REFLEXION

Barakate el Hogra ! Donnez-moi mes droits...

ABDELLAH 42 ANS, CHOMEUR, CELIBATAIRE ET SANS LOGEMENT

Je résume en gros ma vie malheureuse, depuis tout petit je n’avais pas le droit d'avoir un habit présentable ou un pain honorable ou un toit convenable. Aujourd’hui à l’âge de 42 ans toujours, sans logement, sans ressources, sans recours. Je galère d’une daïra à l’autre et d’une administration à l’autre et à chaque porte on me répond la même chanson : Attendez.. ! Patientez.. ! Le wali ne reçoit pas.. ! Le chef de la daïra est en réunion.. ! Le maire est sorti. J'en ai assez de tout cela je n'ai plus la force de continuer à vivre décemment et j'en ai marre de tout cela, à quoi sert de vivre.. Barakate .. ! Je m’adresse aux autorités : Si je suis un algérien, donnez-moi mes droits comme tout citoyen algérien ...sinon dites-le moi !?



Barakate el Hogra ! Donnez-moi mes droits...
Attou Abdellah ce jeune homme natif de Mostaganem mène à ce jour après 42 ans de son existence une vie de célibataire paralytique qu’il n’avait jamais choisie mais elle lui a été  imposée par des responsables inhumains qui ont fait de la bureaucratie  une monarchie pernicieuse et préjudiciable dira t-il. Abdellah, ce jeune homme qui vit avec sa mère une vieille femme de 80 ans dans un logement restreint et très exigu de location ne lui permettant pas de pouvoir se marier et d’avoir une épouse comme tous ses semblables algériens vit deux cauchemars, le travail et le logement selon lui. L’enfer de la bureaucratie  et la « HOGRA » des responsables qui lui mènent la vie dure et insupportable, commencent à lui donner l’idée insensée de vouloir se suicider, seule issue pour se délivrer de cette vie infernale selon les propos d’Abdellah. La vie de Abdellah se complique  davantage et à 42 ans, aucune issue possible ne se pointe à l’horizon pour pouvoir sortir de l’ornière. Orphelin de père, célibataire, chômeur, sans logement, victime de la bureaucratie et de l’arrogance des responsables, sans ressources, Abdellah se pose la question pourquoi mériter un tel sort dans mon pays, dans ma ville natale en tant que  jeune algérien qui n’est ni fils de Harki, ni terroriste, ni un repris de justice, car je n’ai jamais eu de  démêlées avec la justice. Abdellah dira  qu’il avait fait l’impossible devant le mépris et l’indifférence des responsables pour décrocher un travail et pouvoir gagner honnêtement  sa vie jusqu’à sa mort. Abdellah qui possède un diplôme de  technicien supérieur  en apiculture et une expérience  qui n’est pas des moindres s’est adressé  à la CNAC dans le cadre de l’emploi des jeunes afin de créer sa propre entreprise.  Arrivé devant cette entité, Abdellah dira qu’il a subi le parcours du combattant pour réunir un dossier qui pèse plus d’un kg de documents administratifs. « Victime de la bureaucratie, aucune suite ne m’a été  réservée depuis une année. Quant à la DSA, (Direction des Services Agricoles), je n’ai jamais cessé de déposer des dossiers depuis 1993 pour l’obtention d’une parcelle de terre inexploitée,  afin que je puisse créer une activité  apicole, chose que je n’ai jamais pu l’avoir  jusqu’à présent », déclara l’intéressé. Revenant à la  CNAC, Abdellah a formulé un dossier auprès de cette entité pour demander un prêt de 500 millions de centimes  pour créer son activité. A sa grande surprise dira Abdellah qu’un accord lui a été signifié mais pour 50 % seulement, un montant lui permettant d’acquérir seulement le matériel apicole. Voyant que ce crédit ne pouvant lui permettre de lancer à terme son activité, Abdellah demanda  une rallonge de 800.000 dinars pour constituer un fond de roulement qui servirait éventuellement à créer un stock de nourriture en sucre pour les abeilles en saison d’hiver. « Pour ce faire, une commission présidée par la directrice de la CNAC m’a signalé que la rallonge est impossible  et m’a chargé de me débrouiller tout seul pour lancer cette activité », avoua Abdellah. Après ce refus, un recours a été introduit auprès de cette même commission  qui a émis le même refus apparemment sans aucune raison valable selon l’intéressé qui  accuse  la directrice de la CNAC d’avoir pris cette décision radicale en guise de vengeance contre l’article paru au journal « Réflexion » dénonçant les rouages de la  bureaucratie.  A cause de cette  HOGRA, Abdellah confirme que l’idée de se suicider le taraude davantage à chaque fois qu’il se livre aux rouages de la bureaucratie et à ses responsables, mais ce qui retient surtout Abdellah de le faire et de patienter encore jusqu’à la délivrance de Dieu,  sa chère vieille mère qui n’a personne à côté d’elle pour la consoler. « Pour ce qui est du logement, là aussi le problème a toujours été pour moi un calvaire », dira Abdellah. Plusieurs demandes selon lui ont été déposées auprès de qui de droit depuis 1996, « mais malheureusement aucune suite à ce jour ne m’a été réservée ». Mêmes les demandes d’audiences auprès du P/APC,  le chef de daïra, et le wali  sont restées vaines. Abdelah, écœuré, dira t-il, comment se fait t’il qu’un  pays comme l’Algérie riche en pétrole et en gaz  qui détient des milliards de dollars dans ses caisses,  abandonne  un de ses enfants, je  le répète qui n’est ni un fils de harki, ni un terroriste, ni encore moins un reprise de justice ? Passé  presque un demi-siècle, dans la tourmente et l’affliction, et sans le moindre espoir, Abdellah  demande aux responsables de le délivrer de cet enfer, le cas contraire serait la signature prématurée de son acte de  décès.

