pas dans les affaires internes de ses anciennes colonies. Ces agissements contraires aux résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, tendent à affaiblir l’Algérie au détriment du Royaume Chérifien. Il n’y a pas lieu d’être une sommité pour comprendre les arrière-pensées de l’empereur de France. Les terroristes l’ont très bien compris et ont saisi le massage de l’Elysée, une aubaine, car des opportunités pareilles ne se ratent pas. Ainsi faute de les financer directement, c’est la méthode du kidnapping qui est retenue pour le moment, les pays occidentaux paient les rançons et libèrent ainsi leurs otages. Seulement l’argent prend immédiatement le chemin du retour en contrepartie de certaines livraisons d’armes pour mettre à feu et à sang toute la région. Les otages libérés le disent bien et très clairement, les groupes d’El-Qaïda ont besoin d’argent, et le seul moyen, reste l’enlèvement d’occidentaux qui constitue pour eux un ‘Business’ pour renflouer les caisses. C’est ce que confirment les spécialistes, les groupes terroristes sont étranglés financièrement, en particulier en Algérie, et sont incapables d’atteindre leurs objectifs en matière de recrutement et d’occupation du terrain. M.Abdelaziz Bouteflika a plaidé devant l’assemblée générale de l’ONU et le sommet de l’U.A pour « l’interdiction absolue du paiement de rançon aux preneurs d’otages qui a atteint, au cours des dernières années, des proportions inquiétantes. Le produit de ces rançons s’est révélé être, désormais, la principale source de financement du terrorisme ». De plus, les difficultés financière d’El-Qaïda, interviennent au moment où le trafic de la cocaïne sud-américain s’intensifie au Sahel, comme l’atteste l’affaire du Boeing chargé de drogue qui a atterri début novembre sur une piste aménagée au nord du Mali, en provenance de l’Amérique du sud, avec la complicité avérée de certains responsables dans le gouvernement malien. L’Algérie qui mène un combat sans répit contre le terrorisme et le trafic de drogue sous toutes ses formes, redoute qu’il y ait une collusion entre les réseaux de trafic de drogue et les terroristes qui sévissent au nord du Malis. Tel est le constat. La situation ne pourra jamais s’améliorer dans la région du Sahel et les efforts consentis par les pays riverains notamment l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme n’apporteront aucun fruit, tant qu’il existe des chefs d’Etats du genre Sarkozy. Irrespectueux des engagements internationaux de la France, Sarkozy ne prend pas toute la mesure du problème et de ses conséquences au Sahel, même avec la libération de Camatte, le chef de l’Etat français chute dans les sondages, il est crédité d’à peine de 32% de français qui se disent satisfaits de sa politique.

Amara Mohamed
Lundi 8 Mars 2010 - 10:32
Lu 556 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+