REFLEXION

Bradage du patrimoine public à Mostaganem

A UN MOIS DE L’OUVERTURE DE LA SAISON ESTIVALE



Bradage du patrimoine public à Mostaganem
L'exploitation abusive du domaine public, caractérisée par l'utilisation du moindre bout d'espace à des fins commerciales, ne semble pas prendre fin. Elle tend à prendre des proportions alarmantes en face du silence complice des autorités concernées qui ferment l’œil. A ce jour, aucune mesure  concrète et surtout permanente de lutte contre cette exploitation  illégale des trottoirs et de la voie publique, ne parait être engagée pour libérer les lieux de passage des piétons, squattés par la force par les commerçants de l'informel. Cette pagaille impunie a fini par encourager le reste des commerçants hésitants à brader le bout de trottoir longeant les magasins, certains poussent plus loin le bouchon, ils osent mettre un obstacle pour barrer carrément le chemin aux citoyens. Cette pratique anarchique contraint les malheureux citoyens à circuler en pleine rue et s'exposer de la sorte aux accidents inévitables causés par des chauffards qui ne respectent ni le code de la route,  ni la vie sacrée des personnes. En plus de ces commerçants qui occupent presque tous les trottoirs des artères commerciales de la ville, les cafés publics et les crémeries n'ont point attendu la saison estivale, ils viennent de se mettre à l'heure d’été. Des dizaines de tables et de chaises ferment déjà la circulation aux piétons en plein centre ville et poussent les gens à contourner les lieux occupés en empruntant le passage réservé aux véhicules. Ce déplorable constat ne fait qu’encombrer davantage la circulation déjà très lente au centre ville et provoquer des heurts entre les piétons et les automobilistes. Alors que la loi est plus que claire sur cette occupation "temporaire" du patrimoine public qui ne peut être autorisée que sous certaines conditions, à savoir que le trottoir exploité temporairement  doit garantir un minimum de 1,20 mètre d'espace libre pour la circulation des citoyens, qui ne peut en aucun cas être gênée . Malheureusement, le patrimoine public de la ville parait se faire brader à tour de bras sans le moindre respect d'aucune réglementation en vigueur, et les pauvres piétons vont finir par circuler en "file indienne" par manque d'espace et en l’absence de toute réaction de la part de l'autorité concernée, tendant à mettre fin à cette exploitation anarchique du domaine public...!

L.AMMAR
Dimanche 13 Mai 2012 - 10:45
Lu 537 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+