Toufik
Dimanche 22 Juillet 2012 - 00:11
Lu 1512 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par Anissa le 22/07/2012 09:31
Le suicide n'est pas une solution, vous ne ferez du mal qu'à votre maman et surtout l'administration sera contente d'avoir un dossier en moins à traiter...et après la mort çà sera l'enfer direct...alors réfléchissez avant de commettre l'irréparable......

2.Posté par Kamel-Mosta le 22/07/2012 12:53
Qui est responsable de notre venue dans ce monde: nous-mêmes, nos parents, l'Etat etc. ?
Ensuite, qui est responsable de ce que nous devenons une fois adulte: nous-mêmes, nos parents, l'Etat etc. ? Ensuite, pourquoi certains réussissent par eux-mêmes et d'autres non? Ensuite, existe -t-il une prédisposition naturelle à la pauvreté, ou bien la pauvreté n'est que le résultat d'un malheureux hasard de redistribution de la richesse collective qu'on peut inverser un jour? Enfin, qui est l'Etat et qui aide l'Etat si celui-ci a pour finalité d'aider tout le monde?
C'est peut-être le jeun et un fort coup de soleil ( c'est aussi le cas pour l'auteur de l'article).

3.Posté par memona le 22/07/2012 15:27
arrêtez avec vos fils de harki !!y en a marre et les moujahides et fils de et filles de chahid et femmes de chahid qui

ont tous les privilèges ,vous me direz qu'ils sont morts pour la patrie mais cela leur donne -t-il le droit

(à leurs descendants)d'avoir autant de privilèges qui n'en finissent plus jusqu'à la fin de la manne pétrolières

4.Posté par Anissa le 22/07/2012 23:51
Kamel, non vous avez raison de vous poser autant de questions, la pauvreté oui et non, une personne est véritablement pauvre quand elle n'a plus de dignité et lorsqu'elle dépendante de quelqu'un ou de quelque chose, mais celui qui n'a rien il a tout, il a Allah soubhanahou, Allah a toujours dit dans ses Livres qu'il éprouverait les uns et les autres, certains sont éprouvés par leurs richesses matérielles et d'autre par ce que l'on appelle la pauvreté, et les plus proches d'Allah sont ceux et celles qui sont le plus éprouvés, ce bas monde n'est pas une finalité, ce n'est qu'une terre d'épreuves multiples en fonction des capacités des uns et des autres...cette vie est éphémère, riche ou pauvre, beau ou laid, vieux ou jeune, nous allons tous mourir et la vie éternelle commence après. Et de l'autre côté il n'y aura que deux voies, pas plus, deux voies seulement....qu'Allah vous donne et nous donne la patience, la clairvoyance, et la satisfaction du sort qu'il nous a réservé dans ce bàs monde n'challah Et Dieu est plus Savant en toute chose....

5.Posté par Lazreg le 23/07/2012 00:21
Honte à Réflexion qui publie le commentaire de Memona et qui touche justement ceux qui ont souffert plus que les autres. Les statistiques sont là pour montrer que cette famille révolutionnaire n'a pas plus de droits que les autres. Et cette Mémona, sait-elle que les gardes communaux qui ont relevé l'Algérie sont mieux qu'elle et les siens qu'ils méritent bien des égards. Tel est le cas des Moudjahidine et des ayants droits.
Réflexion, corrigez votre tir.

6.Posté par Anissa le 23/07/2012 19:48
Lazreg mahrlich, c'est pas grave, respectons la liberté d'opinion, apprenons à recevoir une opinion même si elle est différente de la sienne, tout le monde ne peut pas être d'accord sur tout sinon à quoi bon faire des commentaires ?

7.Posté par mohamed le 31/07/2012 00:14
memona, ses privileges donc tu parle ,ce sont les minable comme toi ,qui les ont . les fils de harki comme toi.

8.Posté par laroussi le 31/07/2012 23:09
c'est malheureux ce qui lui arrive mais il faut arrêter avec les menaces de suicide.si tu veux te suicider alors fait le .

9.Posté par hamid le 02/08/2012 19:10
Tu parles de suicide vas y fonce tu pense que tu feras du chagrin à autre que ta maleureuse maman non absolument pas alors cesses de pleurnicher sur ton sort et travailles ;
toi tu n'as pas de logement moi j'en ai un mais les miserables font tout pour me chasser de chez moi

10.Posté par hammadi le 13/08/2012 12:06
OK tu te suicides...tu as fini avec la vie qui n' est pourtant pas éternelle mais as-tu pensé à l'au delà, qu'elle sera la sentence ?????? Là la vie est éternelle.....Bats-toi et continue à avoir de l’espoir et croie en Dieu , incha'Allah , il viendra à ton secours...Bon courage mon frère.

11.Posté par amar le 17/08/2012 16:09
Tu parles, ma famille a donné pour la patrie, mon grand père Allah yarhmou avait reçu sa carte de moujahide bien avant l'indépendance, le père de mon oncle à disparu, des oncles de ma mère ont été assassiné, mon père a pris une balle, sans parler des exactions lors des interrogatoires dans le village qui gardés le silence et caché les résistants et personne dans ma famille, personne, n'a réclamé quoique ce soit ou demandé ou ne reçoit un quelconque privilège. RIEN.

PS: Par contre, ceux qui menacent de suicide je suis favorable de leur donner un bond d'essence gratuit. Les gens qui regardent la télé et veulent faire pareille... Il y en a qui meurent en se battant et d'autres qui meurent en mendiant.

Si tu te bats, Qu'Allah t'aide, tu arrives déjà à te faire entendre publiquement alors parles de façon responsables pour le bien de tous.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+