REFLEXION

Bureaucratie étouffante



La bureaucratie est un phénomène universel. Aucun pays dans le monde n’en est exempt. Aucun système politique n’en est exonéré, mais toutes les bureaucraties ne se ressemblent pas, bien sûr. Il y a des nuances d’un pays à l’autre. On prétend que la France, de l’avis même d’experts français, est le pays le plus bureaucratique d’Europe. Et pourtant dans les faits, il est le moins «pollué» d’Europe. Dans les sociétés occidentales, la nature des bureaucraties est différente compte tenu de l'autonomie substantielle des institutions individuelles. En comparaison avec notre pays, les lenteurs de l’administration en France sont à diviser par 5, voire par 10. Un exemple très simple et très concret vous en donnera une idée. Un passeport est établi dans notre pays entre 30 jours minimum et 6 mois maximum. À Paris comme en Province, le même passeport est établi entre 6 jours minimum et un mois maximum. Même chose pour l’obtention d’une carte d’identité nationale. Quels que soient les documents souhaités, ils sont délivrés en France dans de très rapides délais, Actuellement, l’Etat fixe mal ses priorités. Trop de règlements, de textes de lois et une bureaucratie étouffante, le tout mettant autant e barrières à notre liberté individuelle. L’initiative personnelle et l’esprit d’entreprise sont de plus en plus mis à mal. Pour nous Algériens, il nous faut des règles simples, des méthodes transparentes et des procédures efficaces. La lourdeur des textes et le comportement de certains agents, ne facilitent guère les choses. Si aujourd’hui, l’Algérien est devenu un grand consommateur de papiers officiels, cela implique que les choses vont dans le bon sens, sauf qu’il est demandé à chacun d’effectuer le parcours du combattant pour déposer tel ou tel dossier. Prenant un exemple : Pour avoir un passeport en Algérie, sauf imprévu bien entendu, il faut attendre d’un à six mois : Quelles sont les raisons ? Elles sont plusieurs et d’ordre règlementaire. Si quelqu’un a eu des démêlés avec la justice, c’est à l’intéressé de fournir la pièce justificative de sa non condamnation. Est-ce normal que les services de police ne disposent-ils pas d’une telle information. Pour la carte grise, est-ce concevable, qu’une carte ne peut être délivrée qu’après une année voire deux années ? Est-ce admissible qu’un certificat de conformité délivré à Sidi-Belabbes par exemple ne soit transmis à la wilaya de Mostaganem que quatre, cinq, six mois, voire une année après. Ce sont ces méthodes qui enragent les citoyens et font de lui la première victime d’un système obsolète. La modernité exige des règles facilement applicables plutôt que de la ‘’sur-règlementation’’. Une administration davantage à l’écoute des gens. Une justice rapide et efficace. Il faut combattre la bureaucratie sous toutes ses formes. Une application claire et conséquente des lois permettra de mieux appréhender l’avenir et mettre à profit, ce capital expérience, pour améliorer encore plus nos institutions et administrations publiques.

Amara Mohamed
Samedi 2 Juillet 2011 - 09:59
Lu 237 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+